"Chrono mortel" de Gaël Tomaz (auto-édition)



"Chrono mortel" de Gaël Tomaz (auto-édition)

Gaël Tomaz : Un roman survolté


Chrono mortel
Un braquage qui tourne mal, un assassin qui s'acharne. Une victime qui fuit pour fouiller dans son passé à la recherche de la vérité. Et le temps qui court pour le capitaine Colano de la section recherches de Marseille. Qui est Audrey Barthes et pourquoi doit-elle mourir ? Et si les réponses, à toutes les questions qu'il se pose, se trouvaient tout simplement dans le coffre d'une voiture, de l'autre côté du Rhône ?
https://www.amazon.fr

Tout commence par un braquage qui tourne mal, un cadavre que l'on retrouve calciné dans une voiture, une victime qui comprend qu'elle est devenue une cible... La course-poursuite est alors entamée...


C'est un roman crucial, palpitant et résolument tourné vers l'action. On se retrouve propulsé dans quelque chose de dangereux, inextricable et sidérant.

Ce que l'on y donne à y voir au début n'est que la partie émergée de l'iceberg. La mise en place se fait en pointillée et est la source d'interrogation multiple. Qui est Audrey ? Quelle est son histoire ? Que fuit-elle ? Qui ?

Les enquêteurs fouillent, s'exposent à des individus déterminés. On se frotte ici au trafic de stupéfiants, au terrorisme dans une course folle et acharnée. Le rythme est soutenu, infernal au détriment de la profondeur et de la psychologie des personnages. On a du mal à les saisir, à les approfondir parce que cela va trop vite et dans tous les sens. 

L'écriture mêle le dialogue avec aisance au récit, on est dans l'immédiat, le mouvement. On se dirige vers une affaire complexe, concentrique et périlleuse. Tout est sous contrôle, mais rien ne va plus. Les interventions se succèdent distribuant son lot de cadavres et d'éclopés.

Tout s'enchaîne et se déchaîne avec hargne et passion jusqu'au dénouement final. Un roman tonitruant pour les amateurs de sensations fortes !


"Des terroristes ! Le cauchemar dans lequel elle vivait depuis quelques jours prenait enfin un sens, et déjà les submergeait."

Le danger, la mort, le trafic, le terrorisme


Des longueurs, trop de personnages. On ne peut pas se poser et s'attacher à une personnalité en particulier...


Commentaires