Le Blog Littéraire de Sophie Songe

25 septembre 2017

"Drôle de moisson" de Roger Judenne aux Éditions Marivole

 

Drole-de-moion

 

"Drôle de moisson" de Roger Judenne aux Éditions Marivole

Roger Judenne : Un roman fort et captivant

 

Drole-de-moion

Drôle de moisson Archives - Marivole Editions

L’exode ? Pour Lucien, pas de quoi abandonner la belle moisson qui s’annonce. A Verdun, en 14, il en a vu d’autres. Et puis, maintenant, la France possède sa ligne Maginot… Pourtant, un matin, c’est la panique. Le voilà contraint de partir avec sa petite famille. Objectif : la Loire, il faut franchir la Loire…

http://marivole.fr

 

Mon Avis

La Seconde Guerre mondiale est déclarée et Lucien ancien combattant ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour la récolte et les moissons. Malgré le danger, la peur, l'exode, la nature et ses droits ne sauraient attendre indéfiniment...


C'est un roman que l'on parcoure intensément dans une France exposée et éprouvée par les prémices de la Guerre. On y fait connaissance avec une famille, un hameau de campagne.

Un fils, un mari, un frère enrôlé et pour lequel on se préoccupe, on s'inquiète. Des réfugiés qui progressent, que l'on dépanne et qui nous renseignent sur le climat général ambiant. On comprend les difficultés, l'horreur de la guerre alors que la vie, elle continue et bat son plein. On suit en alternance le récit de René soldat et de sa famille restée à la ferme. Ils ne sauront rien ou presque pendant le temps de leur exode, des péripéties rencontrées. Chacun à leurs manières et de leur côté, vont affronter les évènements et tout faire pour se retrouver. La moisson devient la préoccupation, mais aussi l'espoir que l'on tient au creux des mains.

On est ému par cette famille pudique, digne et pleine de ressources. Les Bailly nous retiennent autant par leurs maux que par leurs bonheurs. On se sent au fur et à mesure de notre lecture un peu plus proches d'eux et un peu comme chez nous.

L'écriture est vraie, emprunte de vérité et d'émotion. On aime les couleurs, le relief d'un moment gravé dans l'histoire de la France et des Français.

Un récit fidèle à la réalité du terrain de cette époque, avec le ressenti de militaires, mais aussi de civils. Une fresque qui nous procure des frissons petits et grands pour une moisson décidément pas comme les autres...

 

Citation


"On marcha comme des moutons, pendant des heures, ne regardant que le dos de celui qui précédait. Il ne fallait pas s'arrêter, il fallait avancer, avancer."

 

Bandeau - Drole-de-moion


22 septembre 2017

"Le club des pendus" de Tony Parsons aux Éditions de la Martinière

Le club des pendus

 

"Le club des pendus" de Tony Parsons aux Éditions de la Martinière

Tony Parsons : Un thriller insolent

 

Le Club des pendus - Tony Parsons

À Londres, les bourreaux sont de retour.

Ils ont décidé de rétablir la peine capitale. Ils forment un étrange club avec pour modèle le célèbre bourreau anglais Albert Pierrepoint, responsable de plus de quatre cent cinquante exécutions au siècle dernier. Et c’est par la corde qu’ils ont décidé de punir violeurs d’enfants, chauffards et autres délinquants qui réussissent à échapper au système judiciaire...

http://www.editionsdelamartiniere.fr

 

Mon Avis

Déçus par la justice, des membres d'un club un peu particulier vont faire la une des médias en orchestrant leur propre pénitence et dictant leurs propres lois. Mais peut-on se faire justice soi-même ? Le détective Max wolfe se battra jusqu'au bout pour que cette question ne soit jamais négligée...

C'est dans un Londres trouble que l'intrigue se confond avec pour thème central, la notion de bien et du mal. On fustige ici dans ce roman, les approximations de la justice et son incapacité à être loué, respecté.

On revient ici sur l'abolition de la peine de mort. Un groupe sème l'excitation dans la foule, se targuant de punir les coupables trop souvent trop tôt relaxés, comme il se doit. Max va vite comprendre que ses dérives sont dangereuses et il va tout faire pour y mettre un terme. Sur les traces de ces vengeurs masqués, il arpente les sous-sols de la ville pour remonter le fil de l'histoire et redécouvrir de vieilles fondations londoniennes. Il y a quelque chose de terrifiant et d'attractif dans ce roman, on avance dans un climat malsain et qui nous colle à la peau.

Entre fascination et écœurement, notre sentiment hésite, oscille, vacille et c'est ce qui nous fait le plus peur finalement...

La tension est extrême, elle nous envahit et nous gagne tandis que nous plongeons dans les abîmes du mal. On s'attache au personnage de Max en proie à ses valeurs et ses prises de décision.

Ce roman nous tient en haleine, le suspens est intense et nous marque à vif. Un voyage au bout de l'enfer, cette promenade anglaise est croyez-moi bien loin d'être un parcours de santé !

Citation

 

"Les membres de cette soi-disant milice ne sont pas des héros, répondis-je. Des meurtriers ne peuvent être dignes de ce nom. Pas aux yeux de la loi."

 

A propos de l'auteur

Tony-Parsons

Né dans le Comté d’Essex, en Angleterre, Tony Parsons abandonne ses études à l’âge de 16 ans ; les jobs mal payés qu’il enchaîne lui laissent le temps de se consacrer à son seul vrai but : la littérature. C’est à la distillerie Gordon’s qu’il commence à écrire son premier roman. Il en conservera une allergie pour le gin toute sa vie… Devenu journaliste, spécialisé dans le punk-rock, il traîne avec les Sex Pistols, enchaîne femmes, drogues et nuits sans sommeil.

Dix ans plus tard, changement de vie : il connaît un immense succès mondial avec Man and Boy (Un homme et son fils, Presses de la cité, 2001), publié dans 39 langues, vendu à plus de deux millions d’exemplaires, lauréat du British Book Award.

Des garçons bien élevés (2015) et Les Anges sans visage (2016) sont publiés en France aux Éditions de La Martinière. (Source Éditions de la Martinière)

Bandeau - Le club des pendus

21 septembre 2017

"Le meurtre d'O'Doul Bridge" de Florent Marotta aux Éditions Taurnada

Meutre Bridge

 

"Le meurtre d'O'Doul Bridge" de Florent Marotta aux Éditions Taurnada

Florent Marotta : Un héros pas comme les autres

 

Le Meurtre d'O'Doul Bridge

San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite. C'est dans cette ville de l'Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes. Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d'un être cher. Mais le voilà mêlé au meurtre d'un notable. Au moment de mourir, l'homme a composé un numéro, le sien. Alors la tourmente l'emporte. Réveillant les douleurs du passé.

https://www.taurnada.fr

 

 

Mon Avis

Calvin n'a pas envie de rentrer chez lui et de se mentir une fois de plus à lui-même. Il n'aura finalement pas cette occasion, poursuivi par ses assaillants et retrouvé mort quelques heures plus tard... C'est pour Mickael, coach de vie, le début de l'aventure...


C'est un roman périlleux qui va plonger au-delà des apparences, percer l'abcès pour faire exploser la ou les vérités.

Que cache le crime de Calvin, et pourquoi avoir eu recours à un conseiller ? C'est ce que la police va chercher à révéler, tandis que Mickael va de son côté essayer de se substituer à cette enquête. On observe des personnalités multiples qui ont pourtant un dénominateur commun. Tous ont un secret douloureux inavouable ou inavoué qui suinte et les ronge intimement, profondément. On aime ces côtés pile et face qui s'opposent et que l'on doit relier pour comprendre et saisir tous les éléments du récit. Mickael prend des risques, se fait une mission d'honneur de déceler et découvrir les aboutissants de cette affaire.

Mensonges, infidélité font mal et font ressurgir les instincts et les réactions les plus vils. On y parle de réputation, de drame familial. C'est un thriller mouvementé et dans lequel on s'attache progressivement aux personnages, tant ils sont écorchés.

L'écriture est fluide, percutante, bien amenée. On a plaisir à creuser, transpirer, encaisser en lisant ce roman percutant. À découvrir !

 

Citation

 

 "Discuter avec l'inspecteur avait titillé sa fibre de fouineur. Il s'était toujours représenté l'enquête judiciaire comme un jeu de piste. Observer, déduire, faire preuve d'intuition. S'il n'avait pas été rugbyman dans une autre vie, il aurait sans nul doute pu faire enquêteur."

 

19 septembre 2017

"Le petit Meaulnes" de Jean-Claude Ponçon aux Éditions Marivole

 

Le petit meaulnes

 

"Le petit Meaulnes" de Jean-Claude Ponçon aux Éditions Marivole

Jean-Claude Ponçon : Un roman chaleureux et authentique

 

Le Petit Meaulnes

Le monde de La Braconne s'en est allé avec l'oncle Arthur ; le petit Jean de naguère quitte l'enfance pour l'adolescence aventureuse des premières amours et des amitiés perdues, dans un village en ébullition. Quand arrive l'heure du lycée, Jean prend pension chez une logeuse...

http://marivole.fr

 

Mon Avis

Jean Tellier nous évoque le passage vers l'âge adulte. À travers les souvenirs de l'enfant qu'il a été dans son petit village de campagne, il observe les changements en lui et autour de lui.


C'est un bien joli roman, nostalgique et bien écrit. On y retrace la saveur de l'enfance, les bouleversements de l'adolescence mêlées aux empreintes rurales attachantes.

Jean a baigné et s'est imprégné de sa lecture du grand Meaulnes qui lui a inspiré sa soif d'aventure et de découverte. Le personnage est lunaire, bouleversant d'innocence. Il adopte pourtant sur ses pairs et sur son époque un œil avisé et critique. L'écriture est poétique, elle nous transporte avec la magie des mots dans quelque chose de beau et d'irremplaçable, un petit coin à soi et que l'on reconnaît instantanément au fond de son cœur. Ses amours sont rêvées, idéales, cachées. Son attachement à ses terres est très fort, on le sent à travers sa tendresse exprimée.

On aime la singularité de Jean, son caractère indépendant et solitaire. Il nous invite à sa manière à un petit voyage suranné et réconfortant.

Un texte mélancolique, sensuel, tendrement furtif qu'on se plaît à savourer dans la chaleur de nos foyers. Vous devriez être sous le charme !

Citation

 "Cette solitude soudaine convenait à ma nostalgie. En secret, je devenais un héros anonyme de la guerre qui agitait le village."

18 septembre 2017

"Le monde m'attend" de Miannay

Le monde m'attend

 

 "Le monde m'attend" de Miannay

Miannay : Un roman fluide et divertissant

 

 

Le monde m'attend

Le monde m'attend

50 nuances de Candide (Pardon, Voltaire !). Viane Cey, blonde à la bouche outrageusement indécente, a compris comment « ça » marche, mais refuse de marcher comme tout le monde. En attestent ses lettres de motivation : « Madame, Monsieur Machin, Je veux ce travail, parce que j’ai besoin de fric. Après avoir lu votre annonce, je me suis dit que ce job avait l’air moins ennuyeux que les autres, j’y ai même entrevu la possibilité d’en retirer de la satisfaction. Je suis parfaite pour ce poste, embauchez-moi. » La jeune femme se rêve écrivain, n’a-t- elle pas été d’ailleurs stagiaire dans une maison d’édition, vrai poulailler parisien ? Enfin, ça, c’était avant de jouer aux fléchettes sur son diplôme. Elle vient d’entamer un "Manuel de chasse et de pêche à l’usage des jeunes diplômés cherchant du travail"...
https://www.amazon.fr

 

Mon Avis

Viane Cey est originaire du côté de Nice quand elle débarque sur Paris comme stagiaire dans une maison d'édition. Elle rêve beaucoup sa vie, sans penser à vivre ses rêves. À force de rencontres, et si elle se bouge un peu, le meilleur ne peut qu'arriver...


C'est un roman agréable à lire et qui passe vraiment tout seul. On suit avec un réel intérêt la jeune Viane au tempérament joyeux, innocent et si peu sûre d'elle.

Ce petit brin de femme nous fait sourire un peu et nous séduit beaucoup. Être stagiaire n'a jamais été une sinécure, on grince des dents, on dédramatise, on s'en amuse ici. Viane se cherche professionnellement, sur le plan affectif aussi. C'est à travers son regard et celui des hommes qui en ont un peu pincé pour elle, que nous allons découvrir sa personnalité et ses talents pour l'écriture. Prendre conscience de ses valeurs, lâcher prise et oser, c'est ce qui lui permettra d'avoir de nouvelles perspectives et d'avancer. C'est une aventure joyeuse, ludique qui s'accorde à laisser les peurs et les doutes au placard.

L'écriture est tonique et communique la bonne humeur. On aime la spontanéité et la fraîcheur de Viane, ses erreurs, ses maladresses. Elle nous entraîne dans un tourbillon de vie et amoureux irrésistible qui nous fait tourner la tête. Il est question d'opportunités, de chance, de choix, de passion, de travail, de persévérance.

Dans la vie de Viane, tout l'attend si elle s'en donne la peine et si elle saisit le bon moment...

Serez-vous prêt à le saisir avec elle ?

Citation

"Je n'écris pas pour une maison d'édition, j'écris pour moi, un point c'est tout ! Car quand j'écris, j'oublie que j'ai peur. Peur de vivre. De vivre mal. Peur de ne pas vivre. Intensément."

 

 

Posté par SophieSonge à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,