"RDA mon amour" de Jean Emelina aux Éditions Librinova



"RDA mon amour" de Jean Emelina aux Éditions Librinova

Jean Emelina : Un roman introspectif


RDA mon amour - Jean Emelina
Michel Lombard, vieil universitaire niçois cabossé, retrouve dans un tiroir, 37 ans après, une photo prise à Iéna, en RDA, en 1981, au cours d’une de ses missions d’enseignement. Remonte alors, violent, amusé, amer et éblouissant le souvenir de ses pittoresques voyages de l’autre côté du rideau de fer, au temps de la guerre froide.
Il est tombé à la fois sous le charme inattendu d’un pays rébarbatif, de ses étudiants enthousiastes et des beaux yeux noirs de Mélodie...
https://www.librinova.com



Michel Lombard a plus de quatre-vingts ans : cet ancien professeur français à la retraite, veuf laisse le temps maintenant s'écouler lentement, laborieusement... Quand une vieille photo le ramène tout droit à ses souvenirs de RDA et d'amour évaporé...


C'est un roman sensible, profond sur les souvenirs d'une jeunesse passée, d'une situation politique unique et révolue.

De mémoire, Michel Lombard se rappelle cette époque avec joie, folie, mélancolie. Une tranche de vie, qui alors qu'il avait déjà la cinquantaine, retrouvait son élan de jeune adolescent. Il y évoque ses relations, ses absences, l'intensité des moments esquissés, des émotions fulgurantes, défendues. 

L'écriture est poignante, intime, presque secrète. On se laisse imprégner, glisser dans la confidence. Il y a quelque chose de rétro, de baroque qui nous touche dans cette rétrospective. On ressent chez le vieil homme, le vide, la douleur, la gravité qu'il effeuille avec poésie et pleine intensité. L'écriture se veut projet et espoir dans une cavalcade de passé-présent. Comme le mur, cette fusion des corps et de l'âme a bel et bien réellement existé. L'homme dans un dernier témoignage ne peut plus l'oublier, le renier.

C'est écrit, la réunification a deux cœurs, deux patries, une unité. Un récit fin, émotionnel, culturel, remarquablement bien développé. Je recommande !



"Si je suis allé là-bas au bout de moi-même, c'est grâce au rideau de fer qui m'a évité médiocrité, routine et indignité. Non, tu n'étais pas "une passade", Mélodie, même si tu n'as fait que passer..."
  

Souvenirs prégnants, émotions pêle-mêle


Parfois un peu fouillis, un peu éparse, un peu confus....


Commentaires