18 septembre 2017

"Le monde m'attend" de Miannay

Le monde m'attend

 

 "Le monde m'attend" de Miannay

Miannay : Un roman fluide et divertissant

 

 

Le monde m'attend

Le monde m'attend

50 nuances de Candide (Pardon, Voltaire !). Viane Cey, blonde à la bouche outrageusement indécente, a compris comment « ça » marche, mais refuse de marcher comme tout le monde. En attestent ses lettres de motivation : « Madame, Monsieur Machin, Je veux ce travail, parce que j’ai besoin de fric. Après avoir lu votre annonce, je me suis dit que ce job avait l’air moins ennuyeux que les autres, j’y ai même entrevu la possibilité d’en retirer de la satisfaction. Je suis parfaite pour ce poste, embauchez-moi. » La jeune femme se rêve écrivain, n’a-t- elle pas été d’ailleurs stagiaire dans une maison d’édition, vrai poulailler parisien ? Enfin, ça, c’était avant de jouer aux fléchettes sur son diplôme. Elle vient d’entamer un "Manuel de chasse et de pêche à l’usage des jeunes diplômés cherchant du travail"...
https://www.amazon.fr

 

Mon Avis

Viane Cey est originaire du côté de Nice quand elle débarque sur Paris comme stagiaire dans une maison d'édition. Elle rêve beaucoup sa vie, sans penser à vivre ses rêves. À force de rencontres, et si elle se bouge un peu, le meilleur ne peut qu'arriver...


C'est un roman agréable à lire et qui passe vraiment tout seul. On suit avec un réel intérêt la jeune Viane au tempérament joyeux, innocent et si peu sûre d'elle.

Ce petit brin de femme nous fait sourire un peu et nous séduit beaucoup. Être stagiaire n'a jamais été une sinécure, on grince des dents, on dédramatise, on s'en amuse ici. Viane se cherche professionnellement, sur le plan affectif aussi. C'est à travers son regard et celui des hommes qui en ont un peu pincé pour elle, que nous allons découvrir sa personnalité et ses talents pour l'écriture. Prendre conscience de ses valeurs, lâcher prise et oser, c'est ce qui lui permettra d'avoir de nouvelles perspectives et d'avancer. C'est une aventure joyeuse, ludique qui s'accorde à laisser les peurs et les doutes au placard.

L'écriture est tonique et communique la bonne humeur. On aime la spontanéité et la fraîcheur de Viane, ses erreurs, ses maladresses. Elle nous entraîne dans un tourbillon de vie et amoureux irrésistible qui nous fait tourner la tête. Il est question d'opportunités, de chance, de choix, de passion, de travail, de persévérance.

Dans la vie de Viane, tout l'attend si elle s'en donne la peine et si elle saisit le bon moment...

Serez-vous prêt à le saisir avec elle ?

Citation

"Je n'écris pas pour une maison d'édition, j'écris pour moi, un point c'est tout ! Car quand j'écris, j'oublie que j'ai peur. Peur de vivre. De vivre mal. Peur de ne pas vivre. Intensément."

 

 

Posté par SophieSonge à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


01 août 2017

"Miss dumplin" de Julie Murphy aux Éditions Michel Lafon

 Miss Dumplin

 

"Miss dumplin" de Julie Murphy aux Éditions Michel Lafon

Julie Murphy : Une belle leçon de vie

 

Miss Dumplin

Michel LAFON - Miss Dumplin, Julie Murphy

Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d’être super slim pour s’assumer. Jusqu’au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l’aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles.

http://www.michel-lafon.fr

 

Mon avis :

Willowdean est ronde, mais pas que... C'est une jeune fille comme les autres avec ses peurs, ses désirs, ses émotions. Tout n'est pas plus facile ou plus difficile quand il s'agit de se construire, c'est juste qu'il faut être soi-même, mais surtout OSER...


Ce roman est un plaidoyer pour l'acceptation et l'affirmation de soi. À travers le personnage de Willowdean, on met en garde contre les clichés de la beauté. Qui a dit qu'il fallait être mince et ou parfaite pour plaire ?

C'est toute la personnalité de Willowdean qui va nous prouver le contraire. Pétillante, pleine de doute, sensible mais irrésistible : elle nous prouve que c'est la différence qui peut tout transformer. On passe avec elle des moments drôles, tendres qui font que la vie est pleine de relief et mérite d'être vécue.

L'écriture est vivante, enjouée. On suit avec un réel bonheur les petits tracas, les péripéties amoureuses et amicales de cette jeune serveuse qui n'a pas l'intention de se démonter pour un concours de beauté. On aime et on adhère cette façon d'être et de s'assumer. Elle gagne toute notre estime dans cette conviction qu'il faut vivre sans avoir peur du regard de l'autre.

Pour être heureux, faut-il ne plus "vivre caché" mais plutôt s'accepter et se montrer.

Un roman optimiste et qui fait résolument du bien, allez-y, foncez !

 

Citation :

"Je m'inscris à ce concours de beauté parce que je n'ai aucune raison de m'abstenir. Parce que je veux franchir la ligne qui me sépare du reste du monde _ pas devenir le Messie de qui que ce soit."

Bandeau - Miss Dumplin

24 juillet 2017

"Le silence de Mélodie" de Sharon M.Draper aux Éditions Michel Lafon

Le Silence de Mélodie

 

"Le silence de Mélodie" de Sharon M.Draper aux Éditions Michel Lafon

Sharon M.Draper : Un roman bouleversant

 

Quand j’ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification. Mais seulement dans ma tête.

Je n’ai jamais prononcé un seul mot. J’ai bientôt onze ans.


http://www.michel-lafon.fr


Mon avis :

Mélodie onze ans a un handicap, elle est en fauteuil et ne parle pas. En revanche, elle a intégré très vite les mots qui s'agitent, s'affolent sous sa boite crânienne. Elle ne rêve que d'une chose, se faire comprendre, communiquer, s'intégrer...


C'est une lecture intense qui perturbe et ébranle. Parce que l'on est au cœur des pensées, des ressentis de Mélodie. Elle vous touche par sa sensibilité, son intelligence, son regard sur la vie, sa maturité.

On vit avec elle les difficultés dans son quotidien, éprouve très fort ses liens d'amour familiaux. A leurs côtés, elle peut être elle-même, une jeune fille qui aime la mode, la country et les livres audio. Elle va devoir se battre pour exprimer ses valeurs aux autres, pour qu'ils voient autre chose qu'une fille qui bave dans son jogging...

L'auteur réussit le pari de nous submerger d'émotions fortes, vraies, intimes. On ressent la détresse de l'héroïne, son isolement, au plus profond de nos veines. On aime et on est porté par son énergie, sa sagacité et son esprit d'à-propos. On est convaincu du bien-fondé et de la mesure de prendre sa place au sein d'une classe et d'une communauté. L'écriture est vivante, pure, directe. Elle donne la parole à Mélodie et nous permet de nous glisser dans sa peau de manière sensé et immédiate.

Ce roman est beau, il parle avec beaucoup de sincérité et de vérité du handicap sans tomber dans le larmoyant. Il est au contraire sinon positif, pour le moins combatif. Il met en exergue à accepter la différence, à valoriser ses atouts.

Ce n'est pas parce que vous ne parlez pas que vous n'avez rien à dire, écoutez la voix de Mélodie : c'est à travers son silence, qu'elle s'exprime...

 

Citation :

"Ensuite, elle me calait par terre sur un grand coussin, elle étalait les fiches à portée de main pour moi et je les poussais du poing pour former des phrases. C'était comme enfiler des perles sur un collier pour créer un chouette bijou."

 Bandeau - Le Silence de Mélodie

10 juillet 2017

"Sous l'aile du concombre" d'Henri Girard aux Éditions l'Atelier Mosésu

Sous aile concombre

 

"Sous l'aile du concombre" d'Henri Girard aux Éditions l'Atelier Mosésu

Henri Girard : Un roman indicible et tendre

 

Sous l'aile du Concombre

Autodidacte complexé, la quarantaine hypocondriaque, Hubert est grand scrutateur de fesses de dames et, accessoirement, " conseil en ressources humaines ". Au long de stages pour cadres stressés, il manie avec brio l'analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique et autres disciplines aux noms d'oiseaux. Cela ne l'empêche pas d'être aussi bancal du sentiment qu'on peut l'être.

http://www.atelier-mosesu.com

 

Mon avis :

Hubert est l'archétype du célibataire libre et affranchi qui ne sait pas quoi faire avec les sentiments. À quarante ans, à l'heure des bilans et des remises en question, lui faudra-t-il un électrochoc ou un tacite coup de pouce du destin pour changer la donne ?


C'est un roman tout court et extrêmement pudique sur l'expression des sentiments. Hubert a été très marqué par la séparation de ses parents et par les mots que l'on ne se dit pas dans cette famille... On ne se dit pas"je t'aime", on ne s'étreint pas, on ne se divulgue pas non plus. Est-ce l'héritage de cette éducation qui l'a rendu inapte à l'amour, à l'épanchement, à la tendresse ?

Hubert nous séduit, nous fait sourire, nous interroge, nous émeut sur notre rapport à la communication, à transmettre les émotions sans les étouffer ou les brider. L'écriture est fanfaronne, joyeuse. On se faufile entre les pages de ce roman d'abord avec force, entrain et amusement, pour à mesure tendre vers quelque chose de plus profond, de plus touchant.

On parle ici de liens familiaux, d'amitié, d'amour, de sincérité, de démonstration d'affection, de non-dits et de mal-dits aussi. Parce que l'amour est parfois si fort qu'il ne s'exprime qu'avec discrétion, il faut le chercher, le débusquer derrière les petites attentions...

L'auteur a vu juste, a touché un point sensible. On aime cette histoire toute douce en apparence, mais qui recèle une myriade de couleurs, de sentiments. N'est-ce pas celle de la vérité et du cœur tout simplement ?

Un roman à lire, à éprouver, à disséquer : vous n'en aurez certainement pas fini de l'aimer.

 

Citation :

Je vis seul depuis quarante ans. C'est ahurissant. Je n'ai jamais dit : "Je t'aime". C'est désespérant. Je m'en aperçois seulement maintenant. C'est comique. C'est tragique. C'est tragi-comique.

 Bandeau - Sous aile concombre

03 juillet 2017

"Les exilés du Paradis" de Brigitte Adès aux Éditions Portaparole

Les exilés du Paradis

 

"Les exilés du Paradis" de Brigitte Adès aux Éditions Portaparole

Brigitte Adès : Un roman éclaireur

 

Les exilés du Paradis

Portaparole France
Il y a des romans qui en disent plus long sur la réalité du monde que les essais les plus sophistiqués. À travers l amitié de deux jeunes franco-iraniens, dont le destin va diverger malgré eux, Les Exilés du Paradis plongent le lecteur au coeur du grand affrontement du moment qui oppose l Islam éclairé au radicalisme le plus obscurantiste. En se tournant vers ses racines, Farhad découvre que cette lutte entre deux projets de sociétés existait déjà en Perse au onzième siècle. Son ancêtre n avait-il pas lutté contre la secte des Assassins, les premiers terroristes de l Histoire ? Devenant le moteur de son existence et du roman, ses investigations conduisent Farhad à Ispahan, sa ville natale, puis à Londres et enfin à Paris...

http://portaparolefrance.com

 

Mon avis :

Fahrad est originaire de Téhéran, il a vécu avec ses parents en France, suivi des études aux Etats-Unis. Ce jeune homme perdu entre ses origines et son mode de vie très occidental va peut-être finalement trouver sa place comme médiateur entre ces deux civilisations...


L'auteur nous ouvre les portes sur un roman juste et éclairé au sujet très sensible de la radicalisation à l'Islam. Sans juger, sans choquer, elle expose à travers ses personnages un problème résurgent de notre société entre des religions et des fidèles qui ne se comprennent pas.

De manière très dogmatique, Fahrad va ouvrir, lire, disséquer le coran, prêchant la paix, la communion. Il exhorte à sortir ses pairs de l'ignorance, les invitant à penser par eux même d'une manière ouverte et responsable. On est touché par son combat contre l'obscurantisme, son histoire et sa vérité. Il va au-delà des préjugés, ouvre les cœurs, les consciences et refuse de se laisser au fatalisme.

On admire sa foi, son courage, son abnégation pour une cause essentielle et à laquelle il croit. Un récit fin et construit avec intelligence qui pour aller vers la lumière invite à aller vers la connaissance et pousse à la réflexion.

Loin de l'enrôlement religieux ou l'instrumentalisation politique, l'interprétation libre et respectueuse des textes se veut la clef du vivre en accord avec soi-même, Dieu et les autres.

Un livre court, fondamental à faire circuler et à partager.

Citation :

"Ce qui nous unit, est plus grand que ce qui nous divise, se plaisait à répéter Fahrad."

 

08 septembre 2016

"Ainsi fleurit le mal" de Heaberlin Julia aux Éditions Presse de la Cité

ainsifleuritlemal

 

 

"Ainsi fleurit le mal" de aux Éditions Presse de la Cité

 

Ainsi fleurit le mal - Julia HEABERLIN - Littérature contemporaine

À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d'ossements humains et au côté d'un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des " Marguerite " - surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série -, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort.

http://www.pressesdelacite.com

Traduit par Cécile LECLERE ; Parution le 08 septembre 2016 ; 560 pages

Prix Kindle : 4,99€ / Prix Papier : 23,00€

 

Mon avis :

Dix-sept ans après le drame qu'a vécu Tessa, celle-ci va affronter ses vieux démons dans le seul but de ne pas envoyer un innocent à la peine capitale. Les os ont une mémoire et la science peut désormais être mis à contribution pour les exploiter...

Ce thriller psychologique est une véritable surprise. L'intrigue nous plonge dans une affaire sombre du passé. Tessa a survécu à l'attaque d'un serial killer laissée pour morte aux côtés de jeunes filles comme elle. Elle n'avait pas eu d'autre choix à l'époque que de pointer la culpabilité de Terrel, un afro américain.

Des années plus tard alors que la sentence d'exécution n'est plus qu'une question de jours, le doute l'oppresse et l'assaille. Et si ce n'était finalement pas lui ?

L'auteur nous ménage, distille les éléments et nous pose des questions. La mise en place est parcimonieuse, rien n'est fait dans la précipitation. L'alternance de temps nous permet de comprendre, de cerner la personnalité de Tessa. On avance dans le récit en marchant sur des oeufs. Qu'en est-il du traumatisme psychique, de la manipulation ?

Le roman exerce un pouvoir pervers et fascinant. Beaucoup de noirceur et de souffrance rendent l'atmosphère dérangeante. La place n'est plus au délire, aux hésitations, il est urgent de trouver des preuves. Les impressions sont floutées, petit à petit le malaise nous gagne. On joue avec nos nerfs, nos incertitudes autant que nos convictions.

L'écriture est furieuse et habile et on est littéralement pris au piège de ce mécanisme prodigieux.

Rien n'est laissé au hasard mais ce qui est encore plus terrifiant, c'est que la fin ne nous apprend rien, sinon le gouffre béant, l'insurmontable, et inclassable vérité. Un roman qui ne vous fait pas de cadeaux...

Une torture à votre intelligence, vous ne l'auriez pas soupçonné !

"- C'est le déni qui m'a maintenue en vie, avancé-je. Et oui, je me rends compte que c'est fou d'imaginer que je pourrais retrouver quelque chose. Pourtant, et si c'était le cas ? Je me suis dit que si je réussissais à découvrir quelque chose, ça pourrait aider... Terrel."

 

A propos de l'auteur :

Julia Heaberlin

JuliaHeaberlin

Rédactrice dans la presse, Julia Heaberlin a collaboré pendant vingt ans à plusieurs journaux, notamment Fort Worth Star-Telegram et The Detroit News.

Elle a quitté son travail pour se consacrer à l'écriture.

Qui es-tu ? (Playing Dead, 2012) est son premier roman.

Elle vit avec sa famille au Texas. (Source Babelio)

site de l'auteur :
http://juliaheaberlin.com/