"Big Universe" de Florence Mary aux Éditions L'Alchimiste





 
 Un univers préoccupant


Big Universe | Les éditions l'Alchimiste
La vie privée n'existe plus. Big Universe a façonné un nouveau monde. Filmé en permanence par Big Universe, le quotidien de chaque habitant est diffusé en direct sur n'importe quel écran, partout, tout le temps.
https://editionslalchimiste.com




2125, Big Universe est à la base un système de sécurité, prévu pour protéger, mais en réalité : il dévore, il obsède, il contrôle. Jillian qui le fait le maximum pour préserver son intimité, se retrouve bien malgré elle au centre de tous les regards. Et si le crime crève l'écran, tout peut vaciller...


Avec ce roman, on va à la rencontre d'un futur qui hérisse le poil. Imaginez une société impudique, curieuse, indiscrète où tout le monde se plaît à se montrer et à se mettre en scène.

Florence Mary use et abuse d'un thème qu'elle explore, qu'elle étire, de manière joueuse, provocatrice, dévergondée. Les scènes sont visuelles, cocasses, extrêmes, cruciales. On s'invite partout et à n'importe quel moment par le petit trou de la serrure, et cela donne quelque chose d'inquiétant, de voyeur, pervers. On a jamais été aussi proche de l'incongru, l'inacceptable et pourtant beaucoup succombent, se prêtent au jeu. L'écriture est fluide, franche, rythmée. 

Il y a de l'intensité, du drame, une frénésie, une rage qui déplace tout. Pour Jillian, paraître inaperçu, devient une absolue nécessité et malencontreusement, elle échoue, et devient une cible potentielle. Son aventure est mouvementée, réactionnaire, éperdument inefficace. Son personnage nous bouscule, et on a envie de décrier le système avec elle, le voir se faire renverser.

Cette intrigue retient toute notre attention et dénonce les limites et les droits à l'image. Le contrôle est sans appel, obsédant, avalisant, et il est presque impossible d'y échapper... 



"Je ne contrôle de toute façon pas la situation, plus j'essaie de me faire oublier, plus le monde extérieur me trouve de l'intérêt. Je me fais une raison, je finirai bien par tomber dans l'oubli, comme tous les autres. En attendant, ma vie n'a pas vraiment beaucoup changé. La seule différence, c'est qu'avant, j'avais peur que des gens soient en train de me regarder, et maintenant, je sais que des gens sont en train de me regarder."


Sécurité, caméra, audience


Jill qui ne peut pas rassurer son amie Tara...

Commentaires