"Haut le choeur" de Gaëlle Perrin-Guillet aux Éditions Taurnada


"Haut le choeur" de Gaëlle Perrin-Guillet aux Éditions Taurnada

Gaelle Perrin-Guillet : Un thriller perturbant


Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet
« Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. »
Depuis qu'Éloane Frezet, la tueuse en série la plus abjecte de ces dernières années, a prononcé ces mots, Alix Flament vit dans l'angoisse que la criminelle sanguinaire s'évade de prison...
Alors, quand la journaliste reçoit un coup de téléphone d'Éloane en pleine nuit, elle comprend que la meurtrière va honorer sa promesse...
Une promesse de sang...
https://www.taurnada.fr



Alix Flament, 27 ans, journaliste, travaille laborieusement à la rédaction d'un article quand elle est ramenée des années en arrière, avec la voix d'Éloane qui réapparaît à la surface... Si cette tueuse en série la contacte aujourd'hui, c'est qu'elle est prête à recommencer et qu'elle n'en a malheureusement pas fini avec elle..

On est tout de suite précipité dans l'angoisse avec une tueuse en série en cavale et déterminée à continuer ce qu'elle avait commencé, il y a quelques années. Très vite, on comprend qu'il y a un duel intime entre Alix et Éloane.

Éloane s'adresse à elle, joue avec elle, distille les indices, sème le trouble, la peur. La police est perdue, cherche des points communs, des recoupements. Éloane surprend dans son mode opératoire, dans le choix de ses victimes. Pour se rapprocher de son raisonnement, on revient sur l'interview passée avec la journaliste. On cerne petit à petit le personnage sans histoire, cultivé, intelligent, sensible... 

L'écriture est habile, fluide, haletante, anxiogène. On se laisse porter, impuissants à faire stopper cette folie meurtrière. On est préoccupé par le sort d'Alix entraîné dans un engrenage incontrôlable et insaisissable. Cela passe à la fois très vite et en même temps, on a une impression tenace d'épisodes saccadés se superposant sur notre rétine.

Ce roman joue avec nos nerfs, nous tient en haleine, nous perturbe, nous abîme. Et ce n'est encore rien, car l'issue nous anéantit !


"Je ne peux rien faire pour vous, Alix. Si vous ne savez pas écouter votre propre musique, vous ne pourrez jamais comprendre ce qui nous a unis, Pascal et moi. Jamais"

Angoissant, sanglant

Rares sont les criminelles en série. On regrette ici qu'il s'agisse d'actes perpétrés par amour et que l'oeuvre commise soit seulement inspiré de son créateur...

Commentaires