Le Blog Littéraire de Sophie Songe

25 juin 2018

"Tu seras un ange, mon fils" de Yolande Chapuisat-Gervaise aux Éditions Librinova

Tu seras un ange mon fils

 

"Tu seras un ange, mon fils" de Yolande Chapuisat-Gervaise aux Éditions Librinova

Yolande Chapuisat-Gervaise : Un bel hommage

 

« Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. »

Victor Hugo a dit bien mieux que moi le vide irréparable qu'est la perte d'un enfant. La seule façon de survivre à ce drame est d'en parler et d'en parler encore.

J'ai mis vingt ans à mûrir ce livre, vingt ans, jour pour jour, depuis le départ de Benjamin...

C'est parce que Benjamin aimait la vie qu'il aimait celle des autres... en particulier celle de ceux qu'il aimait.


https://www.librinova.com

 

 

Mon Avis

Yolande Chapuisat-Gervaise a perdu son fils unique trop tôt... Elle revient sur son histoire et lui livre à sa manière un bel hommage, le témoignage d'un amour qui lui ne meurt jamais...

Il y a dans ce récit, un désir de dire les choses, de laisser une trace, de lier les éléments entre eux pour s'en imprégner peut-être, les transmettre surtout... L'auteur dévoile aussi pudiquement que sincèrement sa vie offerte de rencontres, de difficultés ou d'opportunités.

Un destin qui la pousse très tôt dans des sphères artistiques dans lesquelles, elle jouit d'une forme de liberté. Elle raconte la singularité, la sensibilité de son fils Benjamin, ses talents, ses noirceurs.

L'écriture est loquace, jaillissante et donne la perception de fonctionner tout azimut. Les impressions se veulent touchantes, stigmatisantes. Il s'imprime en nous un sentiment douloureux et une lumière d'acceptation. Quelque chose de plus fort s'exprime au-delà du gâchis, d'une vie terrestre, tronquée, écourtée.

Yolande nous fait deviner une force indéfinie et néanmoins bien présente : un lien indéfectible aussi spécial que surprenant.

Elle nous délivre tout ce qu'elle sait, tout ce qu'elle a de son vécu, de ses émotions réunis à travers l'histoire de cet ange qui vit un peu au-dessus d'elle à présent...

 

Citation

"Parfois, je me suis demandé si Benjamin savait au fond de lui qu'il ne devait pas rester longtemps sur cette terre ! Tout ce qu'il entreprenait semblait être pour lui sans lendemain, même s'il le faisait bien, ce qui était en général le cas. Il donnait l'impression d'avoir conscience que son passage sur terre serait éphémère."

 

Bandeau - Tu seras un ange mon fils


22 juin 2018

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

La perfection du crime

 

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

Helen fields : Un roman infernal

 

La perfection du crime | Editions Marabout

Un voyage glaçant d'effroi dans l'esprit tourmenté d'un serial killer ! Perdu dans une région montagneuse isolée, un corps se consume. Seules des dents et un fragment de vêtement permettent d'identifier les restes carbonisés de l'avocate Elaine Buxton. Dans une pièce dissimulée aux yeux de tous, dans une grande maison d'Edimbourg, la vraie Elaine Buxton hurle dans le noir. L'inspecteur Luc Callanach vient juste de prendre ses fonctions quand l'affaire de la disparition d'Elaine est requalifiée en meurtre. Ayant abandonné une carrière prometteuse à Interpol, il tient à faire ses preuves aux yeux de sa nouvelle équipe. Mais le meurtrier a couvert ses traces avec un soin tout particulier. Bientôt, une autre jeune femme disparaît, et Callanach se trouve embarqué dans une course contre la montre. Du moins le pense-t-il...  Le véritable sort des deux femmes se révélera être bien plus terrible tout ce qu'il pourrait imaginer.

https://www.marabout.com

 

Mon Avis

L'inspecteur Luc Callanach est dépêché sur la disparition d'Elaine, avocate. Tout pousse à croire, qu'elle ait été victime d'un meurtre terrifiant. La vérité est encore plus lugubre et inimaginable...


Ce roman nous plonge dans l'insondable horreur, le crime et la noirceur dans ce qu'ils ont de pire et calculé. On sent très vite quelque chose de dérangeant chez ce meurtrier qui va bien au-delà du vice, de la violence.

Impossible de ne pas être mal à l'aise devant les scènes de perversion, d'humiliation qui enflent au cours de ce récit. Luc et sa coéquipière Eva, glissent vers quelque chose de retors qui leur échappent. On aime leurs failles, leur côté un peu cassé et indéniablement humain. Leurs confidences échangées nous en apprennent beaucoup sur eux-mêmes et nous les rendent attachants.

L'écriture de l'auteur est intelligente, sensible et bien dosée. On est effrayé, stupéfait par la personnalité et le profil recherché. Les mises en scène de crime de façade brouillent les pistes auxquelles s'ajoutent des menaces suffisamment discrètes pour être perturbantes...

Eva est en danger, l'intrigue débraye, s'emballe, s'enraye. On passe du préoccupant à l'incontrôlable sentiment que tout doit s'arrêter, et ce, quelle que soit l'issue.

Ce roman joue avec nos émotions, décortique nos peurs, nous rend vulnérable, dépendant... Et vous ne soupçonnez pas encore à quel point !

 

Citation

"Cet homme souhaitait que nous découvrions les corps. Il voulait que nous apprenions que ces femmes étaient mortes. Je ne suis pas certain de comprendre pourquoi."

 

Bandeau - La perfection du crime

21 juin 2018

"Un tueur en héritage" de Gilles Delmotte aux Éditions Pavillon Noir

Un tueur en héritage

 

"Un tueur en héritage" de Gilles Delmotte aux Éditions Pavillon Noir

Gilles Delmotte : Un roman survolté

 

Quatre milliardaires décrépis, un soldat viré, une orpheline gâtée, il n'avait pas fallu longtemps à Edgar pour comprendre qu'il s’était fait piéger. Fouiner dans les secrets des milliardaires ne pouvait que mal finir. Il ne manquait qu'un hacker prétentieux, un général zélé et un agent dégradé du FBI pour l'entraîner plus profondément dans cet enfer. À bien y réfléchir, se terrer dans un village abandonné n'était pas une si bonne idée…

Sur leur déclin, les hommes qui le traquent s'acharnent à récupérer leur secret volé. Mais celui-ci dévoile bientôt les fractures du passé qui les font trembler. Les contours de la vérité se dessinent dans les flammes de leur colère, ou n'est-ce qu'une nouvelle trahison qui finira par les perdre tous ?

http://www.polarspavillonnoir.com

 

Mon Avis Sang

Edgar est un ex-militaire et un piètre avocat quand on le charge d'une mission un peu particulière et grassement rémunéré... Il ne tarde pas à découvrir avec l'orpheline, avec qui il est en fuite, qu'ils sont tombés dans un piège dangereux...


C'est un récit immédiat, incisif, percutant que nous propose l'auteur. L'intrigue passée, l'action prend rapidement la relève pour ne jamais plus nous quitter.

Lara et Edgar sont traqués par des hommes tout-puissants et de surcroît bien renseignés. Tous les deux ont un passé trouble et douloureux. Leurs premiers échanges sont frontaux, houleux, et ce qu'ils vont vivre va inévitablement les rapprocher. Dans cette course-poursuite haletante, on traverse des contrés des USA intéressantes, bien que clichés qui pimentent sans conteste l'histoire.

L'écriture est rythmée, vivante, ponctuée de nombreux dialogues. Il y a un côté très visuel, très punchy qui saute tout de suite aux yeux. On se laisse embarquer facilement, il n'y a pas de temps mort, et donc pas l'occasion de souffler. Impossible pour le coup de se poser trop de questions, de se projeter ou de s'inquiéter suffisamment de la situation. En un temps record, on avale ce roman qui cache bien des cadavres, des malversations...

Ce premier tome n'a sans doute pas encore tout dit, et on a très envie de poursuivre et de soutenir ce duo aussi improbable qu'attachant. À suivre !


Citation Sang

"Je ne sais pas dans quoi on a foutu les pieds tous les deux, mais ça sent les grosses emmerdes, ça, je peux te le garantir."

 

Bandeau - Un tueur en héritage

19 juin 2018

"L'homme de Rio" de Boumé Boubekeur aux Éditions Librinova

Homme de Rio

"L'homme de Rio" de Boumé Boubekeur aux Éditions Librinova

Boumé Boubekeur : Un roman sensible et évadant

 

Driss, d’origine française, va réaliser le rêve de sa vie : partir au Brésil.
C’est sur cette terre lointaine qu’il va apprendre à connaître sa véritable patrie, et par la même occasion, sa véritable identité.
Il y fait de nombreuses rencontres, des personnalités à mille lieux de celles qu’il a connues jusqu’alors.
Rapidement intégré par les Brésiliens comme l’un des leurs, il fait aussi la connaissance d’un jeune homme issu des favelas. La passion pour l’écriture de ce dernier lui permet d’échapper au quotidien difficile et souvent violent qui est le sien. Avec lui, Driss développe une relation particulière, qui va le changer à jamais
Partez en voyage au cœur de Rio, un périple où s’entrecroisent racisme, tolérance, acceptation des différences, quête d’identité, deuil et sentiments !

 

Mon Avis Pollar

Driss rêve de s'évader de son pays d'accueil, La France, depuis sa plus tendre enfance. C'est à travers le Brésil qu'il nourrit tous les espoirs d'être lui-même et heureux...


C'est un pur voyage au pays du soleil, de la danse, des favelas que nous propose Boumé Boubekeur. on y retrouve un climat exotique, évadant.

Il nous donne à voir à travers Driss et ses rencontres, les reliefs, les contrastes d'une population hétéroclite et savoureuse. Ce personnage se frotte à toutes les classes sociales sans exception, avec la même envie de connaître et d'écouter le cœur des gens. C'est cette proximité avec l'autre qui l'attire, son désir de comprendre et de s'immerger dans une réalité propre. L'écriture est fluide, captivante. On aime parcourir ce Brésil avec son climat, ses contours, ses coutumes.

On est touché par l'histoire de Diss qui ne trouve pas sa place entre sa culture d'origine et sa culture d'adoption. On suit son aventure avec curiosité et beaucoup d'intérêt, et on tombe presque amoureux à notre tour de ce pays si contrasté. Un ailleurs où tout est intense, les sensations fulgurantes, exacerbées. Ses amitiés pointent du doigt les inégalités douloureuses, une logique difficile à intégrer pour ce chercheur d'idéaux...

Il y a beaucoup de sincérité, d'humain, de vie dans ce roman qui nous porte, nous pousse à la découverte avec un regard à la fois critique, tendre et toujours passionné. Un exceptionnel voyage à découvrir !

Citation Pollar

"Ce paysage ne le lassait pas, il était le parfait résumé de tout ce qui l'attirait ici. Le sauvage de Mêlait à la civilisation, le beau au laid, le riche au pauvre, les sommets aux plateaux."

 A propos de l'auteur Pollar

Auteur - Boumé

Boumé Boubekeur est né à Lyon en 1963. En 1970, enfant, il regardait la finale de la coupe du monde qui se déroulait alors au Mexique. Elle opposait l'équipe d'Italie à celle du Brésil, avec son joueur hors du commun, Pelé. Impressionné par les torcedores (supporters Brésiliens) qui acclamaient et dansaient la samba, il dit à son père "Papa c'est là bas que je veux vivre, car les gens chantent et dansent", il avait 7 ans...
20 ans plus tard, il a pu faire son premier voyage à Rio de Janeiro, et depuis, passionné, il y retrouve chaque années ses amis qui l'appellent "Boumézinho".
Il a depuis visité une vingtaine de fois ce vaste pays grand comme 17 fois la France ! L'Amazonie, le Pentanal, le Mato Grosso, Paraiba, etc. tous ces états du Brésil sont représentés dans cette ville Rio de Janeiro, "Cidade Maravilhosa", et qui mélange tous les « cariocas ». 

Bandeau - Homme de Rio

15 juin 2018

"L'ombre des Dieux" de Romain Godest aux Éditions des Montagnes Noires

 

 

"L'ombre des Dieux" de Romain Godest aux Éditions des Montagnes Noires

Romain Godest : L'aventure prend fin

 

Ombre des dieux

"L'ombre des Dieux" de Romain Godest

Khal et Ezaba auraient pu vivre paisiblement dans une verte prairie, mais l’élu de Gaia est rongé par la crainte et s’isole sans cesse dans les terres reculées du royaume. 
Lorsqu’un mal touche sa bien-aimée et qu’il réalise qu’une malédiction frappe les alocasias et leur forêt, Khal est contraint de se rendre dans le monde d’origine du peuple d’Ezaba.
Accompagné de son fidèle ami Fassero, il va devoir déjouer les plans du monstre sanguinaire qui n’est autre que le père d’Ezaba. 
Mais les dieux n’ont pas oublié l’affront que leur avait fait Khal en sauvant Adrazan. Le jeu de ces êtres supérieurs prendra fin dans le monde des hommes alors que surgira l’unique fléau capable de les terrasser. 

Prix : 16..50 € , 216 pages, 14 x 21 cm (broché)

https://edmontagnesnoires.weebly.com

Mon Avis Pollar

Alors que Khal et Ezaba savouraient des moments de plénitude et d'amour, une malédiction touchant le peuple des Alocasias remet tout en question. Il est temps pour Khal de reprendre la route et de retrouver son ami de toujours, Fassero.

On est très heureux de retrouver l'univers de magie créé par Romain Godest, mais aussi un peu inquiet, et un peu triste, puisque ce tome clôt la fin de cette série.

On est porté, tout le long de cette aventure par l'énergie, le cadre, les péripéties, les valeurs évoqués. À peine remis d'une guerre douloureuse, nos amis se retrouvent dans une situation épineuse, dangereuse au cœur d'une cité étrange, violente et tranchée. L'intrigue nous transporte rapidement sur les lieux des drames, des conflits.

L'écriture est toujours aussi fluide et enveloppante, tout en allant à l'essentiel. On se sent proche de ces personnages que l'on a appris à connaître, à aimer au fil de la saga. Les liens d'amitié et de fidélité révèlent encore ici toute leur importance. Les attaques font rage, sont meurtrières. Il règne un climat tendu qui maintient notre attention tout au long du roman. Le sang coule, la vengeance a sonné, les répercussions sont énormes, inéluctables et sans appel. C'est le récit d'une ère qui s'achève, celle des Dieux, afin que les hommes recouvrent leur liberté.

Une saga héroïque, combative, torturée aux saveurs d'intenses voyages, qui saura vous enchanter...

Citation Pollar

"Elle se trouvait là, plantée dans un cercle de métal ambré et bruni par le temps. Le domaine de Siriag, le maître de Vadeloe, se dessinait sous ses yeux comme une couronne maudite, un anneau de terreur duquel s'échappaient des colonnes de fumée par centaines. Une cité de fer où les forges ne cessaient jamais de s'embraser."

 

Bandeau - Ombre des dieux