"Clairs ou obscurs" de Jean-Claude Ceccarelli aux Éditions Sydney Laurent



"Clairs ou obscurs" de Jean-Claude Ceccarelli aux Éditions Sydney Laurent

Un roman pigmenté


Clairs ou obscurs de Jean-Claude Ceccarelli
Ce livre met en valeur, les élèves des peintres de la Renaissance italienne. Ils étaient élèves anonymes mais leur contribution à la réussite des grands génies, a été considérable. Bien souvent ils donnaient leur touche pour finaliser et sublimer le travail de l’artiste. On ne peut imaginer les intrigues et parfois les haines qui se cachaient derrière tant de splendeur. Une vie licencieuse bien assumée, qui feraient passer nos contemporains pour des enfants de chœur.
https://editions-sydney-laurent.fr


Que se cache-t-il derrière les oeuvres picturales de la Renaissance italienne ? Avec "Clairs ou obscurs", l'auteur nous entraîne dans les coulisses de cette époque au coeur d'une romance romanesque, aussi fragmentée que mouvementée.


L'histoire nous révèle le parcours des hommes, leurs vices, leurs secrets, "leurs forfaitudes". On se laisse emporter par une vague écrasante et ininterrompue. D'illustres inconnus rejoignent les figures remarquables comme Michel-Ange et Léonard Vinci. 

On parle ici de peinture, de religion, d'histoire, de politique. Les œuvres tour à tour prennent vie, se racontent et font un peu leur spectacle. L'écriture est documentée, foisonnante et passionnée. Elle nous donne à se projeter dans un univers complexe et étourdissant. 

On voyage dans le passé, on s'imprègne, et nos yeux s'ouvrent au-delà des fresques et de tout ce que nous aurions pu imaginer...

Un bel hommage rendu à ces hommes capables de prodiges, mais aussi d'atrocités. Laissez-vous suspendre et suspendez le temps à l'intérieur de cette renaissance italienne, comme si vous y étiez. C'est juste une question de nuance !



"Tout était possible pour éliminer un peintre concurrent. L'un d'eux, qui semblait tout désigné pour glorifier le portrait de l'arrière-grand-père de Catherine de Médicis, qui n'était pas encore la bru de François 1er, s'était vu offrir un joli panier rempli de cerises, dont il raffolait. Il ne pouvait penser que cette faiblesse l'empêcherait à jamais de figurer parmi les génies de son époque, avec l'appui des puissants Médicis."

Renaissance, romanesque

Absence de chapitres. Un texte trop linéaire qui aurait gagné à être aéré.


Commentaires