"La part du ciel" de Stéphanie Halperson aux Éditions La Bruyère


"La part du ciel" de Stéphanie Halperson aux Éditions La Bruyère

Un roman troublant


"La part du ciel" de Stéphanie Halperson aux Éditions La Bruyère
À la fin de sa vie, Pauline s’était imaginé quitter la terre dans un épais brouillard. Esquisse d’une peur qui l’expédiait dans un gouffre inquiétant. Il n’en est rien. Légère, Pauline s’envole dans un tunnel étincelant à une vitesse vertigineuse.
Mais au terme d’un voyage lumineux, Pauline ne peut rejoindre l’Origine. Il lui faut revisiter les étapes charnières de son existence : le chagrin d’une enfance volée, les amours cabossés, les coups infligés à ses proches pour étouffer la douleur. Parviendra-t-elle à consoler les cœurs meurtris pour consentir à son propre pardon ?
Parviendra-t-elle à gagner l’Origine ?
http://www.labruyere.fr


Aux portes du grand voyage, Pauline va revivre les grands moments de sa vie. Face à son destin, elle devra aller avec ceux qui l'ont accompagné, vers le pardon et l'amour pour retrouver le salut de son âme... Mais y parviendra-t-elle ?


C'est un roman à la fois fulgurant et flottant qui nous relie entre le ciel et la terre, le monde des morts et des vivants. Avec la fluidité et la délicatesse qui caractérise Stéphanie Halperson, nous nous projetons dans cet espace-temps indescriptible.

Avec Pauline, nous plongeons dans cette sombre inconnue qu'est le passage d'où personne ne revient jamais. Nous traversons des étapes, franchissons des abîmes, allons à la rencontre des visages qui ont compté, qui sont passés...  

Tout est ici récolté pour y faire un inventaire insolite et désarmant, pour aller vers l'autre et à l'intérieur de soi dans une quête de pardon, d'abandon. De l'autre côté, plus de pudeur, de jeu de dupes ou de séduction. Les vrais sentiments s'ancrent, décuplent les émotions. 

L'écriture est intense, aussi charnelle, qu'envolée. On est touché par les choix, les épreuves, le temps évaporé.

Jusqu'aux portes de l'origine, le chemin est escarpé, riche d'enseignements, vers quelque chose d'infini, de grand et de connecté. Ce récit nous emporte à l'intérieur de notre cœur, pour le sonder et l'écouter...


"Cela relevait d'une intuition. D'une conviction profonde. La mort n'était pas une fin, mais un commencement !"

Profondeur, poésie, chemin, sagesse

La douleur imposée à certains personnages involontaire parce qu'elle ne leur est pas destinée, mais pourtant bien réelle.

Commentaires