"Mauvaise main" de Gilbert Gallerne aux Éditions French Pulp



"Mauvaise main" de Gilbert Gallerne aux Éditions French Pulp

Gilbert Gallerne : Un polar ahurissant


Mauvaise Main - French Pulp éditions
Éric, quasiment à la rue avec une femme sur le point d'accoucher, n'a plus de travail. Il n'a qu'une seule solution pour s'en sortir : quitter la ville pour rejoindre la scierie familiale, perdue en pleine ligne bleue des Vosges. Un retour aux sources compliqué quand on n'a pas vu les siens depuis des années.




Eric avait cinq ans quand il a quitté la scierie des Vosges pour vivre avec sa tante, après l'accident qui lui a coûté une main. Au chômage, c'est un peu la mort dans l'âme qu'il décide de rejoindre le berceau familial pour tenter de s'en sortir. Son arrivée avec sa femme jette un froid glacial, dangereux, vertigineux...


Ce roman nous plonge au cœur de la ruralité et de la misère sociale avec une conviction profonde et sans appel. Ce que l'on y goûte, ce que l'on y ressent ne s'apparente en rien à l'image bucolique et paisible que l'on s'en fait.

Dès le début de cette aventure, Eric et sa femme Elise, enceinte de quelques mois, s'immergent dans une ambiance familiale pesante et inhospitalière. On perçoit la noirceur sous les non-dits, le vice sous les apparences. C'est la violence, l'intimidation qui hiérarchisent cette tribu, de manière totalement injuste et immuable. Et pourtant, la présence d'Eric dérange, ébranle et soumet à une vérité et une confrontation aussi cruciale que terrifiante.

L'écriture est crue, ciselée : elle nous saisit jusqu'à la moelle. Nous nous attachons à des personnages sensibles, fragiles, tandis que nous en haïssons d'autres pour leur caractère grossier, informe et despotique. On se sent prisonnier de mœurs sauvages, qui salissent et phagocytent tout sur leur passage. L'engrenage en marche, rien ne semble là pour l'arrêter... Les secrets s'évanouissent sous les aveux blessants, cinglants et irrattrapables.

Un huis clos étouffant, cauchemardesque, aliéné. Gilbert Gallerne ne badine pas, il ouvre un passage, tranche à vif et capture définitivement votre intérêt. A lire de toute urgence !


"Elise a l'impression de se déplacer dans un village de western. Eric frotte sa prothèse, le regard perdu en direction du bâtiment lointain, presque invisible sous la pluie, où guette la scie qui a dévoré son membre. Elise frissonne. La masse sombre et silencieuse évoque une créature endormie. Dangereuse. Un prédateur qui se nourrit d'enfants."

La violence, les secrets. Une ambiance glauque, écrasante


 Une mère et un fils qui ne pourront jamais se rapprocher, au nom de l'amour...

Commentaires