"Pour le pire" de E.G. Scott aux Éditions Pygmalion




Un roman haletant


Pour le pire de E.G. Scott - Editions Pygmalion
Le couple que forment Paul et Rebecca ne reposerait-il que sur des illusions ?
Lorsque deux policiers sonnent à leur porte un matin, à la recherche d'une femme disparue, Rebecca est loin de se douter que ce sera l'événement le moins dramatique de sa journée.
https://www.editions-pygmalion.fr




Paul et Rebecca croient à l'aube de leurs 20 ans de mariage, tout savoir l'un de l'autre. Mais bientôt la disparition d'une femme va tout remettre en question, et les mensonges, les doutes pourraient bien les fragiliser jusqu'à les confronter au plus grand des dangers...

C'est un roman complexe, tortueux, intelligent qu'Elizabeth Keenan et Greg Wands ont remis entre nos mains. Ils ont réussi le tour de force de nous épater, d'aiguiser notre curiosité et de nous malmener au cours de notre lecture. On est totalement absorbé, et ce, dès les premières pages. 

On ne se doute pas dans quel traquenard, on met les pieds. Paul et Rebecca ont un passé lourd en commun, des manques, des peurs qui s'expriment sournoisement, et qu'ils vivent à l'insu l'un de l'autre. Les secrets sont, un espace nécessaire de survie : jusqu'au jour où le malaise s'installe et se mue en un brouillard dense, malsain. Rebecca bascule dans une paranoïa agglomérante. 

Il règne un climat de tension extrême qui envahit le couple, et on dévoile peu à peu une intrigue alambiquée, capricieuse, qui nous tiens à sa merci. Des personnalités se détachent, torves, à l'esprit calculé, diabolique. 

L'écriture est brillante, ménage un suspens pointilleux, capable de nous tenir en haleine de bout en bout. On aime le côté grinçant, palpitant, les émotions que cela nous procurent. On se fait des idées, on juge, on en rajoute, mais on est souvent et de très loin à côté de la plaque. La manipulation est perverse, joueuse, perfectionniste, inidentifiable.

Avec ce récit, on se rapproche du vice pour s'introduire dans ses failles et les exploiter. La parade est maîtrisée, c'est redoutable, efficace et , on en reste coi.

 

"Le temps avait passé de cette façon imperceptible qu'il a de filer quand on n'y fait pas attention, et je n'avais pas vu que notre lien s'effilochait dangereusement."


Disparition, adultère, secrets


Le mobile de Sheila un peu flou (jalousie, vengeance, appât du gain ?)

Commentaires