thriller

07 mai 2018

"L'enfant ultime" de Jang Yong-Min aux Éditions Decrescenzo

L'enfant Ultime

 

"L'enfant ultime" de Jang Yong-Min aux Éditions Decrescenzo

Jang Yong-Min : Un thriller intriguant

 

L'enfant ultime | Decrescenzo Éditeurs - Littératures d'Asie et d'ailleurs

Dix ans après la mort de sa femme dans les attentats du 11 septembre 2001, l'agent du FBI Simon Ken est en proie aux doutes les plus profonds et aux remords. Un matin, tout bascule pour lui : il reçoit une lettre annonçant une série de meurtres de personnes influentes.

http://www.decrescenzo-editeurs.com

 

 

Mon Avis Sang

Dix ans après les attentats du 11 septembre 2001 qui ont coûté la vie à sa femme, Simon Ken, agent du FBI reçoit des prédictions mystérieuses... Il ne sait pas encore que ce qu'il va découvrir dépasse tout, et bouleversera ses acquis...


Il y a beaucoup de mystères, de zones nébuleuses autour de ce roman qui joue en alternance du passé au présent. Tout repose sur un personnage clef disparu au moment de la narration et qui continue de donner sa parole de manière troublante, à travers des lettres posthumes.

Gaya est ce qu'on appelle un enfant ultime, capable de voir l'avenir. Simon fait la connaissance d'un univers qui lui est tout à fait étranger et s'embarque dans une aventure étrange et alambiquée. Aux côtés d'Alice, une femme marquée par l'amour éclair et inconsolable qu'elle a vécu auprès de Gaya, Simon devra remonter le temps... Il est question de pouvoir, d'argent, de contrôle, de machination infernale.

On met les pieds dans une atmosphère tendue, irréelle et dont a du mal à croire ou à mesurer les effets. Les personnages ont une personnalité unique et rare.

L'écriture est addictive et nous retient dans l'insaisissable. On reste bouche bée devant les concordances annoncées, et l'énergie qui se propage entre les pages de ce récit pour lequel Gaya ira jusqu'au bout de ses promesses d'amour et de protection.

Un thriller fascinant où le fantastique est une arme à double tranchant...

 

Citation Sang

" C'est peut-être la magie de la vérité. Plus c'est enfoui et difficile à obtenir, plus on veut savoir. Plus c'est risqué, plus on veut creuser..."

 

Bandeau - L'enfant Ultime


23 avril 2018

"Jurong Island" de Thierry Berlanda aux Éditions du Rocher

island

 

"Jurong Island" de Thierry Berlanda aux Éditions du Rocher

Thierry Berlanda : Un thriller haletant

 

Éditions du Rocher

Cinq ans après sa mission à Lagos, Justine Barcella, retirée dans un village toscan, est contactée par le général Obernai. Ex-patron des services secrets, il a été mis sur la touche juste après avoir découvert un complot monstrueux : un groupe international projette de mettre hors jeu les principaux États en programmant le hacking des systèmes centraux de sécurité...

https://www.editionsdurocher.fr

 

Mon Avis Sang

Après "Naija", on retrouve ici Justine Barcella pour une mission périlleuse et capitale. On compte sur elle pour détourner des projets qui pourraient menacer l'ordre établi et créer un chaos sans précédent...

C'est un roman qui nous embarque très vite et très loin dans les excès et les limites humaines. De Paris, à la Corrèze, en passant par l'Inde et jusqu'à Singapour, on mesure le danger et la propension aux dégâts qui est sur le point de s'amorcer...

Il y a une énergie volcanique, électrique qui se dégage au fil des pages et pour lesquels on retient son souffle. On aime la force, l'esprit d'intelligence et de méthode, la foi combative de Justine. On est rivé à ses sensations, ses objectifs et on se sent mu par le désir de crever l'abcès à ses côtés. Il y a une espèce de sentiment d'urgence qui nous révèle, qui nous anime. On est entraîné par cette course infernale où l'équilibre ne tient plus qu'à un fil. L'attaque est imminente et génératrice d'une série de catastrophes spectaculaires et meurtrières. L'ennemi est à la mesure des débordements catapultes et amoraux.

Ce récit fonctionne parce qu'il parle à notre intellect, à nos émotions, à notre conscience. On joue avec nos nerfs, on fait monter notre adrénaline. Les enjeux sont cruciaux et semblent l'emporter sur l'humanisme. L'atmosphère est grinçante et on ne compte pas les sensations fortes. L'écriture est rythmée, persuasive et nous prend au piège dans ses filets...

Totalement crédible et terrifiant, ce roman nous précipite vers quelque chose de vil, d'abominable.

La machination en marche, nous misons tout sur l'intégrité et la personnalité de Justine.

Un récit sensationnel et trouble, incontournable et diabolique qui nous laisse à penser que rien n'est totalement figé, que la vigilance doit encore et toujours rester de mise. Attention, le terrain est miné et accrocheur.

Il vous sera dès lors impossible d'y résister...

 

Citation Sang 

"On pense généralement que les représentations de l'enfer par les peintres ne sont que des élucubrations allégoriques. Je crains que non, Justine. D'ailleurs, ce ne sont pas mes ambassadeurs qui vous détruiront, c'est le feu, celui attisé par l'abaissement de l'humanité au-delà de toutes les digues que ce que nous appelions récemment encore la civilisation avait érigées pour l'empêcher."

 

Bandeau - island

20 avril 2018

"L'amour propre" d'Olivier Auroy chez Intervalles Éditions

amourpropre

 

"L'amour propre" d'Olivier Auroy chez Intervalles Éditions

Olivier Auroy : Un thriller sublime et envoûtant

coupcoeur

 

L'Amour propre - Editions Intervalles

Au salon de massage de M. Victor, rue de Courcelles, Waan semble jouir d’un statut de favorite. Est-ce parce que le propriétaire des lieux l’a vue grandir ?
Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan sait gré à M. Victor de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse.
Il y a ce ministre qui la harcèle de questions, et ce reporter dont elle attend les visites avec davantage d’impatience qu’elle ne veut bien l’admettre. Il y a surtout les silences de M. Victor, qui semblent dissimuler le passé derrière les tentures opaques du salon. Waan envisage alors de tout plaquer. De ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-elle vraiment le choix ?

 

Mon Avis

Waan travaille dans un salon de massage à Paris, elle doit beaucoup à son propriétaire M.Victor avec qui elle a un passé commun en Thaïlande. Entre passé et présent se découvre une ambiance moite qui foisonne de secrets...


Ce roman est plus qu'un simple thriller, il nous entraîne dés les premières lignes vers quelque chose de sombre et fascinant. On est d'emblée conquis par ce portrait de Waan à la fois forte et écorchée.

C'est dans une alternance de temps et de lieu que nous découvrons le parcours d'une femme soumise et aliénée par le désir des hommes et leur pouvoir. Il y a un érotisme brut qui se dégage de ces lieux de massage, des tensions, des effleurements, des provocations, des chuchotements ou des cris étouffés...

L'écriture est sublime, d'une rare finesse, elle exprime pudiquement les impudeurs, les trahisons, les douleurs, les liens d'amitié, les espoirs. Les personnages capturent notre intérêt de manière à la fois discrète et persuasive. On les sait mystérieux, on les sent pluriels et indéchiffrables. Waan nous touche dans toute sa dimension de femme, de mère, d'amante, d'orpheline sacrifiée.

Il n'y a pas l'ombre d'une fausse note dans ce récit cruel et obsédant où l'intimité des cœurs se dévoile plus difficilement que celle des corps. Les zones d'ombre sont nombreuses et se dissipent en partie... On s'enfuit, on se rattache à la quête d'amour, de sincérité, de vérité. L'escalade est périlleuse, l'équilibre vertigineux. La fin est ouverte et donne à voir ce que l'on veut y voir ou s'imaginer.

Un thriller sensuel, énigmatique et troublant livré sans concessions, que vous allez dévorer !

 

Citation

"Combien d'hommes avait-elle massés depuis ses débuts, à Chiang Rai ? Elle effectua un rapide calcul mental. Elle s'arrêta net. L'énormité du résultat lui donna le tournis : deux mille, peut-être mille en ne comptant que les clients récurrents. Et sur ce millier d'hommes, y en avait-il un qui l'avait charmée ? Y en avait-il un dont elle avait rêvé ? La réponse, évidente, implacable, amplifia le spleen qui lui engourdissait les membres inférieurs."

 

Bandeau - amourpropre

04 avril 2018

"Le fruit de ma colère" de Mehdy Brunet aux Éditions Taurnada

Le fruit de ma colère

 

"Le fruit de ma colère" de Mehdy Brunet aux Éditions Taurnada

Mehdy Brunet : Un thriller mouvementé

 

Le Fruit de ma colère - Mehdy Brunet

Mehdy Brunet Le jour où Ackerman vient demander de l'aide à Josey Kowalsky, le compte à rebours a déjà commencé. Il faut faire vite, agir rapidement. Josey n'hésite pas un seul instant à venir au secours de cet homme qui, par le passé, a su le comprendre.

https://www.taurnada.fr



 

Mon Avis Sang

Eric, avocat est enfermé dans un cachot et témoin d'actes de violences inouïes et qui conduisent à la mort... Cela sera peut-être bientôt son tour, si son frère Paul, ancien flic ne le retrouve pas à temps...


Il y a une énergie, du rythme à ce roman qui se déroule sur plusieurs tableaux. La situation d'Eric est critique et angoissante. Paul va tout mettre en œuvre dans sa recherche. On se rapproche très vite du personnage de Paul écorché par son parcours professionnel, prêt à toutes les folies possibles pour récupérer son frère en vie.

Derrière cet enlèvement, se cache une organisation déterminée à se développer et à se venger du mal qui a été commis.

On aime l'action trépidante, la course au danger, les péripéties nombreuses.

On a peur pour Eric, on s'inquiète pour Paul et Josey sur la route et dans une descente vertigineuse en enfer. On aime la complicité de ces deux hommes différents et unis par la même quête de réponse à l'ordre et à la justice. On suit leur combat, leur course à la folie, la violence, la perversion, la mort.

L'intrigue est calculée, l'écriture est mesurée, maîtrisée. Rien n'est laissé au hasard. Certaines cartes sont biaisées, faussées et opèrent une manipulation sans précédent, dont les personnages comme nous-mêmes feront l'objet. Un roman efficace, sans temps mort qui révèle la face cachée de l'homme et sa récupération indigne.

C'est un scénario cauchemar, perturbant qui nous laisse une substance, un goût amer aux bords des lèvres...


Citation Sang

"Il ressent maintenant ces présences maléfiques autour de lui, tournoyant au-dessus de sa tête tels des anges de la mort. Elles s'apprêtent à fondre sur son âme pour l'amener directement en enfer."

 

Bandeau - Le fruit de ma colère

03 avril 2018

"La lueur" d'Alexis Arend

La lueur

 

"La lueur" d'Alexis Arend

Alexis Arend : Un thriller efficace

 

La lueur

La Lueur

Tout aurait pu s’avérer idyllique pour Jared et Amanda Lynch : des vacances en amoureux dans un endroit sublime, un lotissement des plus agréables au Mont Baker-Snoqualmie, dans l’État de Washington, et une chaleureuse communauté d’estivants.
Oui, tout s’annonçait parfait…
… jusqu’à l’apparition de cette lueur étrange dans le ciel. Une lueur incandescente, forte d’une aura fascinante.

https://www.amazon.fr

 

Mon Avis Pollar

Tout commence par un rêve prégnant, une sensation étrange, une sentence, une lueur... Jared Lynch nous emmène vers quelque chose d'attirant et totalement incontrôlable...


On entre dans une atmosphère nébuleuse, celle du rêve, puis du voyage.

Jared exprime dès le début du roman un sentiment de confusion, de malaise.

Il y a ce lieu de séjour, dans un coin perdu de la forêt, avec une dualité complexe qui interroge... Jared n'est jamais venu dans ce lieu de villégiature dans cet état des Etats-Unis, et pourtant, il croit y reconnaître des signes familiers, un sentiment de déjà vu. On évolue avec lui dans un sillage trouble et perturbant. L'auteur prend un malin plaisir à nous orienter dans une direction, à détourner notre attention pour remettre tout en question quelques lignes plus tard. Et puis, il y a ces disparitions, ces incohérences, cette lueur obsédante qui pèse, inquiète et qui dévore tout.

L'écriture est habile, oppressante. On se sent pris au piège d'un univers paranormal que l'on ne comprend pas et qui nous dépasse. On s'imagine des scénarii, on effleure des hypothèses, on frémit, on craint le pire...

Difficile de s'attacher aux personnages qui sont impalpables, évanescents. On se focalise sur Jared et on se perd dans ses perceptions, ses jugements. C'est à ne plus savoir, à ne plus rien y comprendre, à devenir fou...

Ce thriller nous promène, nous aliène, envahit nos veines d'une source inépuisable d'angoisses. Un page-turner, une valeur sûre !

 

Citation Pollar

"Aujourd'hui, pourtant, ces montagnes familières ont changé. Là-haut, sur la plus élevée d'entre elles, se trouve quelque chose d'inhabituel, quelque chose qu'elle n'avait jamais vu jusqu'alors... Une lueur..."

 

Posté par SophieSonge à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


26 mars 2018

"Jeux de mains" d'Yves Laurent

Jeux de Mains

 

"Jeux de mains" d'Yves Laurent

Yves Laurent : Un thriller addictif

 

Jeux de Mains

Jeux de mains ...

Avec Jeux de Mains..., lancez-vous aux trousses d'un tueur en série qui sévit au cœur de Bruxelles. Résumé: « Ce coup-ci n'était qu'un "essai" afin de m'assurer que je n'avais pas tout à fait perdu la main, mais, pour ma prochaine victime, je lui réserve une véritable petite œuvre d'art. Mon vieux Corduno, il va falloir te préparer à en baver grave. » Après deux années d'interruption, le tueur en série qui donnait des cauchemars au célèbre Inspecteur Principal David Corduno et à son équipe, décide de refaire surface afin de poursuivre sa danse macabrement perverse...

https://www.amazon.fr

 

 

Mon Avis Sang

Après deux ans d'interruption, un serial-killer revient sur les devants de la scène avec un modus operandi de plus en plus extrême et machiavélique. Il semblerait que David Corduno et son équipe, n'en aient pas fini d'en baver...


C'est un thriller pervers, sanglant et sous haute tension. D'entrée de jeu, on sait, on sent qu'il vaut mieux avoir le cœur bien accroché. Les crimes orchestrés sont violents, spectaculaires et font l'objet d'un pied de nez à David qui mène l'enquête.

Un jeu de piste malsain s'opère sous nos yeux. David puise toute son énergie et son temps à enrayer cette avalanche de haine qui ne semble pas finir d'enfler... On est entraîné au cœur de cette affaire, avec un criminel qui traque, qui scrute, qui joue avec nos nerfs... Il y a de l'acharnement derrière son jeu, un désir de contraindre, d'humilier...

On est happé par ce tourbillon infernal, électrique. Rien n'est laissé au hasard et pourtant, celui que l'on recherche a toujours une longueur d'avance... Les soupçons planent, l'écriture est habile, nous retient dans ses filets, nous tend, nous rend nerveux, fragile... On s'attache beaucoup aux personnages qui plus qu'une équipe tisse des liens intenses et conflictuels, comme une vraie famille. Il y a beaucoup de sang, de vice, de fausses pistes, de retournements de situation.

Ce thriller vous tient aux tripes, vous saisit, vous essore et vous laisse sur le carreau avec le sentiment ultime que tout n'est peut-être pas fini... Attention, terrain miné et la chute risque d'être phénoménal !

Citation Sang

"Sa manière de laisser derrière lui uniquement les indices qu'il souhaitait voir découverts prouvait qu'ils avaient affaire à un tueur froid, calme, intelligent, méthodique et implacable. Combien de victimes allait-il encore semer sur sa route avant de commettre cette erreur à laquelle David ne croyait plus trop ?"

 

A propos de l'auteur Sang

A savoir que derrière "Yves Laurent" se cachent deux auteurs belges, Yves Vandeberg et Laurent Vranjes, amis de longue date, qui ont unis avec habilité leur talent pour écrire ce roman cent pour cent bruxellois.

Auteurs Jeux de Mains

 

Bandeau - Jeux de Mains

23 mars 2018

"Mange tes morts" de Jack Heath aux Éditions Super 8

Mange tes morts

 

"Mange tes morts" de Jack Heath aux Éditions Super 8

Jack Heath : Un thriller mordant

 

Mange tes morts | Lisez!

Cameron Hall, 14 ans. Disparu en rentrant de l’école ; rançon exigée. L’horloge tourne, la police est impuissante : c’est une mission pour Timothy Blake.
Timothy (nom de code « le pendu ») a un don. Il lit dans l’esprit des gens. Comprend tout avant tout le monde. Résout les énigmes les plus ardues. Le genre à s’ennuyer avec un Rubik’s Cube ou à connaître votre numéro de sécurité sociale par cœur. Mais Timothy a aussi un problème. Pas le fait d’être pauvre, non. Pas le fait d’être affublé d’un coturne toxicomane et parano prénommé Johnson. Un vrai problème, un problème, disons, comportemental. Qui fait que même le FBI répugne à travailler avec lui. Une vie sauvée, une récompense : ainsi fonctionne Timothy. Mais cette fois, et malgré l’appui de l’agent spécial Reese Thistle, il se pourrait que notre sympathique génie psychopathe ait trouvé à qui parler.

https://www.lisez.com

 

Mon Avis

Quand un adolescent de quatorze ans fait l'objet d'un enlèvement, on dépêche le FBI est un intervenant un petit peu spécial pour le retrouver. Timothy Blake, a ce petit quelque chose en plus, cet instinct animal, ce pouvoir à double tranchant qu'il faut sans doute apprendre à juguler...


C'est un roman assez particulier avec un héros dangereux et hors norme. Timothy a assisté à l'assassinat de ses parents, a été placé ensuite en foyer d'accueil.

Il a côtoyé la violence, la pauvreté dès son plus jeune âge, a eu faim, très faim. Pour survivre, il a mangé des rats, mais aussi des hommes. Aujourd'hui, il collabore auprès du FBI, il résout des casse-tête et modère comme se peut ses appétits. L'auteur réussit à ce que l'on voit au-delà du monstre, un être doué d'une intelligence, de mémoire et d'observation. Timothy nous intrigue, nous attire, nous répugne sensiblement. On ne peut s'empêcher d'être touché et apitoyé par son histoire.

Les scènes sont souvent saignantes, choquantes. Il y a chez lui une dualité entre l'inné et l'acquis, des forces qui s'attirent et qui se repoussent. Ses investigations sont décrochées, border-line. Elles répondent à une impulsion, à un code, à une infiltration qui lui sont propres.

L'écriture est séductrice, haletante et ne nous épargne rien des descriptions crues et indigestes. Vous devrez avoir le cœur bien accroché pour ne pas rester sur votre faim quant à un dénouement pervers. L'enquête n'est pas le centre d'intérêt du roman, mais nous renseigne sur le passé de Timothy qui le rejoint ici...

Si vous pensez pouvoir faire abstraction, lancez-vous. Attention, ce roman se dévore sans concessions, mais les estomacs fragiles sont toutefois priés de s'abstenir !

 Citation

"C'était aussi simple que ça, et il le savait comme moi. Il y avait quelque chose qui m'avait poussé à attaquer mon agresseur avec les dents plutôt qu'avec les poings, quelque chose qui risquait de remonter à la surface à n'importe quel moment."

 

Bandeau - Mange tes morts

Posté par SophieSonge à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 mars 2018

"Le mal en soi" d'Antonio Lanzetta aux Éditions Bragelonne

Le mal en soi

 

"Le mal en soi" d'Antonio Lanzetta aux Éditions Bragelonne

Antonio Lanzetta : Un thriller cicatriciel

 


Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain de true crime. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.
Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

http://www.bragelonne.fr



Mon Avis Pollar

A Castellacio, un petit village d'Italie, on retrouve le corps d'une jeune fille pendue à un arbre. Ce crime n'est pas sans rappeler un drame parvenu trente et un an plus tôt. Et si tout recommençait ?


C'est un roman extrêmement trouble et qui fait remonter par bribes, de nombreux éléments à la surface. Dans une alternance de temps, l'auteur nous saisit, nous interroge sur le poids de ces années, les secrets d'un passé étouffant...

Avec ce crime, ce sont les souvenirs d'enfance qui reviennent, s'invitent à notre porte, l'histoire d'un cercle d'amis qui ont vu l'espace d'un été, leurs vies voler en éclats. Ce qui marque, c'est qu'on touche à l'insouciance, à l'innocence, de ces instants inoubliables et forts qui construisent la personnalité. Ce thriller nous fascine, nous dérange, nous heurte.

L'écriture est subtile, habile et nous plonge dans les émotions sensibles des émois adolescents. Petit à petit, on s'infiltre à l'intérieur des entrelacs de ce qui a pu se passer, témoins impuissants du germe sur le point de poindre, d'éclater. Curieusement, ici, on éprouve que peu d'attachements aux personnages, se focalisant plus sur le déroulement de l'histoire. On reste englués à une ambiance, au point de clivage avec le sentiment que le mal y prend racine, incontrôlable et meurtrier.

Un roman dense où les affects, la culpabilité, la vengeance se mêlent et font résurgence ici pour nous habiter et ne plus nous quitter. Une belle maîtrise dans laquelle on exprime la cruauté, le suspens, la noirceur dans toute sa dimension.

Citation Pollar

"Tu pouvais aller de l'avant, t'efforcer d'avoir la meilleure vie possible, jeter les souvenirs à la cave et éteindre la lumière en te disant que le noir ferait le reste... Le passé trouvait toujours le moyen de te faire payer tes dettes."

 

Bandeau - Le mal en soi

14 mars 2018

"Une bonne intention" de Solène Bakowski aux Éditions Bragelonne

une-bonne-intention

 

"Une bonne intention" de Solène Bakowski aux Éditions Bragelonne

Solène Bakowski : Une incroyable maîtrise

 


Mati a neuf ans. Elle a perdu sa maman. Son père s’enlise dans le deuil et sa grand-mère s’efforce, à sa manière, de recoller les morceaux. Un soir, la petite ne rentre pas de l’école. On imagine le pire, évidemment. Et le pire se produit. Comment croire que tout, pourtant, partait d’une bonne intention ?

http://www.bragelonne.fr

 

Mon Avis Pollar

Tout commence par l'enterrement de Karine, qui laisse son mari Nicolas et leur petite fille Mathilde dans la plus terrible des peines. Un an après sa disparition, l'absente pèse encore dans les esprits des vivants, de bien des façons...


On croit, et on se sent plonger dans le malheur ici avec ce roman, et cela s'avère bien plus terrible encore. Il y a quelque chose de diffus et de confus qui s'agrippe aux branches et qui prend son mal aux racines...

L'absence d'une mère pour la petite "Mati", la déficience d'un père anéanti, la surprotection d'une grand-mère, la bienveillance discrète d'une institutrice, sont autant d'éléments qui s'égrènent et se dispersent pour s'imprimer insidieusement...

L'écriture et le style sont maîtrisés, l'auteur mesure, pèse ses descriptions, décortique la face cachée de ses personnages... On est touché par la sensibilité de Mati, sa fragilité palpable et sa perception singulière des choses. Pour s'extraire d'un quotidien, d'une atmosphère pesante dans laquelle elle étouffe, elle trouve du réconfort dans le lien qu'elle entretient avec sa mère. Quand le monde des adultes fout le camp, Solène Bakowski nous raconte que les enfants ont encore leurs rêves...

Quand Mathilde s'échappe, l'inquiétude s'installe, les doutes s'insinuent, la culpabilité remonte à la surface. Il y a beaucoup de colère dans ce roman, des mauvais choix qui les régissent, des secrets destructeurs. Tout n'est pas tout noir ou tout blanc, mais il y a ce mélange qui complique tout...

On est totalement sous l'emprise de ce roman que l'on ne lâchera pas jusqu'à la fin avec ce sentiment d'immense gâchis, que l'on retient.

Citation Pollar

"Mati sanglote, sa voix se perd dans une larme d'où elle revient plus forte et assurée. C'est la première fois qu'elle en parle vraiment. Et que quelqu'un l'écoute. Car entre la souffrance de sa mère et celle de son père, il n'y a pas eu beaucoup de place pour la sienne."

 

Bandeau - une-bonne-intention

13 mars 2018

"Les limbes" d'Olivier Bal aux Éditions De Saxus

 Les Limbes

 

 

"Les limbes" d'Olivier Bal aux Éditions De Saxus

Olivier Bal : Un roman préoccupant

 

 

Les Limbes

De Saxus (@DeSaxus) | Twitter

Viêtnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu'il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s'est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu'il dort, il visite les songes des autres...

https://twitter.com

 

Mon Avis Pollar

Viêtnam 1970, rescapé d'une attaque militaire, James se réveille après un mois de coma. De drôles de rêves se manifestent dés lors, au cours de ses nuits...


Olivier Bal nous propose ici de se pencher sur le sommeil, une mécanique complexe, une porte ouverte sur les rêves et leurs mystères.

Après son accident, james Hawkins est spectateur de manifestations troublantes, ses rêves aussi insaisissables soient-ils, lui échappent et le rapproche de l'incontrôlable. Entrer dans l'intimité, la vie des autres chaque nuit le fragilise, le rend vulnérable. Pour la C.I.A, il est l'élément d'un projet d'expérimentation secrète "Les limbes" qui ne fait que commencer.

Ce roman nous plonge vers le diffus, l'indescriptible, l'enfer et le méconnu. L'écriture est très addictive, elle nous précipite très vite dans une angoisse et nous maintient dans une adrénaline constante et jaillissante. On vit les expériences de James avec curiosité et appréhension. Ce qu'il nous amène à voir nous sidère et ne nous surprend qu'à moitié. On éprouve un sentiment de malaise. On est attiré par l'énergie de l'inconscient, du contrôle, de la peur, du danger. On se rapproche du domaine de la science, de la légende, du symbolique. On se laisse entraîner dans un scénario qui s'enraye et s'accélère sous nos yeux qui ne lisent plus que le sang, la mort, le cauchemar.

Le récit est infaillible, prégnant, il nous absorbe tout entier. Et si, nous ouvrions des portes pendant notre sommeil et que nous allions trop loin... Que se passerait-il ?

Avec ce roman, vous rentrez en zone illimitée, à vos risques et périls !

 Citation Pollar

"Les journées sont longues, interminables. Les infirmières me disent que je devrais me reposer, dormir. Mais je ne veux pas. Je ne peux pas..."

 

La nouvelle maison d'édition De Saxus nous présente ici leur premier roman "Les Limbes", un Thriller à découvrir.

Venez découvrir leur page Facebook

Posté par SophieSonge à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,