"1001 Heures" de Chloé Boffy



Le conte d'Aladin revisité


https://chloeboffy.wixsite.com/chloeboffy
Ancien membre d'un gang, Al fuit le bidonville de son enfance et tente sa chance aux États-Unis.
À l'opposé, la belle et riche Jasminder s'étourdit de fêtes et d'alcool pour oublier son père autoritaire et son fiancé possessif.
La probabilité qu'ils se rencontrent est faible, pourtant, le destin les réunit. Mais pour combien de temps avant que le passé d'Al ne ressurgisse et menace de transformer le rêve en cauchemar ?




Alfredo Sanchez est membre d'un gang mexicain quand le passage à tabac de trop l'invite à tout quitter pour rejoindre un ami d'enfance à Los Angeles. Mais en rencontrant une princesse indienne, notre héros n'en a manifestement pas fini de se frotter au danger...


Avec ce roman, on vole vers une histoire d'amour qui chahute, nous fait vibrer. La rencontre entre Al et Jasminder est digne d'un conte de fée. Comment ne pas craquer pour le "bad boy" qui fond à l'approche d'une princesse gâtée ?

L'auteur nous propulse dans une parodie moderne d'Aladin que l'on a plaisir à dévorer en une fraction de seconde. On est conquis par des personnages aussi attachants que stéréotypés qui ont bien des surprises à nous dévoiler au fil du récit. C'est tendre, drôle et passionné. On est touché par cette idylle contrarié. On aime le caractère affirmé de nos deux tourtereaux, que leur fragilité rapproche.

L'écriture est fluide, agréable et colle avec son temps. Elle nous fait voyager, divaguer, s'inquiéter, frémir. Il y a des scènes qui nous font beaucoup sourire. L'intimité des amoureux est suggérée sans être entièrement divulguée. Il y a du risque, de la baston, de la vengeance, du sang versé. Il y a des sentiments forts de loyauté, des liens indéfectibles d'amitié.

On passe un moment intense, court et évadant tout simplement.Et ce ne sont pas "le génie" et son acolyte de chat qui seront là pour nous contredire...


"La princesse et lui y avaient aménagé un petit nid douillet pour admirer le spectacle pyrotechnique : de lourds tapis persans étendus sur le sol, une profession de coussins, le tout encadré d'une rangée de photophores, en tableaux féerique ! Jasminder elle-même paraissait tout droit sortie d'un conte des Mille et une nuits."

Amour, origine, emprise, risque


Al qui dissimule son identité tandis que Jasminder se dévoile à lui telle qu'elle est...

Commentaires