12 octobre 2017

"La petite amie" de Michelle Frances aux Éditions de l'Archipel

 La petite amie

 

"La petite amie" de Michelle Frances aux Éditions de l'Archipel

Michelle Frances : Un thriller à sensations

 


ELLE AIME VOTRE FILS...

Laura a tout pour elle : un beau mariage, une situation enviable et un fils, Daniel, qu’elle adore.
Quand ce dernier, étudiant en médecine de vingt-trois ans, rencontre Cherry, superbe jeune femme issue d’un milieu modeste, Laura l’accueille à bras ouverts.

… ELLE VEUT VOTRE MORT !

Mais elle va bientôt découvrir sa future belle-fille sous un tout autre jour… bien plus sombre. Et si Cherry n’en voulait qu’à l’argent de son fils ?
Les deux femmes vont dès lors se livrer une guerre sans merci. Un jeu qui pourrait se révéler fatal…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

Laura a une relation privilégiée avec son fils unique, brillant, future médecin. Une seule ombre au tableau, l'arrivée d'une petite amie envahissante et peut-être un peu trop intéressée...


Deux femmes, un homme, des intentions bien différentes : une confrontation de tous les instants. L'auteur nous propose ici un roman sous tension que nous ne sommes pas prêts d'oublier.

Cherry vient d'un milieu populaire, elle en a beaucoup souffert et veut tout faire pour s'en extraire. Laura elle, a déjà perdu une fille et a développé un sens aigu de protection. C'est tout cela qui va se jouer dans cette intrigue les failles, et l'exploration de sentiments préoccupants. Il y a quelque chose de personnel, d'obsessionnel qui se joue dans la personnalité et les réactions de Laura et de Cherry. Il est question de dissimulation, de mensonges, de suspicion, mais aussi de manipulation et d'esprit de vengeance. On se laisse entraîner en eaux troubles dans une descente vertigineuse et semble-t-il impossible à arrêter.

L'écriture est habile, précise et nous livre son climat d'oppression tenace et perturbateur. On est curieux, inquiet, préoccupé, atterré parfois sans doute à l'idée d'en savoir trop. Il règne un malaise ici à être omniscient finalement. On pressent qu'il y aura un drame inévitable...

Les personnages nous hantent avec leurs douleurs, leurs secrets, leurs instincts démesurés. On se sent proche de leurs malheurs et ils nous font mal.

Ce thriller psychologique vous colle à la peau de bout en bout, vous surprend et vous suspend jusqu'à la dernière ligne. Un combat déloyal pour une issue fatale.

 

Citation

"Elle se rappela les manigances auxquelles Cherry s'était livrée pour décrocher son emploi. Et puis il y avait de l'argent. Elle avait apparemment escroqué 100 livres à Daniel, ce qui soulevait une sombre et embarrassante question : Cherry était-elle une croqueuse de diamants ?"

 

La petite amie

Discover La petite amie by Frances, Michelle: Summary, Review, Characters and Discussions at Bookwitty

https://www.bookwitty.com

 


 


14 septembre 2017

"Échange fatal" de Siobhán MacDonald aux Éditions l'Archipel

Echange-fatal

 

"Échange fatal" de Siobhán MacDonald aux Éditions l'Archipel

Siobhan MacDonald : Un thriller psychologique efficace

 

Échange fatal

Pour les vacances de la Toussaint, Kate et Hazel décident d’échanger leurs domiciles.
Kate est irlandaise et pense qu’une semaine à New York sera salvatrice pour son couple et sa famille.
Hazel vit à Manhattan et rêve de retourner à Limerick, sur les terres de son enfance, avec son mari et leurs deux enfants.
Mais les vacances idylliques virent au cauchemar. Quand s’ouvre ce roman, un coffre de voiture se referme. À l’intérieur, le cadavre d’une femme…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

Kate et Hazel échangent leurs maisons pour passer les vacances en famille. Englués dans des problèmes obsédants, c'est l'occasion pour elles de prendre un peu de recul à moins que les ombres qui planent sur leurs têtes ne viennent rattraper leur quotidien...


On aime ce thriller grinçant et dérangeant qui nous conduit dans l'intimité de deux familles. De l'Irlande aux États-Unis, les situations sont discrètes, secrètes et instables. On aime s'infiltrer dans les interstices de leurs histoires floutées, dissimulées...

L'auteur distille des indices nous oriente vers quelque chose d'insidieusement trouble et incontrôlable. Difficultés familiales, professionnelles, au sein du couple, on ne compte pas s'en arrêter là. Petit à petit, on lève le voile sur des zones sensibles dont on croit soupçonner toute la portée. Inutile de vous dire, que l'on est bien loin du compte. L'auteur détourne notre attention, nous capture dans un piège colossal. L'écriture est appliquée, habile et stratège. Les personnages nous intriguent, nous attirent. On sent quelque chose de vulnérable en eux, d'indescriptible, d'inavouable...

On a envie de se rapprocher d'eux, de leurs défaillances, de leurs démons. Infidélité, faiblesses, on se rapproche de plus en plus d'un terrain miné susceptible de causer l'irréparable. Il est question de faux pas, de violence, de harcèlement, de danger et d'instinct de défense...

Si vous pensiez que Kate et Hazel avaient des problèmes, vous allez bien vite comprendre que leur accord portera inévitablement à conséquences...

Une intrigue qui en dit long sur la nature humaine mis sous pression. À découvrir de toute urgence !

 

Citation


"Il n'avait pas quitté la maison depuis deux jours. Ils avaient nourri de si grandes espérances en arrivant ici. Et dans quelques petites heures, ils s'en iraient.
Le cœur en miettes.
Une famille anéantie."

 

24 août 2017

"La villa rouge" de James Patterson aux Éditions l'Archipel

La Villa Rouge

 

Rentrée littéraire 2017

 

"La villa rouge" de James Patterson aux Éditions l'Archipel

James Patterson : Un suspens maîtrisé

 

La villa rouge
Dans les Hamptons (Long Island), au 7 Ocean Drive, se dresse une impressionnante maison à la façade gothique avec une vue imprenable sur l’océan.
Mais elle est à l’abandon depuis plusieurs années et tombe en décrépitude. On la dit maudite. Il est vrai que la Villa rouge, telle qu’on la surnomme, a été par le passé le théâtre d’une série de meurtres jamais résolus.
Quand un nabab d’Hollywood et sa maîtresse y sont retrouvés sans vie, tous pensent que la malédiction frappe de nouveau.
Jenna Murphy, une ancienne flic de New York, va mener l’enquête. Elle qui, enfant, jouait sur la plage non loin de la maison, voit ressurgir en elle une terreur qu’elle croyait pourtant éteinte…
Mais la Villa rouge n’a sans doute pas encore révélé tous ses mystères… et Jenna pourrait bien en être la prochaine victime.

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

Jenna Murphy revient dans les Hamptons pour enquêter sur un double meurtre et une maison mystérieuse entaché par des sombres secrets. Elle est dés lors, loin de se douter qu'à travers cette affaire, c'est son passé qui va bien malgré elle, la retrouver...


James Patterson, maître en la matière de thriller installe ici une mise en scène intrigante et terriblement anxiogène. Une maison abandonnée, une série de meurtres qui transpire la violence, la souffrance.

On voyage dans le temps, on s'imprègne et on observe chacun des éléments donnés et on s'abandonne. L'auteur nous embarque dans quelque chose de très sombre, fielleux. Le récit est alambiqué, complexe et on sent la difficulté à démêler les nœuds de cette histoire. Il y a une part d'intime, d'affectif, de diffus qui pousse Jenna à fouiller et à s'envoler dans les ténèbres. Cette intrigue révèle et réveille les cadavres de leurs tiroirs. On y parle de généalogie, d'horreur, de malédiction. On se laisse gagner par la peur, rattraper par le danger dans ce récit macabre et de haut vol.

L'écriture est entraînante, haletante. On joue avec nos nerfs, on doute de tout, tout le temps. L'auteur maîtrise parfaitement son affaire. C'est parfaitement orchestré et bien ficelé. Les secrets s'abattent, les fausses pistes s'écartent et les révélations tombent comme un couperet à la fois incisif et salvateur.

Un style efficace, une aventure ahurissante faite pour marquer les esprits. Oserez-vous vous aventurer à la villa rouge, c'est vous qui me le direz !

 

Citation

"Ce connard de Matty avait raison, pour une fois, mais je ne suis pas le genre de flic qui se satisfait des apparences, j'ai besoin de reconstituer entièrement le puzzle."

 

Bandeau - La Villa Rouge

18 mai 2017

"Les fleurs du repentir" de Tamara McKinley aux Éditions l'Archipel

Les fleurs du repentir

 

"Les fleurs du repentir" de Tamara McKinley aux Éditions l'Archipel

Tamara McKinley : un roman haletant

 

Les fleurs du repentir

Cela fait longtemps que Claire a quitté les terres hostiles et désolées du domaine où elle a grandi pour poursuivre ses études et sa carrière de vétérinaire à Sydney.
Mais quand elle reçoit l’invitation de sa grand-tante Aurelia à une réunion de famille, Claire est ramenée à son passé. Elle qui était partie après une violente dispute avec les siens…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Claire, son diplôme de vétérinaire en poche, revient pour une réunion de famille dans l'arrière-pays Australien. Auprès des siens, les conflits sous-jacents sont prêts à voler en éclats. Peut-être faudra-t-il pour crever l'abcès, lever le voile sur d'obscurs secrets...


Tamara Mckinley n'a pas son pareil pour nous dépayser et rendre des terres inconnues et lointaines familières. Elle nous transporte en Australie sauvage avec une nature brute qui colle à la peau.

On aime ces fresques familiales qui traversent les années. Le récit alterne entre passé et présent. À travers les souvenirs d' Ellie, la mère de Claire et Aurélia la grande Tante, on apprivoise et on se prend d'amour pour ces grands domaines au charme et au magnétisme incommensurable. Les personnages féminins nous touchent par leur caractère indépendant et volontaire. Cinq années se sont écoulées depuis le départ de Claire, son absence a créé le vide, l'incompréhension. Les liens avec sa sœur Léanne sont tendus et on sent bien qu'entre les deux réside des zones d'ombre qui ne demandent qu'à être éclairé.

L'auteur nous tient en haleine, l'écriture est captivante et nous éloigne loin de notre quotidien. Il y a dans ces récits de vie, leurs comptes de malheurs et sa propension au bonheur. Amour, haine, trahison sont au centre de cette intrigue à dénouer. Le suspens est palpable, nous attire et nous retient dans ses filets. Les révélations sont très attendues et totalement entendues. Sous le sceau du secret surgit le soulagement et la véritable délivrance dans la paix des cœurs et à jamais.

Avec Tamara McKinley, des paysages, une ambiance, des émotions à foison, on se retrouve une fois de plus en terrain conquis comme toujours. À dévorer sans aucune modération !

 

Citation :
"La liberté. Voilà de quoi il s'agissait. L'existence dans toute sa plénitude... Claire avait oublié à quel point les villes engendraient la claustrophobie. Oublié combien elle avait chéri naguère la magie exhalée par ce tout petit coin de terre..."

 

Bandeau-Les fleurs du repentir

Posté par SophieSonge à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 mai 2017

"Noir sanctuaire" de Preston & Child aux Éditions l'Archipel

Noir Sanctuaire

 

"Noir sanctuaire" de Preston & Child aux Éditions l'Archipel

Preston & Child : un récit qui ne manque pas de piquant

 

 

Noir sanctuaire

Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu…
Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend…
Diogène, le frère cadet d’Aloysius, que tout le monde croyait mort, fait sa réapparition et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Si vous vous souvenez bien, dans l'épisode précédant, nous perdions la trace de notre très cher inspecteur Pendergast. Constance de retour dans ses appartements souffre de son absence... Disparu, mort, qu'est-il advenu de lui ?

Les auteurs nous offrent ici une aventure tonitruante et mouvementée dont ils ont le secret. Ils jouent ici sur plusieurs tableaux, ressortent de vieilles cartes de leur jeu pour nous divertir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est réussi.

On est scotché par ce récit qui se révèle plein de surprises. Des courses-poursuites, de multiples péripéties, des prétendus morts qui ressurgissent des placards... On vit cet instant de lecture à 200 à l'heure et de manière survoltée. L'écriture est rythmée, haletante. L'action est omniprésente et le suspens bien mené.

L'ambiance est sombre, secrète, tragique. Au centre de l'intrigue, des expériences scientifiques morbides et discutables, de la dissimulation doublée de manipulation. On découvre les personnages sous un nouveau jour, avec leur histoire, leurs élans et leurs vieux démons. C'est sanglant et cinglant. On se laisse emporter sur le devant de la scène et dans les coulisses. La pression est à son maximum, on ne nous ménage aucun répit. Cette affaire menée de bout en bout, nous anime, nous torture et nous captive.

Pendergast n'a définitivement pas dit son dernier mot. Ouf, on a bien failli avoir chaud...

Citation :
"Il ne pouvait s'agir de Diogène. C'est impossible. Quelqu'un d'autre était au courant de ses secrets les mieux gardés."

 

Bandeau Noir Sanctuaire


14 avril 2017

"Tom, l'enfant rebelle" de Claude Couderc aux Éditions l'Archipel

Tom

 

"Tom, l'enfant rebelle" de Claude Couderc aux Éditions l'Archipel

Claude Couderc : un roman grave et optimiste

 

Tom, l'enfant rebelle

Un premier casse à treize ans et Tom a basculé dans la délinquance.  Après un braquage, envoyé dans un centre de détention  fermé pour mineurs, il ne veut toujours rien dire de ses blessures,  de sa souffrance, de sa haine du monde adulte. De la vie, il ne  connaît que la brutalité.
Jusqu’au jour où sa route croise celle de Cynthia, une adolescente  en galère, comme lui. Ensemble, ils fuguent. Tom n’a  qu’une idée : se venger de son beau-père. Lancés à leur recherche,  Antoine et Nadira, deux éducateurs, ont un seul objectif :  retrouver les deux adolescents, avant qu’ils ne commettent  l’irréparable…
Comme dans un road movie, de la Normandie jusqu’à l’île  d’Ouessant, Claude Couderc met en scène deux jeunes face à  la violence de la vie.<

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Tom est envoyé dans un centre de détention pour mineurs après avoir attenté à son premier braquage. Révolté, Tom n'est pas un mauvais garçon, c'est juste qu'il porte un gros poids sur les épaules dont il doit à tout prix se libérer...

C'est un livre poignant, bouleversant sur la jeunesse, la délinquance. Loin de stigmatiser un milieu social ou d'en faire une fatalité, l'auteur aborde ici un sujet sensible par petites touches.

Comment et pourquoi Tom et Cynthia se retrouvent à faire des conneries et à en payer le prix ? Tous les deux en fugue ont le même passif et se comprennent. Grâce à Cynthia, Tom va dépasser sa honte et affronter ses démons. On suit leur errance à travers la Normandie, avec leurs peurs, leurs obsessions et leurs éventuels espoirs.

L'écriture est directe, réaliste. On est touché par l'histoire de ces jeunes abîmés par la vie, la violence dont ils ont malheureusement fait l'objet. Sur leur route, on croise la bienveillance des éducateurs sincères et impliqués dans leur travail. À leur recherche, ils vont trouver ensemble des raisons de s'en sortir, de voir plus loin et pourquoi pas peut-être dessiner de meilleurs horizons. C'est un récit qui n'est pas là pour juger, ménager et il vous ravage furieusement de l'intérieur.

On reste rivé à leurs destins à tous, pas ordinaires. À travers cette histoire, c'est toute une remise en question du système judiciaire qui pointe son nez. Le débat juste entre répression et prévention autour de la protection des mineurs ne fait que commencer... A découvrir !

Citation :
"Nous aussi, on ira voir les parents... Je suis certain qu'à un moment ou un autre, ils se pointeront chez eux, surtout Tom. Il a un compte à régler avec son beau-père. Il faut l'empêcher de faire une connerie..."

 

A propos de l'auteur :

Claude Couderc

Journaliste écrivain, Claude Couderc a consacré une grande partie de son œuvre aux  problèmes de société liés aux enfants. Responsable de magazines puis de l’unité de programme Culture et spectacles de France  3 de 1994 à 2007, il a collaboré à de nombreux magazines de France  2. Réalisateur de séries télévisées (L’Histoire des enfants) et de téléfilms (L’Adieu aux enfants), il est l’auteur de nombreux livres à succès  : Mourir à dix ans, Le mal d’enfance, Les  Enfants de la violence, Nos enfants et la drogue (Fixot, 1990, 91 et 94)  ; C’est sûr, la vie sera belle, Le  Petit (Robert Laffont  : 1994, 95)  ; Mon père cet inconnu, Les  Années violence (Presses de la Renaissance  2002, 2007)… (Source Éditions l'Archipel)

Bandeau-Tom

20 mars 2017

"Le somnambule" de Sebastian Fitzek aux Éditions l'Archipel

lesomnambule

 

"Le somnambule" de Sebastian Fitzek aux Éditions l'Archipel

Sebastian Fitzek : un thriller angoissant

 

Le somnambule

Enfant, Leo Nader était victime de crises de somnambulisme. Si intenses qu’on l’avait contraint à consulter un psychiatre, le docteur Volwarth. Bien des années plus tard, Leo se croit guéri. Mais, un matin, il découvre que son épouse a été agressée pendant la nuit et qu’elle s’apprête à le quitter...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Leo Nader a été jadis un enfant somnambule. Quand un matin sa femme le quitte avec des bleus sur le corps, il est pris de panique. Et si tout avait recommencé ?


Sebastian Fitzek installe le trouble avec ce nouveau roman et nous fait rentrer dans l'opacité du sommeil. Ne croyez plus que vous allez vous glisser dans vos draps en toute sérénité. L'auteur fera tout ici pour en dissuader.

Il joue ici sur l'inconnu que génère l'inconscience, cet espace-temps pendant lequel nous nous abandonnons tous et dont nous ne soupçonnons rien... Si pour le commun des mortels, le sommeil semble léger et ne pas poser de problème. Il en est tout autre pour les insomniaques, somnambules ou autres désordres pendant le décrochement de l'éveil. On joue ici sur notre peur à perdre le contrôle. Léo explore un univers parallèle dans son sommeil qui l'emmène progressivement de plus en plus loin. Le malaise s'observe quand la confusion s'installe entre rêve ou réalité. Léo s'enfonce dans le dédale de ses angoisses et croit devenir fou. Nous assistons au spectacle de sa désolation avec circonspection. Qui est Léo ? Est-ce un homme aux deux visages ? Dans quoi avons-nous mis les pieds ?

L'écriture est remarquable d'ingéniosité, on est embarqué dans un climat hautement anxiogène. Une fois l'œil fermé, s'ouvrent les portes de l'oubli, de l'irrationnel et pourtant, tout cela semble si bien réel. Le cauchemar est omniprésent, colle à la peau. L'engrenage est lancé et nous ne savons pas quoi en penser ou discerner ce qui est crédible de ce qui parait absolument fou.

L'imagination est retorse, sans borne, le manège est flou et entêtant. Une belle maîtrise pour un roman qui ne vous fera plus voir les nuits comme avant. Je recommande !

Citation :
"_ Docteur Volwarth ?

_Oui. A qui ai-je l'honneur ?

_ C'est moi. Leo Nader. Je crois que ça recommence."

 

A propos de l'auteur :

sebastianfitzek

Né à Berlin en 1971, Sebastian Fitzek est le numéro 1 du thriller en Allemagne. Il est l’auteur du best-seller Thérapie et de cinq autres romans, dont Ne les crois pas, tous parus à l’Archipel. Derniers parus : L’Inciseur (2015), coécrit avec le médecin légiste Michael Tsokos, et Mémoire cachée (2016). (Source éditions l'Archipel)

 

bandeau-lesomnambule

15 février 2017

"Le pays du soleil rouge" d'Elizabeth Haran aux Éditions l'Archipel

lepaysdusoleilrouge

 

"Le pays du soleil rouge" d'Elizabeth Haran aux Éditions l'Archipel

Elizabeth Haran : Une fresque authentique et romanesque

 

Le pays du soleil rouge

Angleterre, 1941. Accusée d’avoir agressé le père d’un de ses élèves, Lara Penrose, une jeune enseignante, choisit pour éviter la prison de partir enseigner en Australie. Quand elle arrive à Shady Camp, bourgade reculée au nord de l’île continent, c’est le choc. D’abord, il n’y a pas d’école. Et puis la région est infestée de crocodiles. Mais Rick va régler le problème. Dès leur première rencontre, Lara est séduite par cet homme, éconduisant le Dr Jerry qui lui faisait jusque-là une cour assidue…

http://www.editionsarchipel.com



Mon avis :

Angleterre 1941, suite d'une faute qu'elle na pas commise, Lara se voit contrainte de quitter son poste d'institutrice pour fouler une terre lointaine et inconnue pour elle, l'Australie. En ces terres sauvages, contre toute attente, elle va trouver en ses habitants une nouvelle famille et qui sait peut-être un sens à sa vie...


C'est un récit fleuve, de ces sagas qui bouillonnent dans leur intensité et qu'on dévore avec beaucoup d'émotion. Tout y est réuni pour que l'on se passionne, que l'on rêve, que l'on vibre et que l'on s'enflamme sans restrictions.

Les décors sont sauvages, dépaysant et nous transportent dans quelque chose de plus nu, plus vrai. On aime la force de caractère, la nature sincère et aimante de Lara. Elle a un vrai don pour capter le meilleur de l'autre, ses aspirations profondes et se faire apprécier à sa juste valeur. On suit ses aventures, faisant connaissance avec son environnement, avec toutes les appréhensions et les difficultés que cela comporte. On est amusé, séduit, on a peur et on s'attache énormément à la personnalité de Lara. Au beau milieu d'une guerre qui fait ses ravages, les gens continuent de vivre et à éprouver des émotions. Des liens d'amour, d'amitié se créent qui ne pourront pas s'oublier. Au cœur de la tourmente, le récit se déroule de rebondissements en cascade, en rendez-vous manqués.

L'écriture est riche, émotionnelle et nous fait voyager. On est fasciné, touché par le destin exceptionnel de ce petit bout de femme. Le charme opère et l'auteur réussit à nous embarquer, à nous faire lâcher prise dans un abandon total et réconfortant.

Peu importe les épreuves traversées, quand les coeurs se réunissent au bout du chemin. Un moment Puissant, fort et inoubliable. Si vous aimez les sagas qui transportent, ce roman est fait pour vous !

Citation :
"Elle réfléchit. Puisqu'il lui était impossible d'influer sur son destin, elle résolut d'accepter sans regimber celui qui lui était échu, et d'en tirer le meilleur parti."

 

A propos de l'auteur :

elizabethHaran

Elizabeth Haran, née à Bulawayo, en Rhodésie (actuel Zimbabwe) en 1954, rejoint l’Australie à l’âge de 10 ans. Elle vit avec sa famille à Adelaïde, et est l’auteure de 14 romans publiés dans dix pays, dont l’Australie et l’Allemagne, où ils sont des best-sellers. (Source Éditions de l'Archipel)

 

bandeau-lepaysdusoleilrouge

13 février 2017

"La maison de l'assassin" de Bernhard Aichner aux Éditions l'Archipel

lamaisondelassassin

 

"La maison de l'assassin" de Bernhard Aichner aux Éditions l'Archipel

Bernard Aichner: Un thriller dérangeant

 

 

La maison de l'assassin

Il y a deux ans, Blum a retrouvé les cinq responsables de la mort de son mari, Mark, et les a froidement éliminés un à un pour assouvir sa vengeance… Aujourd’hui, alors qu’elle a tout juste appris le décès d’une soeur jumelle, Björk, dont elle ignorait l’existence, les restes de l’une de ses cinq victimes viennent d’être exhumés. Bien vite, la police va faire le lien.

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Après "Vengeances", on retrouve Blum qui croyait en avoir fini avec ses vieux démons. Mais les crimes qu'elle a commis il y a deux ans, sont sur le point de remonter à la surface et de causer un cataclysme dans son existence. Il n'y a qu'une seule solution, fuir sur les traces de sa sœur jumelle jusque-là inconnue et trop tôt disparue. Mais du refuge au piège, il n'y aurait-il qu'un pas ?


Ce thriller mise énormément sur son héroïne Blum, un personnage fort, froid qui peut se montrer amoral quand il est blessé et dont on ne peut absolument pas nier l'attractivité.

Blum, cette écorchée, tombée du nid ne sait pas ce qu'elle va trouver en renouant avec son passé. Qui est cette sœur jumelle, son double qu'elle n'a jamais connue ? Pourquoi est-elle morte si tôt figée dans une scène grotesque ? Qu'a-t-elle vécu, qui est sa famille ? Blum est entraînée dans le trouble, la fascination et ses questions vont devenir à la fois un moyen de s'échapper et un potentiel danger... L'auteur créé un climat malsain, peu engageant, où elle distille un malaise dont on aura du mal à se défaire au fil des pages. Hôtel désaffecté, silencieux, histoire de famille, affects, névroses...

Les murs ont une mémoire et ils résonnent de leurs douleurs en dégageant une atmosphère aussi grinçante qu'étouffante. Il y a de l'Art, de la folie, des cicatrices innombrables et beaucoup trop de morts dans cette maison. Les personnages sont extrêmement troubles et captivants. On aime l'histoire qu'ils nous racontent et la descente aux enfers qu'ils nous proposent. L'écriture est maîtrisée, électrique et on est complètement à la merci de l'auteur.

Il y a de la peur, de l'angoisse qui monte crescendo et on se sent à la place de Blum comme un animal sauvage pris au piège et complètement effrayé. Ce roman réussit à transformer la tueuse en victime, tout est question de barrière et de perceptions...

Un récit prodigieux et cauchemardesque sur les frontières du mal. Vous ne pourrez plus le lâcher !

 

Citation :

"Blum avait enterré le Mal. Elle ne s'était pas attendue un instant à ce qu'il remonte un jour à la surface."

 

A propos de l'auteur :

BernhardAichner

Bernhard Aichner est né en 1972 à Innsbruck, en Autriche, où il réside. Auteur et photographe, il a écrit plusieurs romans, des pièces de théâtre, des feuilletons pour la radio et a été récompensé de plusieurs prix. Best-seller en Allemagne, Vengeances (L’Archipel, 2016), son premier roman, a paru dans douze pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni. Son adaptation au cinéma est actuellement en cours de production. (Source éditons l'Archipel)

01 février 2017

"Pour l'amour de Mathilde" de Louis Caron aux Éditions l'Archipel

pouramourdemathilde

 

"Pour l'amour de Mathilde" de Louis Caron aux Éditions l'Archipel

Louis Caron : un récit fort et émouvant

 

Pour l'amour de Mathilde

Printemps 1939. Henri Ramier, peintre français renommé, est accueilli au Canada français par Félix Métivier, le plus important entrepreneur forestier de son pays, qui lui ouvre les portes de son royaume. Henri est séduit par la démesure de la nature… et par la forte personnalité de Mathilde Bélanger, l’infirmière aux longs cheveux blonds et aux épaules carrées, qui veille sur les milliers de bûcherons répartis dans l’immensité de la forêt...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Alors qu'Henri Ramier, illustre peintre français est accueilli dans un domaine forestier au Canada. Il tombe sous le charme de la jeune Mathilde infirmière. Leurs différences vont les rapprocher et leur faire vivre un destin exceptionnel au cœur de la Seconde Guerre mondiale...

C'est une histoire puissante et qui déborde d'intenses émotions comme on les affectionne. On puise au fond d'une nature sauvage, belle, foisonnante, à son contact les gens sont bruts, sincères et prêts à affronter les rudesses de la vie.

Entre Mathilde et Henri le rapprochement est évident, naturel. Il est attiré par sa force, son courage, elle est séduite par sa sensibilité exprimée. D'épreuves en séparation, ils garderont dans leur cœur, l'étincelle et l'affection d'un amour inoubliable et qui ne meurt jamais... L'auteur nous malmène dans ce parcours cahoté de la vie. On suit avec tendresse leurs chemins respectifs dont on espère qu'ils se rejoindront à nouveau... L'atmosphère est intense, éprouvante au cœur du conflit. On aime le caractère volontaire, brave des personnages. Mathilde est une femme prête à relever tous les défis. On ne peut que s'incliner devant sa détermination à veiller sur les autres plus qu'elle-même.

L'écriture est vivante, authentique et nous touche au plus profond du cœur. On vit à travers les missions, leurs choix et leurs incroyables connexions dont on sent qu'elles peuvent tout dépasser.

Entre la France et la Mauricie, nos deux héros nous catapultent loin dans leur destin d'exception. Une fresque sentimentale captivante à lire et à dévorer !

Citation :
"..._Oh ! Je n'ai peur ni du vent, ni du froid, ni des plus effroyables tempêtes de neige. J'ai la résistance physique et mentale qu'il faut pour affronter cela."

 

A propos de l'auteur :

caronlouis

Louis Caron est né à Sorel en 1942, sur les rives du Saint-Laurent. Ses romans, notamment la trilogie des « Fils de la liberté » (Boréal, 1989-1990), ont fait sa réputation de conteur et d’écrivain populaire. Héritier spirituel d’Hemingway et de Giono, il a pris à Jim Harrison sa devise : « Il n’y a pas de vérité. Que des histoires. » Après la trilogie des « Chemins du Nord » (1993-99), les éditions de l’Archipel ont publié Il n’y a plus d’Amérique (2002),  ainsi que Le Visionnaire (2015), premier tome de la saga « Le Temps des bâtisseurs ». (source éditions l'Archipel)