"A fleur de peau" de James Barnaby aux Éditions De Borée



"A fleur de peau" de James Barnaby aux Éditions De Borée

James Barnaby : Un thriller réussi



A Fleur de Peau - CF La Boutique
En vacances dans le chalet familial au bord du lac Mendota, Jane est seule avec son beau-père Richard, sa mère ayant dû se rendre en urgence à Chicago pour son travail. En pleine nuit, elle se réveille les mains ensanglantées, un couteau à ses pieds.
https://boutique.centrefrance.com




Jane, 19 ans, a depuis l'âge de 11 ans des absences préoccupantes, qu'elle ne s'explique pas. Quand elle se réveille aux pieds de son beau-père égorgé, elle ne peut s'empêcher de penser qu'elle est la responsable de ce crime...


Jane Barnaby nous propose un récit perturbant et impossible à lâcher. On est tout de suite touché par la fragilité de Jane, ses troubles si incompréhensibles et mystérieux. Comment imaginer que cette discrète et jeune étudiante puisse commettre un acte aussi irréparable ?

Avec elle, on plonge dans les abîmes de l'inconscient. Pour aller plus loin, Jane a recourt à l'hypnose. Les connexions avec son passé, se matérialisent peu à peu et oriente l'enquête vers quelque chose de tangible et d'accommodant. Pour Joseph Bleuth agent du FBI, il s'agit de manipulation. Son intuition, ses convictions l'invitent à creuser et à le rapprocher des mauvais souvenirs qui le hantent. 

L'écriture est fluide, convaincante. On se laisse guider et happer par ce scénario addictif et totalement incontrôlable. On est envahi par le doute, interloqué, choqué par la tournure des évènements. Ce que l'on découvre est sombre et dérangeant, sournois et sinueux. Les personnages semblent avoir mis les pieds dans quelque chose de mouvant, abominable et destructeur. 

On y parle de contrôle, de corruption, de cercle puissant et intouchable. Joseph a stimulé un point sensible qui menaçait de gangrener...

L'illusion était presque parfaite, impénétrable. Mais en avez-vous vraiment idée ?



"Jusqu'à présent, grâce à Dieu, je ne crois pas avoir jamais fait de mal à personne. Mais comment en être sûre puisque je ressors de mes crises en ayant tout oublié ? J'ai peur. J'ai peur de moi-même."


Un récit addictif et maîtrisé sans aucune fausse note



Les remords de George trop tardifs et inutiles