09 mars 2018

"Makoro" de Florence Malmassari aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Makoro

 

"Makoro" de Florence Malmassari aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Florence Malmassari : Une invitation au voyage

 

Makoro

Makoro vient de Kissibougou, un village en brousse. À Bamako, dans un minuscule deux pièces, Ada sa tante l’accueille comme si c’était sa fille. On plonge alors dans la vie d’un quartier bouillonnant aux côtés de personnages pétulants : la vieille Niéba, Touré le professeur, Inoussa le prodige, Abdoulaye-jus-à-bulles et petit Youssouf, qui nous entraînent dans un Mali vibrant, poétique et profond.

 Mon Avis Pollar

Makoro a 10 ans, quand elle quitte sa brousse natale pour Bamako. Là-bas, ce sont des rencontres, une ambiance, une énergie qui vont la construire...


Florence Malmassari nous plonge dans un Mali aux multiples facettes, aux innombrables paysages, aux portraits originaux et attachants. À travers ses personnages, elle nous raconte l'Afrique, son passé, ses difficultés, ses coutumes, ses fantasmes...

L'écriture nous précipite à l'intérieur de saveurs réconfortantes et inconnues. On se sent à l'aise, et bientôt familier de cette vie de quartier, au relief croustillant. On effleure du doigt des thèmes comme l'éducation, la sexualité, les rapports homme-femme, la vie, la mort. On y touche des valeurs profondes et bien ancrées, de la sagesse, du rêve aussi.

Il y a une réelle dimension qui se dégage de ce récit, des métaphores chaudes et enivrantes dans lesquelles on s'enveloppe. Les images défilent dans notre tête laissant voguer, et prendre place à l'imaginaire ensuite. Makoro nous fascine, nous impressionne. Ses aventures nous instruisent, nous portent, nous donnent à voir la vie d'un autre point de vue, autrement.

Un roman exotique, évadant, fascinant et tellement riche... À découvrir sans attendre !

Citation Pollar

"Dès qu'il fut capable de se tenir assis, on plaça dans les mains de l'enfant une kora fabriquée sur-mesure. On recommanda au plus habile luthier d'adapter l'instrument à la taille de l'élève. Les miniatures exigent une précision immense, il y passa quinze jours, et autant de nuits : c'est dans les petites choses qu'est la grandeur."