"Les trois vies de l'homme qui n'existait pas" de Laurent Grima aux Éditions Librinova



"Les trois vies de l'homme qui n'existait pas" de Laurent Grima aux Éditions Librinova

Un roman évocateur

Les trois vies de l'homme qui n'existait pas
Tino n'existe pas !
Tombé du ciel il y a près de trente-cinq ans, son père, un marginal sans nom porteur d'un lourd mystère, a oublié de le déclarer à l’État-Civil. Ils vivent tous deux à la périphérie de la civilisation et de ses dangers, sans autre identité que leur statut fragile de vendeurs nomades à la sauvette. Mais un jour, le patriarche meurt, laissant Tino seul face à un immense défi : s'inscrire dans le monde des hommes, en respectant la promesse qu'il lui avait faîte un jour de vivre plusieurs vies !
https://www.librinova.com


Pour notre narrateur qui n'a pas de nom, c'est le moment de se séparer de son père-noyau, l'homme qui l'a accompagné étroitement et fidèlement pendant trente-cinq ans. C'est l'heure aussi pour lui, d'aller plus loin à la rencontre de lui-même et de ses origines...

Laurent Grima a choisi le thème de l'identité pour ce roman qui foisonne entre le sauvage et le bohème. On découvre un narrateur multiple, complexe, émouvant quand il croit avoir tout perdu au décès de son père. Ce qu'il nous raconte, c'est cette relation unique, intime, inoubliable entre deux hommes à l'état-civil évanoui et qui se suffisent à eux-mêmes.

Leur lien est celui de l'amour, de la vie, de la liberté. Leur quotidien est entre l'urgence et la contemplation. Ils vivent une vie de nomade, de philosophe, de jouisseur. Ils sont dans l'instant, la vérité, en cultivant le plus grand des secrets. Il y a dans leur histoire, une part d'ombre et de lumière qui s'appelle et se reflète. 

On va avec eux sur le chemin de la construction, de la sagesse à la recherche d'une connivence qu'il faut effleurer, toucher du doigt. Il y a quelque chose de puissant, d'intérieur, d'universel dans ce que nous décrit l'auteur. 

L'écriture est sensible, évadante, humaine. Elle nous plonge dans un état d'évanescente et inextinguible réflexion. On est touché par la nature, le relief, l'originalité des personnages. Les émotions sont intenses, fugaces, fragiles. IL y a les rencontres qui se font à tâtons, à demi-mot. Ce qui nous retient, c'est la tendresse, l'amour, l'immense pudeur. Les destins se distinguent, se rapprochent et se ressemblent. Qu'il soit Antoine, Tino ou Gùnther, notre narrateur, va au bout de son histoire et de lui-même dans un éveil consenti et révélé.

Un roman, un voyage, une quête initiatique qui fait sens, et même écho... Découvrez l'hommage d'un fils à son père, dans ce qu'il a de plus pur et bouleversant...



"J'y voyais de plus en plus clair. J'étais lui, j'étais moi, un peu Antoine et Tino à la fois... Bientôt, c'est sûr, j'inventerai une vie à Gùnther !"

Poésie, profondeur, quête de soi

En voulant protéger son fils d'un héritage lourd à porter, il l'a éloigné malencontreusement de ce qu'il y a de bon en l'humain : la confiance, et les belles rencontres.
  

Commentaires