19 juillet 2018

"L'homme à la tête de chat" de Daniel Tahl aux Éditions Terre en Ciel

Homme tete de chat

 

 

"L'homme à la tête de chat" de Daniel Tahl aux Éditions Terre en Ciel

Daniel Tahl : Un voyage au bout de soi-même

 


« Certaines portes que l'on ouvre ne se referment jamais. Elles donnent sur un chemin étroit et sinueux qui mène vers un changement extraordinaire du cours de l'existence... » Né dans les années 1970, Daniel est un jeune homme parisien qui a grandi dans les odeurs d'encens de la spiritualité. Lorsqu'il est assez grand pour attraper l'un des livres sur l'ésotérisme qui peuplent la bibliothèque de sa mère, il est loin de se douter qu'il vient d'embarquer pour un voyage sans retour. Lorsque l'on mène une quête, ce que l'on trouve n'est souvent pas ce que l'on attendait, et ce que l'on découvre finalement est bien plus important que ce que l'on cherchait au départ. Pour que tu n'oublies pas Je tracerai en toi La marque du trépas Alors tu deviendras L'homme à la tête de chat Tournez la première page de ce livre et avec elle, l'une de votre existence...



Mon Avis

Daniel a grandi auprès d'une mère ouverte à l'invisible, à la spiritualité. C'est à travers elle, et les rencontres fortuites qu'il fera, que se forge sa personnalité, qui se dessine son chemin...

Daniel Tahl livre ici le récit d'une expérience de vie. Étapes après étapes, son environnement l'oriente, le conditionne et le heurte à lui-même. Le parcours est énigmatique, jamais anecdotique, o combien, combatif.

Rien n'est laissé au hasard, de l'enfance bénie au questionnement de l'adolescence, aux épreuves de l'existence... Tantôt bohème, tantôt pragmatique : Daniel tend à conflictualiser, à essayer, ne jamais se résoudre pour accéder à une forme de liberté. Entre rites initiatiques, convictions, intuitions, formatage, il faudra aller à la source pour aller plus loin, à l'intérieur de lui-même.

L'écriture est poétique, philosophique, intime et touche à l'humain. On aime se sentir éprouvé par l'émotion, se perdre dans le dédale des multiples chemins. Daniel livre un message puissant, réaliste sur les choix, le courage, les rêves...

Il nous invite à harmoniser notre monde intérieur avec le milieu extérieur, s'extraire, rentrer en soi-même. Accéder à sa vérité et peut-être briller !

 

Citation

"A la croisée des chemins, j'étais face à un choix auquel on a tous été confrontés au moins une fois dans sa vie : suivre une large route qui garantit la sécurité ou emprunter un petit chemin broussailleux et risqué, mais qui seul peut nous mener à un trésor."

 

lg-b-poster libraires l'homme à la tête de chat


26 juin 2018

"Tim au coeur d'or" d'Olivia Quetier aux Éditions Le Lys Bleu

Tim au coeur dor

 

"Tim au coeur d'or" d'Olivia Quetier aux Éditions Le Lys Bleu

Olivia Quetier : Un roman fort et sage

 

Tim au cœur d'or - Le Lys Bleu Éditions

Timothé vit en Lozère. Sa mère est alcoolique, son père un homme simple et bourru. Il veut devenir artiste peintre. Il met tout en acte pour tout quitter. Mais il est ramené sans cesse à cette mère qu'il s'imagine pouvoir sauver...

https://www.lysbleueditions.com

 

 Mon Avis

En Lozère, Thimothé Barral attend la décision du conseil de classe, qui pour lui, détient son destin entre ses mains... Quand le couperet tombe sur l'orientation d'un BEP, Tim accablé, n'est pas prêt néanmoins à renoncer à ses rêves...

Ce roman fait partie des pépites, parce qu'on y parle d'identité, d'histoire familiale, de construction de soi.

Tim est un peu perdu, entouré par des parents qui depuis trop longtemps, s'enferment dans le silence. Il s'évade à sa manière, avec les amis ou seul avec ses dessins dans la forêt. Il ambitionne son futur à Paris, de vivre de son art, d'être heureux et d'être lui-même. On est touché par l'émotion qu'il dégage, sa force de caractère, ses convictions. Il y a des zones d'ombre dans son histoire qui s'enracinent, blessent, orientent bien malgré lui. On suit Timothé sur son chemin chaotique, courageux à la recherche du bonheur, de lui-même.

L'écriture est infiniment discrète, sensible, elle nous parle au plus profond de nous dans une intimité qui nous bouleverse. Il faudra du temps pour comprendre, accepter, guérir. Le processus est lent, introspectif, nécessaire et salvateur. Tim le sait bien, pour lui et les siens. À son tour père, rien n'est aussi simple et il aura à faire des choix...

Ce récit complexe, appelle à dépoussiérer les fantômes d'un passé pour ne plus en avoir peur et vivre avec, pour, enfin : aller de l'avant !

Citation

"Dès que le soleil apparaissait et donnait sa lumière aux arbres. Timothé commençait à dessiner. Il était calme, apaisé, plus rien ne comptait que le trait, le regard, la couleur. Il savait qu'il était l'heure de partir grâce à la couleur du ciel et à la force de la lumière."

 

Site de l'auteur

Olivia

http://www.oliviaquetier.com/

Bandeau - Tim au coeur dor

22 juin 2018

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

La perfection du crime

 

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

Helen fields : Un roman infernal

 

La perfection du crime | Editions Marabout

Un voyage glaçant d'effroi dans l'esprit tourmenté d'un serial killer ! Perdu dans une région montagneuse isolée, un corps se consume. Seules des dents et un fragment de vêtement permettent d'identifier les restes carbonisés de l'avocate Elaine Buxton. Dans une pièce dissimulée aux yeux de tous, dans une grande maison d'Edimbourg, la vraie Elaine Buxton hurle dans le noir. L'inspecteur Luc Callanach vient juste de prendre ses fonctions quand l'affaire de la disparition d'Elaine est requalifiée en meurtre. Ayant abandonné une carrière prometteuse à Interpol, il tient à faire ses preuves aux yeux de sa nouvelle équipe. Mais le meurtrier a couvert ses traces avec un soin tout particulier. Bientôt, une autre jeune femme disparaît, et Callanach se trouve embarqué dans une course contre la montre. Du moins le pense-t-il...  Le véritable sort des deux femmes se révélera être bien plus terrible tout ce qu'il pourrait imaginer.

https://www.marabout.com

 

Mon Avis

L'inspecteur Luc Callanach est dépêché sur la disparition d'Elaine, avocate. Tout pousse à croire, qu'elle ait été victime d'un meurtre terrifiant. La vérité est encore plus lugubre et inimaginable...


Ce roman nous plonge dans l'insondable horreur, le crime et la noirceur dans ce qu'ils ont de pire et calculé. On sent très vite quelque chose de dérangeant chez ce meurtrier qui va bien au-delà du vice, de la violence.

Impossible de ne pas être mal à l'aise devant les scènes de perversion, d'humiliation qui enflent au cours de ce récit. Luc et sa coéquipière Eva, glissent vers quelque chose de retors qui leur échappent. On aime leurs failles, leur côté un peu cassé et indéniablement humain. Leurs confidences échangées nous en apprennent beaucoup sur eux-mêmes et nous les rendent attachants.

L'écriture de l'auteur est intelligente, sensible et bien dosée. On est effrayé, stupéfait par la personnalité et le profil recherché. Les mises en scène de crime de façade brouillent les pistes auxquelles s'ajoutent des menaces suffisamment discrètes pour être perturbantes...

Eva est en danger, l'intrigue débraye, s'emballe, s'enraye. On passe du préoccupant à l'incontrôlable sentiment que tout doit s'arrêter, et ce, quelle que soit l'issue.

Ce roman joue avec nos émotions, décortique nos peurs, nous rend vulnérable, dépendant... Et vous ne soupçonnez pas encore à quel point !

 

Citation

"Cet homme souhaitait que nous découvrions les corps. Il voulait que nous apprenions que ces femmes étaient mortes. Je ne suis pas certain de comprendre pourquoi."

 

Bandeau - La perfection du crime

19 juin 2018

"L'homme de Rio" de Boumé Boubekeur aux Éditions Librinova

Homme de Rio

"L'homme de Rio" de Boumé Boubekeur aux Éditions Librinova

Boumé Boubekeur : Un roman sensible et évadant

 

Driss, d’origine française, va réaliser le rêve de sa vie : partir au Brésil.
C’est sur cette terre lointaine qu’il va apprendre à connaître sa véritable patrie, et par la même occasion, sa véritable identité.
Il y fait de nombreuses rencontres, des personnalités à mille lieux de celles qu’il a connues jusqu’alors.
Rapidement intégré par les Brésiliens comme l’un des leurs, il fait aussi la connaissance d’un jeune homme issu des favelas. La passion pour l’écriture de ce dernier lui permet d’échapper au quotidien difficile et souvent violent qui est le sien. Avec lui, Driss développe une relation particulière, qui va le changer à jamais
Partez en voyage au cœur de Rio, un périple où s’entrecroisent racisme, tolérance, acceptation des différences, quête d’identité, deuil et sentiments !

 

Mon Avis Pollar

Driss rêve de s'évader de son pays d'accueil, La France, depuis sa plus tendre enfance. C'est à travers le Brésil qu'il nourrit tous les espoirs d'être lui-même et heureux...


C'est un pur voyage au pays du soleil, de la danse, des favelas que nous propose Boumé Boubekeur. on y retrouve un climat exotique, évadant.

Il nous donne à voir à travers Driss et ses rencontres, les reliefs, les contrastes d'une population hétéroclite et savoureuse. Ce personnage se frotte à toutes les classes sociales sans exception, avec la même envie de connaître et d'écouter le cœur des gens. C'est cette proximité avec l'autre qui l'attire, son désir de comprendre et de s'immerger dans une réalité propre. L'écriture est fluide, captivante. On aime parcourir ce Brésil avec son climat, ses contours, ses coutumes.

On est touché par l'histoire de Diss qui ne trouve pas sa place entre sa culture d'origine et sa culture d'adoption. On suit son aventure avec curiosité et beaucoup d'intérêt, et on tombe presque amoureux à notre tour de ce pays si contrasté. Un ailleurs où tout est intense, les sensations fulgurantes, exacerbées. Ses amitiés pointent du doigt les inégalités douloureuses, une logique difficile à intégrer pour ce chercheur d'idéaux...

Il y a beaucoup de sincérité, d'humain, de vie dans ce roman qui nous porte, nous pousse à la découverte avec un regard à la fois critique, tendre et toujours passionné. Un exceptionnel voyage à découvrir !

Citation Pollar

"Ce paysage ne le lassait pas, il était le parfait résumé de tout ce qui l'attirait ici. Le sauvage de Mêlait à la civilisation, le beau au laid, le riche au pauvre, les sommets aux plateaux."

 A propos de l'auteur Pollar

Auteur - Boumé

Boumé Boubekeur est né à Lyon en 1963. En 1970, enfant, il regardait la finale de la coupe du monde qui se déroulait alors au Mexique. Elle opposait l'équipe d'Italie à celle du Brésil, avec son joueur hors du commun, Pelé. Impressionné par les torcedores (supporters Brésiliens) qui acclamaient et dansaient la samba, il dit à son père "Papa c'est là bas que je veux vivre, car les gens chantent et dansent", il avait 7 ans...
20 ans plus tard, il a pu faire son premier voyage à Rio de Janeiro, et depuis, passionné, il y retrouve chaque années ses amis qui l'appellent "Boumézinho".
Il a depuis visité une vingtaine de fois ce vaste pays grand comme 17 fois la France ! L'Amazonie, le Pentanal, le Mato Grosso, Paraiba, etc. tous ces états du Brésil sont représentés dans cette ville Rio de Janeiro, "Cidade Maravilhosa", et qui mélange tous les « cariocas ». 

Bandeau - Homme de Rio

14 juin 2018

"Souvenirs effacés" d'Arno Strobel aux Éditions l'Archipel

Souvenirs effacés

 

"Souvenirs effacés" d'Arno Strobel aux Éditions l'Archipel

Arno Strobel : Un roman perturbant

 

L’enlèvement de son fils… Sa fuite nocturne a travers le parc… Le coup sur la tête… A son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine.
Étrangement, le médecin a son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle.
Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’a son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.
A qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ?
Avec Souvenirs effacés, le thriller qui l’a propulse au premier rang des maîtres allemands du suspense, Arno Strobel signe un roman qui vous fera douter de tout, jusqu’au bout

 

Mon Avis

Quand Sibylle se réveille après deux mois de coma, elle ne pense qu'à retrouver son fils Lukas qu'elle croit en danger... Le retour à la réalité est étourdissant, confus pour elle, confrontée à ses proches qui ne la reconnaissent pas et réfutent son identité de mère...


On rentre dès le début du roman dans quelque chose de très étrange et dérangeant. On ressent un certain malaise à ce qui se dessine autour de Sibylle, habitée par des souvenirs prégnant qu'il ne semble pas lui appartenir...

Est-elle sous le choc ?

Est-elle en danger ?

Sur son chemin des hommes, une femme présents, prêts à l'écouter, à l'observer, la surveiller. À qui doit-elle faire confiance ?

On la suit sur les traces de son identité, à la recherche de preuves qui la conduirait vers elle, son fils et la vérité. L'écriture est nerveuse, sensible, électrique. Elle nous prend à cœur, nous donne des réactions en chaîne, épidermiques. On ne sait pas où aller, que penser tellement on s'oppose à des murs de contradictions.

On y parle d'expériences, de mensonge, de manipulation mentale. Il y a derrière les apparences, beaucoup de tricheries, de subterfuges dont on a du mal à s'extraire. C'est angoissant, saisissant : on est partagé entre la folie, la paranoïa, l'abomination...

Cette intrigue nous pousse très loin pour nous heurter, nous catapulter vers l'impensable, le doute, la peur de ne plus être soi, quand nos souvenirs s'effacent. Heureusement le cœur, le sang, le corps ont eux aussi leur mémoire...

Citation

"C'est sans espoir. Chaque minute que je passe ici est du temps perdu. Il faut que je parte avant de devenir folle et de me mettre à hurler. Partir, mais où ? Peu importe. Partir. Retrouver Lukas."

 

Bandeau - Souvenirs effacés


13 juin 2018

"La manufacture des histoires" de Luc Fivet aux Éditions Baker Street

 

Manufacture

 

"La manufacture des histoires" de Luc Fivet aux Éditions Baker Street

Luc Fivet : Un roman dans le roman

 

La Manufacture des histoires

Dans ce récit qui oscille entre thriller, roman initiatique et satire sociale, un écrivain multi-refusé cherche à pénétrer les arcanes de la Manufacture des histoires, ce lieu mythique où il rencontrera enfin reconnaissance, gloire et fortune.

Cette quête, traversée par un souffle d’humour et de parodie, sera truffée de pièges et de révélations. On y croisera des personnages aussi étonnants qu’un vendeur de machines à écrire, un marabout accoucheur d’histoires, les fantômes de la Beat Generation, des fanatiques obsédés par le Volume et même la nouvelle Shéhérazade, perdue parmi les flots de sans histoire fixe qui peuplent les rues...

https://editionsbakerstreet.com

 

Mon Avis Pollar

C'est un romancier en quête d'être édité, désabusé, persévérant et surtout à la recherche de lui-même dont nous allons faire la connaissance ici. Il nous raconte bien plus que des histoires à travers sa plume, à travers lui...


Ce récit nous entraîne dans les arcanes de la littérature pour nous emporter de l'inspiration vers l'édition dans une satire mi-sérieuse, toujours appointée et jamais ennuyeuse.

Pour les amoureux des livres, on s'y sent invité et comme un poisson dans l'eau. S'il y a un réel fantasme autour de l'écrivain, il est en quelque sorte ici dépoussiéré, démystifié. On y dévoile ici les coulisses de l'édition non sans humour et toujours de front. On y rencontre des personnages aux reliefs atypiques, caractéristiques, marquées qui jouent leur rôle de divertissement.

L'écriture est fluide, aspirante, inspirante à l'image d'un conte où le grave côtoie l'insolite, le facétieux. On éprouve à le lire au premier degré, pour qu'ensuite il se distille et se décante en pure réflexion.

C'est un récit intelligent, pertinent métaphorique d'une société qui veut nous aliéner de notre pensée, de notre liberté. Il veut nous mettre en garde contre les mirages, pour que chacun puisse continuer de croire et d'écrire sa propre vie.

  Citation Pollar

"Le but ultime, c'est d'arriver à se passer de mur et de regarder l'horizon s'ouvrir en grand devant nos yeux émerveillés. Ce n'est que ça, un livre. Une brique d'imaginaire joliment taguée qui nous donne un avant-goût de la liberté."

 

Bandeau - Manufacture

Posté par SophieSonge à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 juin 2018

"Le poème dont vous êtes le héros" de Guillaume Prié aux Éditions Librinova

Heros

 

 

"Le poème dont vous êtes le héros" de Guillaume Prié aux Éditions Librinova

Guillaume Prié : Un roman poétique

 

Rencontre avec cinq personnages intimement liés les uns aux autres, qui rêvent de vivre et vivent pour rêver. En refusant de se laisser ballotter par les événements et les règles imposées, ils découvrent, petit à petit que la vie qu’on mène est, toujours, celle qu’on choisit. Que si la destination est connue, il n’est jamais trop tard pour détourner la rivière !

Leur vie est le poème dont ils sont les héros.

https://www.librinova.com

 

Mon Avis Pollar

On fait des rencontres exceptionnelles entre les lignes de ce roman avec des personnalités au profil différent et qui pourtant nous emmènent au final, vers une même direction.


Il y a une légèreté et à la fois une profondeur qui se dégage des mots, des valeurs prononcées. On y parle de routine, de rêve, de changement, de libre choix. Évanescent et prégnant, le récit se veut à la fois poétique et philosophique, se rapprochant d'un Paulo Coehlo.

L'écriture est sensible, aérienne, elle se laisse goûter, imaginer pour voyager et voler au-dessus d'elle. Les personnages nous touchent à travers leur vulnérabilité, leur imperfection.

On se laisse porter par leurs errances, leurs réflexions. Et puis, on se met à éprouver très fort leur questionnement au point de les déplacer, les intérioriser. Ils nous invitent à explorer en nous des chemins secrets insoupçonnés, à aller à la source de nos envies, nos émotions.

C'est un roman intemporel et délicat, à lire et à relire, à ressentir pour s'échapper et aller plus loin peut-être... Au-delà des murs, des obstacles, au-delà de soi.

Citation Pollar

"Toi qui cours le monde, tu sais autant que moi que l'importance du voyage ne réside pas dans la distance physique que les jambes parcourent, mais dans le cheminement intérieur que l'âme accomplit."

 

A propos de l'auteur Pollar

guillaume

Né en Bretagne, l'auteur a exercé pendant près de vingt ans dans la finance d'entreprise.
Sa dernière expérience professionnelle l'a mené à Singapour où il a enfin entrepris une tâche qui lui tenait à coeur: l'écriture de son premier roman.
Le poème dont vous êtes le héros illustre la façon dont il entend mener son existence désormais.

https://www.guillaumeprieromans.com/

 

Bandeau - Heros

31 mai 2018

"Un Havre de paix" de Stanislas Petrosky aux Éditions French Pulp

HAVRE_de paix

 

"Un Havre de paix" de Stanislas Petrosky aux Éditions French Pulp

Stanislas Petrosky : Un retour remarqué

 

Un Havre de Paix - French Pulp éditions

Quand l‘Embaumeur va pour récupérer un corps dans le centre pénitentiaire du Havre, et que le suicidé lui paraît suspect, il ne peut s’empêcher de mettre son nez partout, de remuer la fange à ses risques et périls. Surtout si le taulard décédé est un flic infiltré, un policier incarcéré pour faire tomber un monstre… Qui a tué William Petit, comment, alors qu’il était seul dans sa cellule, et pourquoi ? Entre une affaire de corruption dans la prison et un caïd qui tente de se faire passer pour une oie blanche, c’est une nouvelle aventure plus que mouvementée pour l’Embaumeur qui a mis le doigt dans un drôle d’engrenage.

 

Mon Avis Sang

C'est au Havre que l'on retrouve notre cher embaumeur... C'est du côté du pénitencier qu'il officie cette fois-ci. Et quand les corps s'expriment, Mandoline sait lui que ça va saigner...


L'auteur nous offre une belle balade en région normande et plus particulièrement dans la ville du Havre, qu'il nous fait sillonner à travers son récit.

C'est un plaisir de retrouver Luc Mandoline dans une aventure musclée et border-line. Quand il tombe sur un meurtre maquillé en suicide et qu'il gratte un peu, il sait très vite que "la merde", devra tôt ou tard remonter à la surface. On aime son humour, son franc-parler, ses méthodes franches et arrêtés, sa façon à lui d'aller droit à l'essentiel.

L'écriture exprime une gouaille joueuse et acérée, les personnages exercent leur pouvoir truculent. Il est question de violence, de pédophilie, de trafic, de corruption. L'enquête est sensible, il y a de l'énergie, du drame, des cascades, de la testostérone.

Un roman périlleux et de haute voltige que l'on suit tambour battant. Putain, Mandoline, tu nous avais manqué !


Citation Sang

"Il faut commencer doucement, et augmenter le taux d'emmerdements de la smala, si dès le départ nous tapons trop fort, cela sera moins percutant. Je suis persuadé que de faire monter le taux d'adrénaline tout doucement de ses ennemis est un bon moyen de les amener à faire des conneries et à être ainsi plus vulnérables."

 

Bandeau - HAVRE_de paix

"Le Chant clair des sirènes" René Pagis aux Éditions Marivole

Le-Chant-clair-des-Sirenes

 

 

"Le Chant clair des sirènes" René Pagis aux Éditions Marivole

René Pargis : Un récit douloureux

 


Jacques a toujours dit qu’un jour il partirait « Tout droit devant » conscient qu’il ne le ferait jamais. Pourtant, un jour, différent des autres, incapable de supporter plus longtemps une vie conjugale impossible, il part sous la pluie en direction du sud. À bout de force, il se réfugie dans une grande maison, chez Mathilde, une dame mystérieuse qui l’envoute et le prive progressivement de toutes ses défenses…

http://marivole.fr

 

Mon Avis Pollar

Jacques retraité ne supporte plus sa vie conjugale et décide un jour de partir, de se libérer du joug d'une épouse qui l'étouffe. Sur sa route, la liberté ne sera qu'illusoire et de courte durée...


Il y a quelque chose de lent et de dangereux dans cette intrigue qui nous conduit droit en enfer.

Cette porte que Jacques franchit pour ne plus se laisser imposer ou subir sa vie, va très vite basculer dans la sidération et le cauchemar.

L'ambiance est pesante, trouble, anxiogène, elle nous prend rapidement à la gorge et comme son personnage, on y est pris au piège. Il est question de séduction, de mirage, de manipulation. Jacques est confronté à ses manquements et à ses peurs, trébuche, s'enlise et s'abandonne.

L'écriture est fluide, prenante, efficace. On se laisse envahir par le sentiment d'angoisse, de stupéfaction pris dans cette affaire perverse et sordide. On se raccroche au soutien de quelques figures familiales, amicales ou sympathisantes. On veut croire au miracle, à l'éclosion de la vérité. Ce roman nous plonge à l'intérieur du vide, de la solitude dans un engrenage qui ne fait rien pour s'arrêter.

Diabolique et tentateur, n'entendez vous pas ce chant des sirènes qui vous appelle ?

Citation Pollar

"Il ne peut s'empêcher d'imaginer avec quelle rapidité elle l'a analysé, cerné, jugé alors qu'elle ne l'avait jamais vu avant. Lui, en revanche, après ce court séjour, n'en sait guère plus qu'à son arrivée. Qui est-elle ? Est-ce une fée ou une sorcière aux dons multiples et aux pouvoirs ravageurs ?"

 

A propos de l'auteur Pollar

René Pagis a franchi presque tous les grades de la gendarmerie avant une seconde carrière dans la justice. Juge d’instruction, puis juge des enfants, il a ensuite exercé en tant que procureur de la République dans plusieurs départements du centre de la France. Aujourd’hui à la retraite, il se consacre pleinement à l’écriture. Après un récit autobiographique, Dans la salle des pas perdus (De Borée, 201) et un premier roman Un dernier rêve pour la nuit (éditions Bord du Lot, 2016), il propose Le Chant Clair des sirènes, son second roman.

Posté par SophieSonge à 09:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 mai 2018

"Le vase rose" d'Eric Oliva aux Éditions Taurnada

Le Vase Rose

 

 

"Le vase rose" d'Eric Oliva aux Éditions Taurnada

Eric Oliva : Un thriller réussi

 

Le Vase rose - Éric Oliva

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ?
Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever.
Frédéric Caussois a choisi.
Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.

https://www.taurnada.fr

 

 

Mon Avis Sang

Frédéric Caussois, chef d'entreprise en région lyonnaise, mène une vie paisible et a tout pour être heureux aux côtés de sa femme Luan et son fils Tao. Quand Tao meurt d'empoisonnement à la suite d'une administration de médicament, c'est la consternation. Frédéric va tout entreprendre pour faire jaillir la vérité...

Eric Oliva nous offre ici un thriller réfléchi avec des personnages pris au piège de leurs émotions. C'est cette dimension qui donne un caractère particulier au roman.

On se focalise sur l'horreur et l'absurdité d'une mort injuste et inacceptable. On comprend la douleur de ce père anéanti et déterminé à savoir ce qui s'est passé. Il n'y a pas un seul moment où il nous déçoit alors qu'il est confronté au pire.

L'écriture est extrêmement fluide et addictive. Des éléments s'installent, nous dirigent, nous questionnent, nous troublent aussi...

C'est difficile de ne pas se laisser envahir par la confusion des ressentis qui nous aimantent, nous dispersent, nous accablent... Tout nous pousse à voir ou à croire ce qui nous arrange et pourtant, rien n'est aussi simple. Il y a un vrai suspens et retournement de situation auquel on ne s'attend vraiment pas. Nous étions soit trop loin de la cible ou autour, mais jamais dans le mille.

Nous ne lâchons rien jusqu'au bout et c'est ça qui est bon. Pari réussi donc pour ce récit avec une belle mise en œuvre et une vraie expression.

 

Citation Sang

"De quoi pourrais-je avoir besoin ? Un simple flacon de médicament que vous achetez en toute confiance, et la totalité de votre univers s'écroule. Comment peut-on survivre à ça ?"

 

Bandeau - Le Vase Rose

Posté par SophieSonge à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,