"Déjeuner en paix" de Charlotte Gabris aux Éditions Cherche Midi


 Un roman délicieux et pertinent


Déjeuner en paix | Lisez!
Paris, une terrasse de café ensoleillée. C'est l'heure du déjeuner, les gens font la queue. Les salades sont immangeables, une tasse de thé coûte huit euros, le personnel est abject. Mais les gens font la queue.
Une jeune provinciale est attablée, seule. À ses côtés, une Parisienne attend son amoureux qui tarde à la rejoindre.
Deux femmes qui n'ont a priori rien en commun. Si ce n'est que l'une et l'autre se regardent, se jaugent, se moquent...



Paris, café en terrasse, à l'heure du déjeuner deux femmes s'observent, se jalousent, se critiquent. Seules avec leurs à priori, leurs jugements, elles sont aussi approchantes que différentes dans leur grande complexité... Nous, on aime !


Ce roman nous invite à une véritable parenthèse pendant laquelle on prend beaucoup de plaisir. On s'introduit à l'intérieur de la psyché féminine avec curiosité et délectation.

On s'amuse beaucoup des pensées secrètes et vitriolées, de leurs visions limitantes. Elles disent leur fragilité, leurs humeurs, leurs contradictions. L'écriture est fluide, fraîche, auréolée d'une touche d'humour aussi mordante que décapante. On oscille entre envie et jalousie dans une ambivalence réussie. On se rapproche, on se prend d'affection pour ces deux femmes qui dégagent une sincérité, une émotion vraie. 

Elles racontent par leur présence une histoire : un commencement pour l'une, une rupture pour l'autre. Elles disent toutes les deux le trouble, le manque de confiance, le passage, l'envol. Dans l'attente, elles ignorent que se jouent des instants cruciaux de leur destin. 

On rit beaucoup, on est surpris par ce tableau saisissant, très juste sur la vie et ses saisons. On est ému, conquis par ce premier roman qui transmet un message d'amour, de tendresse et de liberté.

Féroce, amusant, doux, irrésistible : ce déjeuner est la promesse d'un moment inédit et réuni. À dévorer !


"Elle est habillée comme moi, mais en mieux. Nous avons presque la même robe, longue, fluide, fleurie. Mais sur elle, ça ne rend pas pareil. Parce qu'elle, elle accessoirise sa tenue. Moi, je mets une robe, et c'est ma tenue. Elle, la robe, c'est sa base. Et autour, elle crée."

"Solenne est une vraie beauté, elle a un profil parfait, elle ne sait pas s'habiller, mais elle n'a pas besoin de ça pour être belle. Moi, je suis déguisée, je triche sans cesse. Solenne n'a pas les codes pour mentir, les bases pour tricher, les trucs pour feinter, je crois que ça s'appelle la pureté."


Psychologie, regard, humour, évolution


Un jugement souvent sévère mais inévitable et typiquement féminin

Commentaires