11 juin 2018

"Un goût d'enfance" de Claude Couderc aux Éditions l'Archipel

 Un gout d'enfance

 

"Un goût d'enfance" de Claude Couderc aux Éditions l'Archipel

Claude Couderc : Un roman sensible et nostalgique

 

Un goût d'enfance

Chocolat chaud, brioches, pain d’épices, confitures… Pour rien au monde le « Petit », 13 ans, ne manquerait le goûter chez Mme Pozzi dans sa belle maison de la « cité Million », le quartier chic de la ville…
Mais lorsque surgit sa mère dans la salle à manger, le Petit repose sa brioche : « Mamoune » est la femme de ménage de Mme Pozzi. Il rougit de la voir ainsi. Mais il oublie vite auprès de Vivi, sa petite voisine délurée. Ensemble, ils rient, ils pleurent, ils apprennent à s’embrasser. Dans ce petit coin de Midi, entre vignes et ruisseaux, la vie paraît alors pleine d’espoir…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

Claude Couderc, réalisateur de documentaires et de téléfilms, revient ici avec ce roman sur les traces et les souvenirs de son enfance. Il se raconte à travers ce Sud, propice à la liberté et aux premiers échanges évocateurs et amoureux. Il s'ouvre à nous au-delà des mots, sans filtrer ses émotions avec une musicalité et une poésie qui nous étreint, nous séduit.


Il y a de la honte à évoquer faire partie des pauvres, d'avoir un père qui rentre régulièrement saoul à la maison. Il y a aussi de la joie et de la fierté pour ce frère, aventurier et dandy. Le "petit", alterne avec les difficultés, les petits bonheurs, les déceptions, les douleurs et les rêves effleurés...

L'écriture est belle, sensible, imagée et incroyablement vivante. On touche ici avec une infinie justesse à l'intimité, les secrets, la métamorphose, à toutes ces choses qui une fois réunis, font un jour grandir.

Un roman qui dégage des sentiments doux et intenses, évoqués avec tendresse et indulgence. Vous devriez tomber sous le charme !


Citation

"Un pauvre, ça se repère facilement. "Moi, se dit-il, j'ai beau me laver, me coiffer en mettant du gel sur mes cheveux, je sais qu'on sait que je n'ai pas le sou... C'est comme si j'étais marqué au fer rouge !"

 

Bandeau - Un gout d'enfance


05 octobre 2017

"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates aux Éditions Philippe Rey

Paysage Perdu

 

"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates aux Éditions Philippe Rey

Joyce Carol Oates : Un récit introspectif

 

Paysage perdu

C’est avec un mélange d’honnêteté brute et d’intuition acérée que Joyce Carol Oates revient sur ses jeunes années. Son enfance pauvre dans une ferme de l’État de New York fourmille de souvenirs : ses parents aimants, ses grands-parents hongrois, les animaux, la végétation, le monde ouvrier, l’école.

Ces années lui offrent à la fois un univers intime rassurant, mais un univers limité, cerné par des territoires inaccessibles, propices à enflammer l’imagination de la jeune fille qui trouve là ses premières occasions de fiction. Des territoires où la mort rôde et où les êtres souffrent : cette maison dans la forêt où les enfants sont battus par un père ivrogne qui y mettra le feu ; sa camarade Cynthia, ambitieuse élève qui se suicidera à l’âge de dix-huit ans ; sa soeur cadette autiste, Lynn Ann, qui deviendra violente au point de déchirer littéralement les livres de son aînée…

http://www.philippe-rey.fr

 

Mon Avis

Joyce Carol Oates nous ouvre les portes de sa vie, son vécu, son expérience qui ce qui fait d'elle un jour l'écrivain qu'elle est aujourd'hui. Entre imaginaire et réalité émerge le travail créatif, l'écriture, le talent...


Joyce Carol Oates fait le chemin à l'envers. Elle part de ses racines, de son enfance, de ses influences pour aller à son parcours de vie et d'écrivain.

Avec discrétion et je crois beaucoup d'honnêteté, elle dévoile sa nature profonde, sa relation à l'extérieur et au monde. On découvre sa singularité, son milieu, son histoire, le rôle des rencontres. Elle fait défiler, elle égrène les souvenirs qui ont forgé son goût pour les lettres et sa personnalité profonde. Chez elle, tout est nature à réflexion, à évasion. On aime ce caractère indépendant, volontaire et affirmé. On suit son parcours avec curiosité et intérêt.

On aime l'aspect touchant qu'elle donne aux gens à travers sa plume lucide et vraie. Elle ne nous cache rien des difficultés rencontrées, des peurs, des pertes endossées. Elle évoque non sans humour et tendresse des anecdotes chères à l'enfance. Avec elle, on traverse les années avec recul sans doute et humilité. Ce récit est une aventure à lui tout seul, suspendu dans l'espace-temps, éprouvant le rêve à l'intérieur de la réalité.

Il faudra se laisser guider par les mots, s'imprégner, pour saisir, comprendre la substance. Joyce Carol Oates est certainement née écrivain, une aptitude acquise qui ne dément pas ce "Paysage perdu".

 

Citation

"Je n'avais pas considéré qu'écrire puisse permettre d'être indépendant ni constituer une carrière ; écrire venait de mon moi le plus profond et le plus intime, et ne pouvait avoir aucun rapport avec le fait de gagner sa vie."

 

Bandeau - Paysage Perdu

Posté par SophieSonge à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 février 2017

"Quelqu'un à qui parler" de Cyril Massarotto aux Éditions XO

quelqunaquiparler

 

"Quelqu'un à qui parler" de Cyril Massarotto aux Éditions XO

Cyril Massarotto : Un roman doudou à serrer contre soi

 

Quelqu'un à qui parler

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu'il n'a personne à qui parler.

http://www.xoeditions.com

 

Mon avis :

Le soir de son anniversaire, alors que Samuel réalise qu'il n'a personne à qui parler, il lui prend l'idée d'appeler le numéro de son enfance... Une idée insolite, mais pas le moins saugrenu qui pourrait bien se révéler pleines de surprises...


C'est un roman tendre, touchant et qui parlera certainement à votre cœur. Cyril Massarotto avec une simplicité lucide trouve le chemin le plus étroit, le plus intime pour murmurer à votre oreille. Qui une fois adulte s'est retourné, fait le bilan de ce qu'il avait entrepris pour se confronter aux rêves qu'il avait quand il était enfant ?

Samuel va avoir cette chance d'échanger avec celui qu'il était quand il avait dix ans. Ils vont créer un lien, s'apprivoiser et se dire des choses essentielles. Ce roman nous raconte une histoire qui fait résonnance. On ressent à chaud un panel d'émotions qui nous effleure, qui nous bouleverse. On se remémore la candeur de l'enfance, sa vérité avant que les peurs et les accidents de la vie nous accrochent. Cet instant de magie où l'on croit encore à ses rêves et que tout encore est possible. L'auteur nous exhorte à travers Samuel à avoir le déclic, à être fidèle à soi-même et à ses rêves d'enfant.

L'écriture est fluide, drôle, tendre, douce-amère. Les pages défilent et s'ancrent progressivement, imperceptiblement. Cyril Massarotto touche notre sensibilité avec une finesse démesurée. Il bouscule notre conformisme, nos habitudes pour titiller notre conscience.

À travers un dialogue intimiste, les sentiments, la sincérité se réveillent et se révèlent. Un roman sage, positif et d'une exceptionnelle fraîcheur.

Pour que l'adulte que vous êtes n'oublie jamais l'enfant que vous étiez.

 

Citation :

"Car je crois qu'une fois encore, j'avais trop laissé de côté cette part de moi qui, peut-être, reste la meilleure : l'enfant que j'étais."

 

A propos de l'auteur :

CyrilMassarotto

Né en 1975, Cyril Massarotto vit à côté de Perpignan.

Il a longtemps écrit des paroles de chansons pour son groupe, Saint-Louis, avant de se sentir à l’étroit dans l’exercice. Il passe donc à la vitesse supérieure en 2006, et se lance dans l’écriture. Un an plus tard, alors qu’il surfe sur le net dans un bain bien chaud, une phrase résonne dans sa tête : « Dieu est un pote à moi ». Il sait alors qu’il tient son roman. Un premier roman hilarant, sensible et juste, qui a tout simplement le goût de la vie.

Instituteur puis directeur d’une école maternelle, Cyril Massarotto a décidé en 2008 de se consacrer à l’écriture et à la musique.

 

Quelqu'un à qui parler - Cyril Massarotto

bandeau-quelqunaquiparler