07 juin 2018

"à Juliette" de Fabienne Le Clauze aux Éditions Flammarion

 

A juliette

 

"à Juliette" de Fabienne Le Clauze aux Éditions Flammarion

Fabienne Le Clauze : Un témoignage poignant

 

À Juliette de Fabienne Le Clauze - Editions Flammarion

À Juliette : "Quand ma fille Juliette s'est suicidée, j'ai été dévastée, anéantie. Pourquoi une jeune fille de quatorze ans décide-t-elle de mettre fin à ses jours?
Je me suis sentie totalement coupable, je n'avais pas su protéger ma fille.

https://editions.flammarion.com



 

Mon Avis Pollar

Comment accepter le suicide d'une jeune fille à peine sortie de l'enfance ? Qu'en est-il de la douleur, du déchirement ressenti par une mère ? Comment continuer à vivre après la perte, malgré l'absence cuisante, irrévocable ? Fabienne Le Clauze nous livre ici son combat, ses confidences à travers ce roman dédié à sa fille Juliette...


Fabienne se délivre ici avec l'aboutissement de ce récit qui retrace les étapes de son deuil intime et unique. On ressent de plein fouet des sentiments extrêmement fort qui nous bouleverse, nous transperce.

Il y a une réelle intensité qui se dégage des mots, une violence, une impudeur même. On se sent givré, indiscret de voir ce mal, cette détresse que l'on sait inacceptable. On voudrait ne pas l'entendre, se soustraire à ce malheur injuste, incompréhensible et délicat.

L'écriture est libérée, sensible, sensée, bouleversante, elle nous touche à cœur et durablement. Son cheminement est personnel et on ne comprend pas toujours ses choix. Néanmoins, on les entend, on les accepte.

On aime les souvenirs évoqués autour de la personnalité de Juliette qui remplissent la vie avec justesse, bienveillance. On est touché par le soutien sans faille de Patrick Poivre d'Arvor à qui elle a su jeter une bouteille à la mer...

On a mal pour son mari, ses proches pour qui elle n'est plus la même. Le temps pour elle d'intégrer, d'exorciser, d'apprendre à vivre avec.

Fabienne à travers ses mots, prend de la distance et accompagne sa douleur à devenir autre, peut-être plus baume, plus volatile...

 

Citation Pollar

"Je suis tombée plus d'une fois dans cette épreuve, j'ai eu parfois du mal à me relever, j'ai même cru devenir cinglée, d'ailleurs, je le suis peut-être après tout, il faudrait demander aux autres ! Je sais que ce n'est pas fini, ça s'apaise petit à petit, mais je sais aussi que c'est pour la vie cette déchirure."

 

Bandeau - A juliette

Posté par SophieSonge à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


06 février 2018

"Le 15h17 pour Paris" Anthony Sadler, Alek Skarlatos, Spencer Stone avec Jeffrey E. Stern aux Éditions l'Archipel

le-15h17-pour-paris-l-histoire-d-un-train-d-un-terrorriste-et-de-trois-heros

 

"Le 15h17 pour Paris" Anthony Sadler, Alek Skarlatos, Spencer Stone avec Jeffrey E. Stern aux Éditions l'Archipel

"Le 15h17 pour Paris" : Un récit fascinant

 

Le 15 h 17 pour Paris

21 AOÛT 2015, 15 H 17. Le Thalys n° 9364 quitte Bruxelles pour rejoindre Paris. Parmi les voyageurs, Ayoub El Khazzani, un terroriste armé d’un fusil d’assaut AK-47 et d’un Luger .9 mm. Il s’apprête à commettre un carnage.
Ont également pris place à bord du train trois jeunes Américains. Dès le premier coup de feu, n’écoutant que leur courage, Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Stone passent à l’action…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

21 août 2015, Antony Sadler, alex Skarlatos et Spencer Stone, jeunes américains, sont dans le train Bruxelles-Paris un peu par hasard. La confrontation et l'altercation qui s'en suivra avec un terroriste résolu à commettre un attentat, sera pour les passagers et pour tous, une bénédiction...


Qui sont ces héros, qui ont déjoué un drame au cœur de l'été 2015 ? Anthony, Alex et Spencer ont défrayé la chronique et n'ont pensé faire finalement que, ce qu'il fallait, au moment où il le fallait.

Ce récit nous raconte leur histoire, leur amitié, leurs rêves, leurs prédispositions, leurs capacités d'agir à une situation unique et critique. C'est peut-être le destin, ou leur instinct qui les a conduits à sauver une centaine de vies. Au fil du roman, on apprend à les connaître, on se rapproche de leur personnalité en parallèle de la description de l'attaque et de la lutte avec le forcené.

L'écriture est prenante, haletante. Le scénario extrême, décisif, ne nous lâche pas une seule seconde. Ces héros modernes, nous galvanisent, nous redonnent foi, espoir en l'homme. Inconscients, courageux, altruistes, les adjectifs sont nombreux pour tenter de les définir. Et pourtant, ce sont des hommes ordinaires régis par l'urgence, voués à répondre par des actes non moins extraordinaires.

Après ces évènements, leur retour est sublimé et ovationné par la population et les médias. On est touché par leur humilité, leur sincérité à rester eux-mêmes. Anthony, alex et Spencer ensemble ont rejoint le clan des braves, des défenseurs des innocents. L'histoire révélera plus tard, qu'ils se sont comportés en héros.

Hallucinant et addictif, une histoire vraie prête à vous embarquer. Une exclusivité cinématographique, le dernier Clint Eastwood, à ne pas manquer également prochainement dans les salles !

Citation

"Un bref instant, ils sont debout tous les quatre. Trois potes et un terroriste. Qui se demandent quoi faire. Ils sont là, debout dans cette allée. Un regard d'intelligence s'échange entre Spencer et les autres. Comme si tous les quatre, à ce moment précis, faisaient le même constat : on est dans un foutu pétrin."

 

Bandeau - le-15h17

15 mai 2017

"Jamais sans mes soeurs" de Kristina, Céleste et Juliana aux Éditions Archipoche

Jamais sans mes soeurs

 

"Jamais sans mes soeurs" de Kristina, céleste et Juliana aux Éditions Archipoche

Kristina, Céleste et Julianna : Un témoignage saisissant

 

Jamais sans mes soeurs

Elles n’ont que trois ans, et pourtant Juliana, Céleste et Kristina connaissent l’horreur au sein de la secte dans laquelle elles sont éduquées, « les Enfants de Dieu ».
Sous couvert de les protéger et de leur transmettre leurs dogmes, les « Gardiens » de la secte, qui les séparent de leurs parents, les punissent très sévèrement et les initient à la sexualité dès leur plus jeune âge. Elles sont conduites de pays en pays sous de fausses identités, contraintes de participer à des orgies et sont victimes de viols...

http://www.archipoche.com

 

Mon avis :

Céleste, Kristina et Julianna ont débuté leur existence sous la coupe de la secte des enfants de Dieu. Aujourd'hui, elles reviennent après avoir quitté le groupe sur ces années de mensonge, d'isolement ou d'aliénation...


Ces trois soeurs nous offrent ici le récit de leur vie au sein d'une communauté qui leur a volé leur enfance. Il s'agit ici d'un témoignage courageux autant que douloureux pour parler des abus dont elles ont été témoins et qui ont été commis.

Elles s'expriment tour à tour sur leur vécu, leur ressenti. Elles dénoncent les méthodes d'endoctrinement, la folie des hommes, leur aveuglement. Parce qu'elles ne veulent pas que d'autres enfants subissent le cauchemar de la violence ou de la pédophilie : elles se battent, se reconstruisent et alertent les autorités et les médias sur les dangers du culte extrême. On est choqué, éprouvé par ce qu'elles nous apprennent. On s'interroge et on se dit, mais comment est-ce possible ?

L'écriture est directe, le ton neutre et informatif. Ce qu'il en ressort nous fait froid dans le dos. On est impressionné par ce qui reste de vie et d'envie après toutes ces années d'errance et d'aberration. Leur parole ne doit pas rester vaine, leur association de protection à l'enfance doit pouvoir s'exprimer et être entendu.

Un récit choc, instructif pour éveiller l'attention, instaurer la vigilance...

Pour que d'autres ne tombent pas dans le piège ou trouvent la force un jour d'en sortir.

 

Citation :
"Je m'aperçus que j'avais grandi en regardant du mauvais côté du miroir. Comme Alice au pays des Merveilles, je vivais dans la réalité déformée d'un monde à l'envers qui n'avait aucun sens."

 

Bandeau - Jamais sans mes soeurs

17 mai 2015

"Une fille dans le noir" d'Anna Lindsey aux Editions NiL

Une fille dans le Noir

"Une fille dans le noir" d'Anna Lindsey aux Editions NiL

Résumé :

Dans ma boîte, je n'ai pas d'impact sur le monde, qui suit sa route comme si je n'y vivais pas. Les gens passent devant la maison silencieuse et fermée et, s'ils y pensent, concluent probablement qu'elle est inhabitée. Et qu'y a-t-il dedans ? Une créature qui se tapit, rampe, se morfond et erre parfois d'une pièce à l'autre, fuyant, terrorisée, la porte d'entrée ouverte et accueillante et les lumières allumées.

Dans la veine du Scaphandre et le Papillon, le témoignage bouleversant d'une jeune femme prisonnière du noir.

Londres, 2005. Anna est jeune, ambitieuse et amoureuse. Mais depuis quelques semaines, la peau de son visage semble réagir à la lumière de son écran d'ordinateur. Puis à celle du soleil. Ces sensations de brûlure, de plus en plus intenses, s'étendent bientôt sur tout son corps. Le verdict tombe : Anna est atteinte d'une sévère hypersensibilité à la lumière.
Comment vivre sans lumière ? Que faire de ses journées quand on est reclus dans l'obscurité ? Anna Lyndsey livre le journal d'une vie hors du commun, hors du monde.

Acclamé par la presse, ce récit poignant porté par une superbe écriture fera l'objet d'une adaptation cinématographique.

Logo Nil

Mon avis :

Ce livre est le témoignage d'une jeune femme qui un jour alors qu'elle est au travail, ne supporte plus la lumière de son écran d'ordinateur. Elle pense tout d'abord à une fatigue passagère, elle est loin de se douter que ce n'est que le début de ses difficultés...

Anna développe une hypersensibilité sévère et rare à la lumière. Une maladie relativement méconnue et que l'on ne s'explique pas. Les médecins consultés n'apportent peu ou pas de réponses laissant Anna à ses peurs, ses interrogations mais aussi inexorablement à son isolement. Repenser son quotidien, remplir le vide dans laquelle l'obscurité la plonge : Anna s'adapte tant bien que mal à cette situation qui lui laisse beaucoup de temps à tuer...

Son cheminement force le respect, sa combativité et sa créativité invitent à l'admiration. Anna ne nous cache rien de sa douleur, de ses doutes et de la dépendance à ses proches. Elle ne recule dans aucun de ses projets et se bat comme une lionne.

J'ai aimée le récit transparent de cette femme aussi sensible que forte qui parle de son rapport à la maladie avec recul, poésie et humour. Une lecture qui se lit toute seule avec l'émotion à la clef.

Une vraie leçon de courage pour un combat de tous les instants que je vous invite à découvrir de toute urgence !

Je remercie les Edtions Nil pour ce Service de Presse. Merci.

02 mai 2014

"L'herbe bleue : Journal intime d'une jeune droguée"

HerbeBleue

"L'herbe bleue : Journal intime d'une jeune droguée" 

Synopsis :

L'herbe bleue est le journal intime d'une jeune droguée de quinze ans.

Cet ouvrage ne prétend pas décrire le monde de la drogue chez les jeunes. Il n'apporte aucune solution à ce problème. C'est une chronique personnelle, spécifique, qui, en tant que telle, permettra peut-être de comprendre un peu l'univers de plus en plus compliqué dans lequel nous vivons.

Les noms, les dates, les lieux et certains événements ont été changés, selon le désir de toutes les personnes mêlées à ce récit.

logo_pocket

Mon avis :

J'ai découvert ce livre grâce à ma tante, qui m'a gentiment offert ce livre. Il s'agit ici d'un témoignage et plus précisément d'un journal intime d'une jeune fille, victime de la drogue. Elle retrace son histoire sans simulacre, et la façon dont elle est passée trop vite de l'enfance à l'age adulte.

J'ai été émue, sidérée et révoltée en lisant ce roman et comment ne pas l'être ? Une seule rencontre avec cette cochonnerie de drogue et sa vie bascule dans un terrible et inéluctable engrenage. Et j'avais beau connaître l'issue de ce récit, je ne pouvais m'empêcher de garder espoir. Il fallait qu'il en soit autrement... Ce livre est bouleversant, vrai : on a volé une vie et la capacité de choisir. Ce n'était qu'une enfant ! Je reste persuadée que si elle était passée à côté de cette substance qui fait perdre pied, son chemin aurait été bien différent.

Un livre fort qui peut heurter bien sûr, mais je pense qu'il peut aussi jouer un rôle de prévention éducative. Je n'ai pas pour habitude de lire des témoignages, mais il se pourrait bien que ce récit change radicalement ma façon de penser. Pour en apprendre un peu plus sur la société ou l'individu tout simplement...