11 avril 2018

"Nuit sans fin" de Preston & Child aux Éditions l'Archipel

Nuit sans fin

 

 

"Nuit sans fin" de Preston & Child aux Éditions l'Archipel

Preston & Child : Une enquête capitale

 

 

Nuit sans fin

À FORCE DE TROUVER DES CADAVRES SANS TÊTE…
 
Quel point commun entre la fille d’un milliardaire, un ancien avocat véreux, un oligarque russe… ?
Tous ont été assassinés à New York, la cité des ténèbres, la ville de la nuit sans fin.
Tous ont été décapités et leur tête a disparu, comme si l’assassin était une sorte de collectionneur morbide…

http://www.editionsarchipel.com

 

 Mon Avis Pollar

Vincent d'Agosta du NYPD et l'agent Pendergast du FBI sont sur le pied de guerre avec une série de cadavres sans tête. Maîtrise, déduction et sang froid seront de mise une fois de plus pour résoudre une affaire qui fait beaucoup de bruit...


Ici, on met les pieds dans quelque chose de trouble, de spectaculaire. Les meurtres orchestrés sont représentatifs d'une expression sauvage, violente. Nos enquêteurs se rapprochent des scènes de crime, des victimes pour retrouver des indices, une piste à suivre.

Difficile de cerner le  tueur, semble-t-il passé maître dans le piratage et la dissimulation. Qui est-il ? Revêt-il un choix opéré et conscient chez ses victimes ? Quel est son message ? Pendergast et Vincent d'Agosta sont sur les dents, le temps presse, et on se joue d'eux manifestement...

Il y a du nerf, beaucoup d'énergie dans ce roman où se concentrent les théories incalculables et les mauvaises pistes. L'écriture est nerveuse, réactive, rythmée par beaucoup de dialogues. Le meurtrier invite au danger, à la traque, à la mise à mort. Ce roman transpire la peur, le doute, l'adrénaline.

L'action se précipite et catapulte nos tergiversations vers la vérité crue et sans appel.

Le combat frontal et final fait retenir notre souffle. À travers la traque, la lutte de Pendergast, on a peur, on vibre, on se sent vivant.

Une aventure encore incisive, logique et intuitive pour ce cher Aoysius Pendergast. Si vous en doutiez...

 

Citation Pollar

"Plus le temps passait et plus s'accumulait les théories fumeuses. On parlait d'un assassin, de deux, voire de trois, ou encore d'un tueur inspiré par le premier crime."

 

Bandeau - Nuit sans fin


"Noir sanctuaire" de Preston & Child aux Éditions J'ai Lu

 

noir sanctuaire

 

 

"Noir sanctuaire" de Preston & Child aux Éditions J'ai Lu

Preston & Child : Un récit qui ne manque pas de piquant

 

 

Noir sanctuaire de Lincoln Child, Douglas Preston - Editions J'ai Lu

Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, l’agent du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu. Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans son manoir new-yorkais. Diogène, le frère cadet d’Aloysius, que tout le monde croyait mort, réapparaît et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse. Croyant à un enlèvement, Proctor, l’indéfectible majordome de Pendergast, s’est lancé à leur poursuite mais il semble toujours avoir un coup de retard sur Diogène. Ce dernier se vengera-t-il enfin de son aîné à qui il voue une haine farouche ?

https://www.jailu.com

 

Mon Avis

Les auteurs nous offrent ici une aventure tonitruante et mouvementée dont ils ont le secret.

Ils jouent ici sur plusieurs tableaux, ressortent de vieilles cartes de leur jeu pour nous divertir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est réussi. On est scotché par ce récit qui se révèle plein de surprises. Des courses-poursuites, de multiples péripéties, des prétendus morts qui ressurgissent des placards...

On vit cet instant de lecture à 200 à l'heure et de manière survoltée.

L'écriture est rythmée, haletante. L'action est omniprésente et le suspens bien mené.

L'ambiance est sombre, secrète, tragique. Au centre de l'intrigue, des expériences scientifiques morbides et discutables, de la dissimulation doublée de manipulation. On découvre les personnages sous un nouveau jour, avec leur histoire, leurs élans et leurs vieux démons. C'est sanglant et cinglant. On se laisse emporter sur le devant de la scène et dans les coulisses. La pression est à son maximum, on ne nous ménage aucun répit. Cette affaire menée de bout en bout, nous anime, nous torture et nous captive.

Pendergast n'a définitivement pas dit son dernier mot.

 

Citation

"Il ne pouvait s'agir de Diogène. C'est impossible. Quelqu'un d'autre était au courant de ses secrets les mieux gardés."

 

Bandeau - noir sanctuaire

Posté par SophieSonge à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 janvier 2018

"Lettres de sang" de James Patterson et Marshall Karp aux Éditions l'Archipel

Lettres de Sang

 

"Lettres de sang" de James Patterson et Marshall Karp aux Éditions l'Archipel

James Patterson et Marshall Karp : Une pression insoutenable

 

Lettres de Sang

Hubert Hutchinson Alden Jr., businessman milliardaire, a tout pour lui : une femme superbe, un fils de huit ans qu’il adore, et une fortune qui ne cesse de croître. 
Mais cette vie parfaite vole en éclats lors d’une nuit d’horreur, quand il découvre la tête décapitée de son chauffeur dans un sac sur lequel sont inscrites, en lettres de sang, les initiales de son fils. Peu après, ce dernier est enlevé… 
A New York, seul un corps d’élite tel le NYPD Red, qui protège les rich and famous, est à même de « traiter » une telle affaire. Mais Zach Jordan et sa partenaire Kylie MacDonald – son ex-petite amie –, deux enquêteurs aguerris, sont loin de se douter du piège que leur a tendu le criminel…

 

 Mon Avis

Hubert Hutchinson Alden Jr homme d'affaires milliardaire, comprend que l'on cherche à lui nuire, quand on s'attaque à son chauffeur, puis quand on enlève son fils... Quelqu'un sait l'escroc qu'il est et cherche à le faire chanter. Une affaire complexe qu'auront en charge Zack et Kylie, membres d'un corps d'élite très spécial qui vise à la protection des nantis...


Cette aventure nous propulse en terrain miné sur une affaire particulière. un corps décapité, un enlèvement, un homme hautain, condescendant qui se croit au-dessus de tout en éconduisant volontairement les services de police : il y a matière à exploiter un très bon roman.

Les faits sont accablants, le silence d'un père qui a trop à se reprocher, un fils qui on le comprend très vite, est impliqué. Zack et Kylie préoccupés par leurs soucis conjugaux vont avoir du fil à retordre. L'enquête est menée tambour battant par cette équipe de choc aux méthodes franches et musclées. Ils n'hésitent pas à fouiller, à s'affranchir des lenteurs administratives pour mener à bien leur mission. On aime leur relation d'amitié amoureuse houleuse, leurs multiples séries d'accrochage. On éprouve une proximité et une sympathie pour ces personnages. L'écriture est fluide, directe, avec beaucoup de dialogues.

Le récit est rythmé, mouvementé. On ne tient pas en place, on est tenu en haleine par un suspens assourdissant. Les enjeux sont élevés, les préoccupations elles, sont des secrets. On parle de délit d'initié, d'actes abominables, de tricherie, de complicité de crime. Hubert Hutchinson Alden Jr est condamné à répondre de ses actes et à en payer le prix fort.

Tout au long de l'intrigue se joue un jeu dangereux. De cachotteries en filature et course poursuite, on n'a pas le temps de souffler. Le scénario est diabolique, le piège est redoutable. La vengeance est un plat qui se mange froid, mais vous ne savez pas encore à quel point...

Citation

"Il pleurait au volant, submergé par la peur et l'ampleur du désastre. Peter était mort, Madison l'avait trahi, son père le détestait... Pour la première fois de son existence privilégiée, Tripp Alden se retrouvait face à lui-même."

 

Bandeau - Lettres de Sang

24 août 2017

"La villa rouge" de James Patterson aux Éditions l'Archipel

La Villa Rouge

 

Rentrée littéraire 2017

 

"La villa rouge" de James Patterson aux Éditions l'Archipel

James Patterson : Un suspens maîtrisé

 

La villa rouge
Dans les Hamptons (Long Island), au 7 Ocean Drive, se dresse une impressionnante maison à la façade gothique avec une vue imprenable sur l’océan.
Mais elle est à l’abandon depuis plusieurs années et tombe en décrépitude. On la dit maudite. Il est vrai que la Villa rouge, telle qu’on la surnomme, a été par le passé le théâtre d’une série de meurtres jamais résolus.
Quand un nabab d’Hollywood et sa maîtresse y sont retrouvés sans vie, tous pensent que la malédiction frappe de nouveau.
Jenna Murphy, une ancienne flic de New York, va mener l’enquête. Elle qui, enfant, jouait sur la plage non loin de la maison, voit ressurgir en elle une terreur qu’elle croyait pourtant éteinte…
Mais la Villa rouge n’a sans doute pas encore révélé tous ses mystères… et Jenna pourrait bien en être la prochaine victime.

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

Jenna Murphy revient dans les Hamptons pour enquêter sur un double meurtre et une maison mystérieuse entaché par des sombres secrets. Elle est dés lors, loin de se douter qu'à travers cette affaire, c'est son passé qui va bien malgré elle, la retrouver...


James Patterson, maître en la matière de thriller installe ici une mise en scène intrigante et terriblement anxiogène. Une maison abandonnée, une série de meurtres qui transpire la violence, la souffrance.

On voyage dans le temps, on s'imprègne et on observe chacun des éléments donnés et on s'abandonne. L'auteur nous embarque dans quelque chose de très sombre, fielleux. Le récit est alambiqué, complexe et on sent la difficulté à démêler les nœuds de cette histoire. Il y a une part d'intime, d'affectif, de diffus qui pousse Jenna à fouiller et à s'envoler dans les ténèbres. Cette intrigue révèle et réveille les cadavres de leurs tiroirs. On y parle de généalogie, d'horreur, de malédiction. On se laisse gagner par la peur, rattraper par le danger dans ce récit macabre et de haut vol.

L'écriture est entraînante, haletante. On joue avec nos nerfs, on doute de tout, tout le temps. L'auteur maîtrise parfaitement son affaire. C'est parfaitement orchestré et bien ficelé. Les secrets s'abattent, les fausses pistes s'écartent et les révélations tombent comme un couperet à la fois incisif et salvateur.

Un style efficace, une aventure ahurissante faite pour marquer les esprits. Oserez-vous vous aventurer à la villa rouge, c'est vous qui me le direz !

 

Citation

"Ce connard de Matty avait raison, pour une fois, mais je ne suis pas le genre de flic qui se satisfait des apparences, j'ai besoin de reconstituer entièrement le puzzle."

 

Bandeau - La Villa Rouge

04 mai 2017

"Noir sanctuaire" de Preston & Child aux Éditions l'Archipel

Noir Sanctuaire

 

"Noir sanctuaire" de Preston & Child aux Éditions l'Archipel

Preston & Child : un récit qui ne manque pas de piquant

 

 

Noir sanctuaire

Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu…
Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend…
Diogène, le frère cadet d’Aloysius, que tout le monde croyait mort, fait sa réapparition et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Si vous vous souvenez bien, dans l'épisode précédant, nous perdions la trace de notre très cher inspecteur Pendergast. Constance de retour dans ses appartements souffre de son absence... Disparu, mort, qu'est-il advenu de lui ?

Les auteurs nous offrent ici une aventure tonitruante et mouvementée dont ils ont le secret. Ils jouent ici sur plusieurs tableaux, ressortent de vieilles cartes de leur jeu pour nous divertir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est réussi.

On est scotché par ce récit qui se révèle plein de surprises. Des courses-poursuites, de multiples péripéties, des prétendus morts qui ressurgissent des placards... On vit cet instant de lecture à 200 à l'heure et de manière survoltée. L'écriture est rythmée, haletante. L'action est omniprésente et le suspens bien mené.

L'ambiance est sombre, secrète, tragique. Au centre de l'intrigue, des expériences scientifiques morbides et discutables, de la dissimulation doublée de manipulation. On découvre les personnages sous un nouveau jour, avec leur histoire, leurs élans et leurs vieux démons. C'est sanglant et cinglant. On se laisse emporter sur le devant de la scène et dans les coulisses. La pression est à son maximum, on ne nous ménage aucun répit. Cette affaire menée de bout en bout, nous anime, nous torture et nous captive.

Pendergast n'a définitivement pas dit son dernier mot. Ouf, on a bien failli avoir chaud...

Citation :
"Il ne pouvait s'agir de Diogène. C'est impossible. Quelqu'un d'autre était au courant de ses secrets les mieux gardés."

 

Bandeau Noir Sanctuaire

20 mars 2017

"Le somnambule" de Sebastian Fitzek aux Éditions l'Archipel

lesomnambule

 

"Le somnambule" de Sebastian Fitzek aux Éditions l'Archipel

Sebastian Fitzek : un thriller angoissant

 

Le somnambule

Enfant, Leo Nader était victime de crises de somnambulisme. Si intenses qu’on l’avait contraint à consulter un psychiatre, le docteur Volwarth. Bien des années plus tard, Leo se croit guéri. Mais, un matin, il découvre que son épouse a été agressée pendant la nuit et qu’elle s’apprête à le quitter...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Leo Nader a été jadis un enfant somnambule. Quand un matin sa femme le quitte avec des bleus sur le corps, il est pris de panique. Et si tout avait recommencé ?


Sebastian Fitzek installe le trouble avec ce nouveau roman et nous fait rentrer dans l'opacité du sommeil. Ne croyez plus que vous allez vous glisser dans vos draps en toute sérénité. L'auteur fera tout ici pour en dissuader.

Il joue ici sur l'inconnu que génère l'inconscience, cet espace-temps pendant lequel nous nous abandonnons tous et dont nous ne soupçonnons rien... Si pour le commun des mortels, le sommeil semble léger et ne pas poser de problème. Il en est tout autre pour les insomniaques, somnambules ou autres désordres pendant le décrochement de l'éveil. On joue ici sur notre peur à perdre le contrôle. Léo explore un univers parallèle dans son sommeil qui l'emmène progressivement de plus en plus loin. Le malaise s'observe quand la confusion s'installe entre rêve ou réalité. Léo s'enfonce dans le dédale de ses angoisses et croit devenir fou. Nous assistons au spectacle de sa désolation avec circonspection. Qui est Léo ? Est-ce un homme aux deux visages ? Dans quoi avons-nous mis les pieds ?

L'écriture est remarquable d'ingéniosité, on est embarqué dans un climat hautement anxiogène. Une fois l'œil fermé, s'ouvrent les portes de l'oubli, de l'irrationnel et pourtant, tout cela semble si bien réel. Le cauchemar est omniprésent, colle à la peau. L'engrenage est lancé et nous ne savons pas quoi en penser ou discerner ce qui est crédible de ce qui parait absolument fou.

L'imagination est retorse, sans borne, le manège est flou et entêtant. Une belle maîtrise pour un roman qui ne vous fera plus voir les nuits comme avant. Je recommande !

Citation :
"_ Docteur Volwarth ?

_Oui. A qui ai-je l'honneur ?

_ C'est moi. Leo Nader. Je crois que ça recommence."

 

A propos de l'auteur :

sebastianfitzek

Né à Berlin en 1971, Sebastian Fitzek est le numéro 1 du thriller en Allemagne. Il est l’auteur du best-seller Thérapie et de cinq autres romans, dont Ne les crois pas, tous parus à l’Archipel. Derniers parus : L’Inciseur (2015), coécrit avec le médecin légiste Michael Tsokos, et Mémoire cachée (2016). (Source éditions l'Archipel)

 

bandeau-lesomnambule

21 novembre 2016

"A comme apocalypse" de Douglas Preston et Lincoln Child aux Éditions l'Archipel

 

acommeapocalypse

 

"A comme apocalypse" de Douglas Preston et Lincoln Child aux Éditions l'Archipel

 

A comme Apocalypse

Il y a cinq ans, Eli Glinn avait dirigé une expédition pour récupérer un météore géant tombé sur un îlot du Cap Horn. Mais...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Cinq ans après une expédition qui avait mal tourné, faisant échouer le navire en quête de récupérer un météore géant ; il est plus qu'urgent et vital de détruire cette chose qui a évolué et qui menace à présent l'humanité...


On suit ici la suite des aventures de Gidéon Crew, détenteur d'une mission aussi périlleuse qu'extraordinaire. Direction la pointe du continent sud-américain, sur les traces d'un terrible naufrage et de découvertes insolites, impressionnantes et inquiétantes.

Comment une météorite a pu prendre autant d'ampleur et se transformer en une plante mutante et phagocyte ? D'analyses en recherches scientifiques, la mission est de taille pour notre ami Gidéon. Mais sait-il seulement où il met les pieds ? Le récit est rythmé et l'action bien au rendez-vous. On est intéressé et happé par ce monstre extra-terrestre dont on a envie de tout connaître, alors qu'il nous fait peur. Les auteurs réussissent à nous captiver et à nous emmener sur un terrain étrange. L'écriture est urgente, le temps presse... Les personnages sont un peu stéréotypés, mais parfaitement crédibles. L'atmosphère est préoccupante tout au long du roman, pour basculer au fur et à mesure dans l'horreur ou le cauchemar.

On avance le ventre noué dans un suspens insoutenable. Ce roman trépidant ravira les esprits curieux et scientifiques ou autres amateurs de science-fiction. Attention le compte à rebours est commencé !

 

Citation :
"Il est clair qu'elle aura évolué en se protégeant lors de son périple interstellaire. Il s'agit d'une graine conçue pour la panspermie, mais pas conformément au schéma imaginé par les exobiologistes, c'est-à-dire errant dans l'espace ou bien cachée dans une météorite. Nous sommes en présence d'un phénomène de panspermie destructrice."

Posté par SophieSonge à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 août 2015

"Mère parfaite" de Casey B.Dolan aux éditions DeNoël

 

Mere parfaite

"Mère parfaite" de Casey B.Dolan aux éditions DeNoël

Résumé :

Après une jeunesse malheureuse, Amber commence des études à l’université. Elle rencontre Wade, qui tombe fou amoureux d’elle et l'épouse. Très vite, Amber se retrouve enceinte et accouche de Tyler. Elle joue les femmes dévouées et les mères comblées. Mais ce n'est qu’une façade, elle n’aime plus son mari et se révèle incapable de nouer une relation avec son fils, dont elle a du mal à accepter l'hostilité sourde.
Le climat familial est de plus en plus pénible, et seule la présence de Joshua, le meilleur ami de Tyler, détend un peu l’atmosphère : adolescent rejeté par sa famille, il finit par s’installer avec eux…
Quelques années plus tard, Amber est retrouvée morte, «euthanasiée» à l’hôpital où elle était soignée pour un cancer très agressif. Seuls trois hommes ont vu Amber la nuit de son décès : Wade, le mari délaissé, Tyler, le fils hostile, et Joshua, qui s’était considérablement rapproché d’Amber les derniers mois. Chacun avait des raisons de la tuer, que ce soit par amour ou par haine.
Quand la vérité finit par éclater, c’est un véritable coup de tonnerre…

 

Mère parfaite - Casey B. Dolan

Livre Papier : 21,50 € / ISBN : 9782207118450 / Gencode : 9782207118450
Epub, PDF  : 15,99 €
http://www.denoel.fr

 

Mon avis :

Plus qu'un thriller psychologique, c'est ici un thriller émotionnel qui nous prend à coeur. Un récit déchirant, troublant dans lequel on remonte le fil d'une histoire tragique. Qu'est-ce qui est arrivée à Amber cette mère de famille décédée à 41 ans sur un lit d'hôpital ? Nous allons découvrir au fil des pages son passé à travers ceux qu'elle a laissés au bord du chemin.

Cette femme qui en apparence avait tout pour être comblée n'a jamais, semble-t-il guérie de ses blessures d'enfance. Un équilibre fragile pour lequel elle se sera battu une vie. Mais son mari, son fils la connaissaient-ils vraiment ?

On se laisse prendre au jeu des confidences qu'un thérapeute aura la charge d'éclairer. Tyler, Joshua, Wade que l'on suspecte de meurtre vont nous inquiéter, nous surprendre et nous bouleverser. L'écriture est habile, addictive, passionnelle. Les douleurs sont vives et exacerbées. on fouille et on dissèque des plaies qui ne se sont jamais vraiment refermées. Des destins qui se croisent, se reconnaissent et qui fusionnent... Des proches qui ne le sont pas vraiment. Des échauffements des corps et des coeurs qui ne feront que retarder l'inéluctable éclat.

Une tension extrême, des sentiments troubles vous figeront dans un état de légitime confusion.

Le récit est fort, intrusif, profondément intime et vous ne pourrez pas cacher votre sensibilité derrière des apparences sans vous abîmer un peu...

Je vous invite à découvrir ce roman sans restrictions.

Je remercie les éditions DeNoël pour cet envoi.