"Fanny et le mystère de la forêt en deuil" de Rune Chritiansen aux Éditions Noir sur Blanc




Un roman nébuleux 



Fanny et le mystère de la forêt en deuil - Rune Christiansen - Éditions Noir sur Blanc
Fanny a 17 ans quand ses parents meurent dans un accident de voiture. Elle décide de rester dans la maison familiale, à la campagne, isolée de tous, sans voisins, sans famille, sans amis proches.
http://leseditionsnoirsurblanc.fr




Fanny a 17 ans quand elle perd ses parents dans un accident de voiture. Pour elle, c'est le début d'une traversée complexe, sinueuse et non moins essentielle. A l'intérieur de sa forêt, elle vit la plus indéfinissable des aventures...


Rune Christiansen nous offre un roman court et néanmoins intense. Ce poète et romancier norvégien nous transmet une vision étrange de la séparation ultime, du deuil et du fabuleux.

On plonge et on s'abîme dans un contexte aussi fouillis que fouillé. Fanny nous invite à sa douleur, son vide inhérent à ses émotions, qu'elle a urgence de remplir furieusement. Il y a une véritable énergie qui se dégage de ce récit, de celle qui tire, malmène, pousse. 

L'écriture est mystérieuse, imagée, poétique. Il faut descendre loin pour s'en imprégner, ressentir, vivre les effets. C'est à la fois perturbant et captivant. Le trouble est évident, on prend son temps, on s'applique et on n'est pourtant pas sûre de tout comprendre... 

Les mots ici sont des spectres, qui nous mettent en danger. Les rencontres de Fanny sont de celles qui s'impriment et ne s'oublient pas. Les contradictions se bousculent, jaillissent sous nos yeux, dans une transe émotive et déconcertante.

L'empreinte est confuse, inaltérable, évaporée. Et il n'y a pas d'autres choix que la voie à adopter.


"Elle avait une vie, et cette vie était comme toutes les autres épreuves naturelles. Au final, le temps en viendrait à bout. C'était évident. Le temps viendrait à bout d'elle aussi."

Deuil, résilience, poésie 

Des personnages qui ne fonctionnent qu'en duo.


Commentaires