27 août 2018

"Point of view" de Patrick Bard aux Éditions Syros

POW

 

"Point of view" de Patrick Bard aux Éditions Syros

Patrick Bard : Un roman remarquable et délicat

 

Après Et mes yeux se sont fermés, le nouveau roman de Patrick Bard
La première fois qu’un lien vers une vidéo porno s’affiche sur son ordinateur, Lucas est en train de télécharger un film de super-héros en streaming. Cette scène, qu’il visionne sans l’avoir voulu, le sidère, puis lui procure une émotion totalement inédite. Pour retrouver ce frisson initial, il glisse en secret dans une sphère qui accapare ses pensées, ses nuits, et bientôt tout son temps libre. Vu de l’extérieur, on pourrait croire que Lucas est un simple geek. Il est en réalité victime d’une addiction dont il ne peut plus sortir seul. Pour revenir du côté de la vie, il lui faudra accepter la rencontre et l’échange avec d’autres, loin des écrans.



Mon Avis Pollar

Lucas a onze ans quand il visionne pour la première fois un film pornographique. Quatre ans plus tard, il est enfermé dans une addiction qui le coupe du sens de la réalité jusqu'au point de craquage...

Patrick Bard aborde un thème sensible, tabou celui de l'addiction aux écrans, l'accès au cybersexe par les plus jeunes. Avec Lucas, il nous décrit les sensations de dépendance, entre contrôle et malaise que génère la répétition des images.

Lucas arrive à un point ou les autres n'existent plus, autrement que ce qu'il imagine, mais il s'oublie également, se nie aussi lui-même. Ses parents n'ont rien vu venir, ils se sentent démunis en colère, maladroits pour en parler, se confronter à leurs problèmes. L'écriture est sincère, directe, parfois brutale pour aller à l'intérieur du mal, à la pêche aux informations. Admis en centre, Lucas prendra conscience de ses erreurs, pour petit à petit se reconstruire, s'ouvrir à la vie. Il apprend à ne plus avoir peur, à retirer ce film de protection qui l'étouffe, à prendre des risques, à communiquer.

L'auteur avec beaucoup de justesse met le doigt sur quelque chose d'intime, de dérangeant. Il met en garde contre l'éveil à la sexualité via des supports trompeurs dépourvus d'émotions, d'échanges et de vérité. On aime la vulnérabilité, l'imperfection des personnages, leurs doutes, leurs forces profondes, leur capacité à la résilience.

C'est un récit habile, documenté, réaliste, intelligent, qui expose, remet en question, invite à la prudence en confrontant réel et virtuel dans une balance la plus juste possible. Une manière de dire les choses, sans les juger, ni les cacher et qui a au moins le mérite d'être là.

Un roman utile pour les jeunes et les moins jeunes, un premier pas, qui sait vers l'ouverture, le dialogue ?
 

Citation Pollar

"Au bout de quelques mois, les nuits ont fini par déborder sur les jours. Dés qu'il en avait l'occasion, il "matait des films de cul", comme disent les autres garçons, sur son ordi, son smartphone. Lui n'aurait pas appelé ça comme ça."

 A propos de l'auteur Pollar

Patrice Bard

 

 

Bandeau - POW

 

Posté par SophieSonge à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


16 avril 2018

"Mock boys" de Marie Leymarie aux Éditions Syros

Mock Boys

 

"Mock boys" de Marie Leymarie aux Éditions Syros

Marie Leymarie : Un roman intense

 

Mock Boys


MOCK / Définition1. Verbe : se moquer, tourner en dérision. C’est ce que savent si bien faire Raoul et Baptiste, les garçons cool du lycée, drôles, à l’aise, désinvoltes. Ils ont fait le pari de sortir avec le plus de filles possible, sans se laisser prendre par l’émotion, sans jamais s’attacher. Car ils ne croient qu’en l’amitié.2. Adjectif : faux, factice Et si la désinvolture n’était qu’une posture ? Et si leur pacte a priori indestructible était bouleversé par une rencontre ?



Mon avis Coeur

Raoul et Baptiste, deux adolescents complémentaires et inséparables se sont fait la promesse de ne jamais tomber amoureux. Ils friment beaucoup, jouent un rôle, jusqu'au jour où une jeune fille les perce à jour et remet alors tout en question...


Ce roman ne survole pas les émotions, il va au cœur de celles-ci, les magnifient, les rend palpables, vivantes. Il y a une précision, une vérité dans l'approche de l'adolescence, qui nous murmure à l'oreille des sentiments contraires, des pulsions, des sensations incontrôlables.

L'auteur réussit avec beaucoup de finesse et de justesse à nous rapprocher de ses personnages, à bousculer nos impressions pour aller creuser plus loin...

L'écriture est sensible, intelligente, intime. Elle nous emporte sur des chemins complexes, denses, escarpés. Il y a une volonté de mettre l'accent sur les peurs, les fragilités, les côtés face des personnalités. Une énergie s'opère, un espace s'est créé et se rétracte dans cet univers de la danse qui sied si bien à la métamorphose des corps, de la psyché.

On aime l'expression des liens forts de l'amitié, les troubles amoureux qui s'insinuent dans tous les pores, toutes les connexions neuronales. On se laisse envelopper par le tumulte des histoires tourmentées, télescopées, éprouvées, mais vraies. Ces adolescents nous invitent à être plus tolérants avec nous-mêmes, plus indulgents et à ouvrir la porte de son intériorité avec tout ce que cela comporte de bon et de moins bon.

Un roman pour crever les certitudes et faire que les masques tombent, juste un petit peu...


Citation Coeur 

"Je pense que toutes ces poupées, c'est comme des protections, des petites armures, et que pour devenir soi, il faut s'en débarrasser une à une..."

 

Boys

27 mars 2017

"Stabat murder" de Sylvie Allouche aux Éditions Syros

 StabatMurder

 

"Stabat murder" de Sylvie Allouche aux Éditions Syros

Sylvie Allouche : un thriller captivant

 

 

StabatMurder

"Stabat Murder" de Sylvie Allouche aux Éditions Syros

Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d’un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d’après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S’agit-il d’un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l’intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte…

http://syros.fr

 

Mon avis :

Quatre jeunes pianistes qui sont sur le point de passer le concours le plus important de leur vie disparaissent du jour au lendemain. Le commissaire Clara Di Lazio fait de cette enquête sa priorité et va tout faire pour les retrouver...

On rentre tout de suite dans le vif du sujet et l'auteur capture notre attention dès les premières lignes. C'est, d'emblée, angoissant, on se met dans la peau des personnages enlevés, effrayés, déboussolés...

Le récit est incroyablement bien rythmé avec une alternance de temps, de lieu qui donne du nerf à cette histoire cauchemardesque. On aime le caractère de Clara pugnace et à fleur de peau. On est touché par son vécu et on comprend son investissement dans cette affaire. Rien n'est laissé au hasard, elle passe tout au crible : interrogatoires, relevés de la scientifique... Elle mène un travail de fourmi et de longue haleine pour éviter le pire. L'ambiance est préoccupante, extrêmement anxiogène. Clara fouille, soupçonne, sonde les personnalités. Elle découvre des secrets, des malaises, s'interroge... On a peur, on a mal pour ces jeunes virtuoses. Tout se déroule comme un partition de musique, tous nos sens sont en alerte, prêt à faire exploser nos émotions au moindre son. On vibre par vagues, on éprouve et on ressent à deux cent pour-cent nos intuitions, nos peurs, nos doutes jusqu'à la dernière note.

L'écriture est acérée, calculée, sans appel. On laisse Sylvie Allouche réaliser son travail de chef d'orchestre et on s'en remet totalement à elle. Les personnages ont une âme, une sensibilité propre et révèlent des drames aussi amers que profonds.

Ce roman grince, s'acharne et appuie là où ça fait mal jusqu'à l'ultime révélation choc qui délivre. Stress, tension psychologique sont au rendez-vous pour un moment à ne pas manquer !

Citation :

"Comme si la nuit les avait engloutis.

Pas un bruit. Pas un mot.

Où sont-ils ?

Des pleurs, soudain, qui brisent le silence."

Et puis plus rien."

 

A propos de l'auteur :

Sylvie-Allouche



Sylvie Allouche a suivi des études de théâtre avant d'être comédienne pendant 10 ans. Après une petite année de journalisme et l'édition, elle écrit depuis plus de 15 ans des livres pour enfants. Elle a commencé par publier de la poésie, puis s'est spécialisée en histoire des civilisations et réalise des ouvrages documentaires. Enfin, depuis une dizaine d'années elle se consacre à la fiction. (Source éditions Syros)

 

Bandeau-StabatMurder

29 juillet 2016

"Ne retournez jamais chez une fille du passé" de Nathalie Stragier aux Éditions Syros

Neretournezjamaischezunefilledupasse

 

" Ne retournez jamais chez une fille du passé" de aux Éditions Syros

 

Résumé :

Ne retournez jamais chez une fille du passé ... parce que vous pourriez tomber folle amoureuse d’un garçon du Moyen Âge. ... parce que vous n'êtes pas la seule voyageuse du futur, et là, préparez-vous à un choc. ... parce que vous êtes nulle en histoire, et qu'une petite erreur de date peut mettre en danger l'humanité.

Auteur(s) : Nathalie Stragier
Date de parution : 02/06/2016

logosyros

Éditions Syros

 

Mon avis :

On se replonge avec beaucoup de plaisir dans cette aventure inquiétante et pleine de rebondissements. Que de bonheur de retrouver Pénélope et Andréa à nouveau réunies pour le meilleur et le pire...

Ces deux jeunes filles auront encore cette fois-ci bien du fil à retordre, des pièges à déjouer et des éléments à découvrir. L'écriture est toujours très entraînante et pleine de vitalité. On est toujours aussi curieux d'apprendre les us et coutumes du futur et on s'amuse beaucoup de la confrontation de ces deux mondes.

On ne s'ennuie pas, c'est un moment de lecture qui passe tout seul. De nouveaux personnages font leur apparition ce qui apporte beaucoup d'intérêt et de dynamisme à l'histoire. On apprécie les rapports de complexité hommes, femmes. On se laisse porter par le sentiment d'urgence et la confrontation aux dangers. Le récit est périlleux, sensible et suscite de nombreuses interrogations.

Beaucoup de zones d'ombres, des péripéties, un combat de tous les instants pour que rien ne change et que l'humanité préserve son intégralité. Pour les amateurs de sensations fortes et d'expériences inédites.

Il n'est pas encore trop tard pour embarquer : destination immédiate entre maintenant et après.

N'attendez plus, et faites bon voyage !

 

A propos de l'auteur :

NathalieStragier

Nathalie Stragier est née en 1971 et a grandi à Tourcoing, dans le Nord. À dix-neuf ans, elle intègre la Fémis à Paris, département scénario. Dès sa sortie de l’école, elle participe à l’écriture de séries télé. En 1995, elle remporte la bourse de la Fondation Hachette/Jean-Luc Lagardère « jeune scénariste télé ». Elle écrit par la suite plusieurs téléfilms. Depuis quelques années, tout en poursuivant son activité de scénariste, elle invente des histoires pour « J’aime lire » ou « Je bouquine ». Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous et Ne retournez jamais chez une fille du passésont ses premiers romans au long cours...

"Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous" de Nathalie Stragier aux Éditions Syros

neramenezjamaisunefilledufuturchezvous

 

" Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous" de aux Éditions Syros

 

" Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous 4 questions à Nathalie Stragier tome 1

Le roman de Nathalie Stragier, Ne ramenez jamais une fille du futur est paru aux éditions Syros. Dans cette comédie à suspense hilarante et foisonnante, totalement addictive, où quiproquos et situations rocambolesques s'enchaînent, elle fait débarquer dans notre monde en 2019 une fille du futur, Pénélope.

http://syros.fr

 

Mon avis :

Nathalie Stragier nous propulse dans une aventure hallucinante dans le temps.

Quand Andréa seize ans fait la connaissance de Pénélope, sa vie change du tout au tout. Cette fille extraordinaire qui vient du futur va révéler des évènements chocs qui pourraient changer la face du monde. Reste à savoir si on peut bouleverser le fil du temps...

Ce récit jeunesse est un sympathique bain de jouvence. On se projette dans un avenir surprenant et qui fait frémir. Qui n'a jamais rêvé de savoir ce qui se passera dans le futur ?

Nathalie Stagier s'est amusée à inventer un univers pertinent et absolument plausible. On se laisse volontiers guider dans cette aventure trépidante et débordante d'allant.

L'écriture est franche et addictive. Les personnages sont sensibles, attachants et éprouvent leurs passions avec l'impulsivité de leur jeunesse. Beaucoup d'action, de suspens, du risque et du danger.

L'atmosphère est électrique, haletante, les révélations sont insoupçonnables et le temps est compté. On stresse beaucoup, on sourit, on s'attendrit et jamais on ne s'ennuie. Les évènements s'enchainent avec une facilité déconcertante.

On retient notre souffle, on est plein d'espoir et on déborde encore de curiosité quand on finit le roman. Ce moment irréel et hors du temps nous pousse à nous poser des questions.

C'est sûr, il y aura une suite, la partie ne fait que commencer !

 

A propos de l'auteur :

NathalieStragier

Nathalie Stragier est née en 1971 et a grandi à Tourcoing, dans le Nord. À dix-neuf ans, elle intègre la Fémis à Paris, département scénario. Dès sa sortie de l’école, elle participe à l’écriture de séries télé. En 1995, elle remporte la bourse de la Fondation Hachette/Jean-Luc Lagardère « jeune scénariste télé ». Elle écrit par la suite plusieurs téléfilms. Depuis quelques années, tout en poursuivant son activité de scénariste, elle invente des histoires pour « J’aime lire » ou « Je bouquine ». Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous et Ne retournez jamais chez une fille du passésont ses premiers romans au long cours...