"Même si le soleil se cache" d'Anne de Bourbon-Siciles aux Éditions de l'Archipel



"Même si le soleil se cache" d'Anne de Bourbon-Siciles aux Éditions de l'Archipel

Un récit poignant


Même si le soleil se cache
Lorsque Émilie rencontre Éric, au cours d’un séjour en Martinique au Club Med, elle n’a que dix-huit ans. Elle est une bachelière de bonne famille, lui un GO au charme irrésistible. Bientôt, cet amour de vacances se mue en une relation passionnée. Un bébé nait, Alice. Rien ne manque au bonheur.
Mais, un matin, Émilie découvre d’étranges traces sur le corps de sa fille. Dès lors, tout s’enchaîne : la suspicion des médecins, les doutes des proches, les secrets de famille qui ressurgissent.
Face aux accusations, qui se font de plus en plus insistantes, son couple survivra-t-il? Émilie n’a-t-elle rien a se reprocher ?
http://www.editionsarchipel.com



Émilie est une jeune-mère quand elle découvre de curieuses taches sur le corps de sa fille. Au fil des examens, les médecins orientent leur diagnostic sur un potentiel cas de maltraitance. Pour elle, c'est un cauchemar terrifiant qui s'annonce et un combat juridique qui ne fait que commencer...

Ce roman nous plonge dans l'horreur et le désespoir d'une mère à qui on retire son enfant. C'est un flux tendu psychologique que nous propose l'auteur et qui nous retient dans ses filets.

Tout est construit pour attirer l'attention sur Émilie qui manque de confiance, d'assurance. Il y a quelque chose chez elle qui nous échappe, qui nous intrigue, qui nous fait douter. La relation à sa mère nous préoccupe, nous dérange. Et s'il y avait quelque chose en rapport avec son enfance, qui relève de l'inconscient... On suit les difficultés d'Émilie avec un peu de recul et beaucoup d'émotions.

L'écriture est écorchée, intime, bouleversante. On se laisse manipuler et prendre aux tripes volontairement. Autour d'Émilie, les fondations s'ébranlent, les conflits surgissent. Au-delà des accusations portées contre cette famille, on se préoccupe de la santé, du sort et du bien-être de l'enfant.

Pour dénouer cette affaire, il faut aller plus loin que les apparences, les préjugés et peut-être laisser le vent pousser les nuages...

"Elle avait la sensation de ne plus rien maîtriser l'espoir que les marques d'Alice ne réapparaîtraient plus venait de se briser et elle savait qu'elle s'apprêtait à subir la pire accusation qui fût : celle d'être une mère abjecte, une mère si inhumaine qu'elle était capable de frapper son propre bébé."

Tension, suspicion

On se focalise trop sur la mère pour la désigner très vite coupable...


Commentaires