01 mai 2017

"Éternité" de Jess Rothenberg

 

Éternité

 

"Éternité" de Jess Rothenberg

Jess Rothenberg : Un roman touchant

 

logo-amazon

Mon avis :

Brie meurt à 15 ans d'un chagrin d'amour. On la retrouve dans son passage à l'au-delà, un peu déboussolée, complètement perdue. Elle fait la connaissance de Patrick qui se propose de la guider. Un chemin long, lent et sinueux qui lui permettra peut-être de comprendre et donner du sens à sa mort...

Comment à 15 ans peut-on mourir d'avoir aimé ? Brie est passée de l'autre côté et n'en revient toujours pas. Pourquoi elle ? Et pourquoi maintenant ? Nous allons vivre à ses côtés toutes les étapes nécessaires au deuil, du déni à l'acceptation : un cheminement qui se doit d'être consenti et travaillé...

C'est un roman diffus et pourtant puissant que nous propose l'auteur, où on évoque la vie, l'amour, la douleur, les secrets. On se laisse envelopper dans un climat nébuleux et de lutte avec soi-même. L'écriture est envoûtante et on éprouve les émotions comme des vagues déferlantes qui vous atteignent et vous retiennent plus qu'à la surface. On aime la sensibilité des personnages, leurs faiblesses, leurs doutes, leurs affects. On est suspendu aux ressentis de Brie, à son idéal de changer la donne. La vie qui continue sans elle, nous bouleverse, nous émeut.

Observer, comprendre, réaliser, accepter : le parcours de cette jeune fille est jalonné d'obstacles, entaché de certitudes. Ouvrir les yeux, aller au-delà des limites qui l'enferment dans sa condition d'âme errante. Brie finira par trouver la paix en même temps qu'elle retrouvera son chemin.

Les éléments prennent du temps à se rassembler, on soupçonne, on devine et on est réellement surpris. Ce roman jeunesse nous transporte vers un beau et fabuleux voyage, celui de l'amour inconditionnel et que l'on n'oublie pas. Parce qu'aimer, c'est se taire et faire jaillir la voix de l'être aimé.

Citation :
"En plus, la vie après la mort, ce n'était pas si mal. C'était comme un rêve étrange et fabuleux quand vous savez qu'il vous reste encore dix minutes avant que le réveil ne sonne."

Bandeau-Éternité


"Malédiction du Sang" de Célia Rees

Malédiction du sang

 

"Malédiction du Sang" de Célia Rees

Célia Rees : Un récit envoûtant

 

logo-amazon

Mon avis :

Alors qu'Ellen, 16 ans, souffre d'une étrange maladie du sang, celle-ci retrouve le journal intime de son arrière-grand-mère. Elle plonge alors dans une histoire fantastique et pénétrante de l'époque victorienne à nos jours, qu'elle n'est pas prête d'oublier...

Le récit exerce une fascination indéniable et on a aucune peine à se projeter dans la peau d'Ellen qui désire en savoir plus sur ce qu' a pu vivre son aïeule au même âge. Très vite, Ellen ressent le caractère particulier que revêt l'écrit de ce journal retrouvé au grenier. Il y a quelque chose d'attractif, de mystérieux et qui fait peur. On s'enfonce et on sombre petit à petit dans un univers vampire et gothique du Londres victorien. C'est beau, c'est sombre, c'est mystique.

Les personnages ont un pouvoir fort et charismatique. On aime les décors, l'environnement travaillé et bien choisi qui nous permettent de nous évader ipso facto. On oscille entre passé et présent, rêve et réalité, et on se laisse ensorceler...

L'écriture est fluide, captivante. On se laisse volontiers guider, on lâche prise pour finalement tomber sous le charme de cette aventure au destin exceptionnel.

Un bon moment de lecture sans accro ou autre prise de tête. Cela paraît tout bête, mais cela fait plaisir !

Citation :

"Lorsque j'ai pris congé de lui, il a saisi ma main en s'excusant comme toujours de m'avoir retenue si longtemps. Il l'a retournée pour en baiser l'intérieur au-dessus du poignet comme à son habitude, mais soudain, il a tressailli."

Bandeau-Malédiction du sang

28 avril 2017

"Sa chose" de G. Dimitri

sa chose

 

"Sa chose" de G. Dimitri

G.Dimitri : un thriller renversant

 

Résumé :

Tout a commencé sur « PSYCHO LOVE »

Lorsqu’elle croyait que c’était juste un site de rencontres différent… Un peu borderline.

 MAIS…

 …Tout a dérapé à cause de « PSYCHO LOVE »

Quand elle a compris que c’était plus qu’une quête de frissons… Ou de trash.

 PUIS…

…Tout est devenu flou dans « PSYCHO LOVE »

Au point qu’elle en a perdu la notion du réel… Comme du virtuel.

 CAR…

…Comment faire lorsqu’une histoire violente, qui a pris vie sur un clavier,

Vous emprisonne et vous enferme… jusqu’à faire de vous SA CHOSE ?

logo-amazon

Mon avis :

Tout commence à partir d'un site de rencontre... Avec "Psycho Love" votre curiosité n'est pas prête de s'arrêter, mais peut-être y a-t-il un prix à payer ?


Si vous pensez croire où vous mettez les pieds avec ce roman autant vous dire que vous allez dégringoler de haut... L'auteur est là pour vous malmener, vous triturer l'esprit.

Tout le long du récit, on accumule les éléments tordus, discordants. On ne comprend pas, on est mal à l'aise. On est perturbé par le curieux personnage de Groseille qui enquête à travers le questionnaire du site de rencontre. On évolue dans un univers trouble, malsain. Le suspens est chirurgical, l'écriture est ingénieuse et on se laisse embarquer dans cette histoire à la frontière de la folie.

Si nous ne savons pas très bien où nous allons et vers quoi nous tendons, l'auteur elle, en joue à merveille. Il est question de pouvoir, de manipulation. On parle de codes du thriller, d'inspiration. On avance dans le récit avec nos acquis dans le polar noir, on part dans tous les sens et on se trompe beaucoup. L'intrigue est bien plus retorse et machiavélique que vous pouvez l'imaginer.

Perturbant, insoupçonnable et déroutant. On s'en veut de s'être fait avoir, mais que voulez-vous, c'est le jeu et la surprise n'en est que plus jubilatoire. Lancez-vous !

Citation :

"Les crimes dans un thriller ne sont pas importants. Ce qui prime, c'est le lecteur. L'emmener d'un point A... à un point A qui pourrait être ici et maintenant..."

Bandeau-sa chose

26 avril 2017

"De l'autre côté des mondes" de Mélanie De Coster

couv 2

 

"De l'autre côté des mondes" de Mélanie De Coster

Mélanie De Coster : Un voyage extraordinaire

 

Résumé :

"Les temps changent" affirme l'Homme aux Noix. Les Bâclés ne le contrediront pas. Ils étaient rejetés par tous, ils ont été propulsé sauveurs de l'humanité. Dans un monde parallèle, peut-être, mais qui pourrait avoir des répercussions sur leur propre univers. Avant de rencontrer le Balafré, ils devront éviter des ombres armées de griffes, trouver des fermes invisibles, apprivoiser des êtres de légende... Apprendre, aussi, à reconnaître leurs amis. Laléa a besoin d'eux. Les Bâclés ont peut-être aussi besoin de Laléa. Merlin, leur professeur, sera leur guide dans leur traversée vers cet autre monde. Il sait que son aide ne sera pas suffisante. Et pourtant, il ignore encore qui hurle dans la nuit, et quels animaux se créent dans les secrets des châteaux. Les Bâclés avancent... Un roman de fantasy dans un univers parallèle !

logo-amazon

Mon avis :

Cosmo, Albin, Arthur, Titiana atteints d'un handicap sont mis à l'écart à l'intérieur de leur lycée quand Merlin, leur professeur d'histoire leur ouvre les portes d'un monde où ils pourraient bien réveiller leur destin...


L'auteur nous fait faire un bond en avant dans l'imaginaire et nous propulse dans un univers parallèle fantastique et totalement divertissant. Des adolescents poussés dans leur quête de curiosité vont faire ici l'expérience de leur vie.

L'aventure emmène ces jeunes gens ailleurs loin de leur quotidien dans une dimension où ils sont autre chose que leur handicap. Investis d'une mission, ils s'épanouissent et révèlent au grand jour le véritable aspect de leur personnalité. Ce n'est pas ce qu'ils ont en moins qui compte à Laléa, mais bien ce qu'ils ont en eux et développent en plus.

La plume est fluide. On parle ici de différence, d'exclusion, de manière positive et décomplexée pour nous amener à adopter un autre regard sur la société et sur ceux qu'elle a recalé ou mis de côté. De l'autre côté, il y a du risque, de l'action, de la découverte et beaucoup de péripéties.

On aime la sincérité des personnages. On admire leur vaillance, leur courage et leur volonté à toute épreuve. Le voyage à leur côté nous permet de nous évader vers un monde que l'on veut croire meilleur. Un monde dans lequel on prend conscience de sa valeur et on croit au possible...

Un bon moment en perspective à passer, une aventure mystérieuse et originale à découvrir !

 

Citation :
"Laléa devenait leur royaume de rêve, le refuge oublié où tous les enfants sont des héros, le monde où ils avaient leur place."

 

A propos de l'auteur :

Mélanie De Coster

Prenez une grosse dose d'imagination, faites infuser dans une grand mug de thé, ajoutez une pincée d'envie d'ailleurs... Voilà la recette pour créer un auteur de littérature fortement inspiré par le fantastique.

Mélanie De Coster a voyagé. Pas assez à son goût, mais elle a déjà goûté les cieux de plusieurs lieux de vie différents. Dans son sac, il y a toujours : un carnet et un stylo (pour noter la manière dont elle perçoit le monde. Vous le saviez, vous, que les gens qui mâchent du chewing-gum peuvent être vraiment inquiétants ?) et de quoi lire, bien sûr.
Quand elle se pose quelque part, elle prend une tasse de thé (ou plutôt une théière !), quelques biscuits... et elle écrit !

Dans ses livres, la littérature fantastique prédomine. Sa devise "il y a toujours une histoire à raconter".
Il est temps pour vous de découvrir les siennes... (Source Amazon)

http://www.melaniedecoster.com

25 avril 2017

"La chambre d'Hannah" de Stéphane Bellat aux Éditions Mosésu

lachambredhannah

 

"La chambre d'Hannah" de Stéphane Bellat aux Éditions Mosésu

Stéphane Bellat : un roman profondément touchant

 

coupcoeur

La Chambre d'Hannah

Paris, février 1992. Pierre Descarrières, 11 ans, est malheureux coincé entre une vie terne et des parents qui se déchirent quotidiennement. Seul dans sa chambre, il rêve d'un frère ou d'une soeur qui viendrait rompre sa solitude. Paris, février 1942. Hannah Klezmer, 11 ans, étouffe dans l'espace confiné de son appartement, mise à l'écart parce qu'elle est juive.

http://www.atelier-mosesu.com

 

Mon avis :

Paris février 1992, alors que Pierre 11 ans s'effondre de solitude et de tristesse tandis que se parents se déchirent, il fait la rencontre inopinée d'Hannah 11 ans qui viendrait du passé. C'est l'histoire d'une rencontre inoubliable qui ne fait alors que commencer...


Il y a des liens inexplicables qui se créent et qui se tissent parfois... Peu importe que cela soit possible ou impossible, l'important est dans la bonté et la pureté des cœurs.

Hannah et Pierre n'auraient pas dû se rencontrer ou du moins pas de cette manière. Leurs échanges révèlent un côté magique et hors du temps. Grâce à Hannah, Pierre oublie un peu ses malheurs, apprend l'horreur de la guerre et perd un peu de son innocence. L'auteur nous offre ici un récit tragique, beau et bouleversant. On est touché par ce lien d'amitié viscéral, authentique et qui n'a pas d'âge.

La plume est émotionnelle, sensible, rare, elle nous emporte loin et profondément dans ses sillons. Il émane des échanges de ces jeunes gens une infinie tendresse, une compréhension brute qui ne demande qu'à être fouillée. Avec eux, on observe un voyage dans le temps cicatriciel et torturé tandis que leurs moments à eux ne sont que petits bonheurs et grande complicité. Ce roman exprime sa force dans toute sa dualité. Il est à la fois extrêmement dur et lumineux. Il nous parle et nous imprègne dans sa violence-douce de Vérité.

À travers ce livre, c'est une autre manière de se rappeler de son histoire, d'en éprouver tout son sens pour ne jamais totalement oublier... Peut-être ne pourrions-nous pas changer le passé, mais pourrions-nous nous maintenir vigilants à propos de notre avenir...

Citation :
"Même au bord d'un étang, loin de ma chambre, Hannah était toujours tout près de moi. Je savais pourtant que nous n'appartenions pas à la même époque. Mais l'amitié s'affranchit des temps auxquels elle se conjugue. Souvent au présent, parfois au futur."

 

A propos de l'auteur :

bellat-stephane

Né en 1961 dans l’ouest de la France, Stéphane Bellat est un pur autodidacte, autant par nature que par choix. Très vite attiré par l’expression artistique, il commence par dessiner, puis peindre. Il poursuit son parcours par un cursus d’historien et rédige à partir de 2004 plusieurs dizaines d’articles thématiques sur la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui encore, il collabore à deux magazines.

En 2010, il revient à sa première passion : la littérature fantastique. C’est ainsi que nait Les Passagers Perdus, son premier roman publié par Guérin Littérature à Montréal. Trois ans plus tard son second roman La Chambre d’Hannah voit le jour et se traduit par un plébiscite des lecteurs. Ce roman a été publié par France Loisirs.

Il a une sainte horreur des petites boites dans lesquelles chacun doit être placé par convenance pour être mieux répertorié et se définit comme un « irréductible inclassable » .. Plusieurs styles littéraires le passionnent et le poussent à écrire, du roman historique au roman noir en passant par les road movies déjantés.

Bandeau-lachambredhannah


22 avril 2017

"Dieu pardonne lui pas !" de Stanislas Petrosky aux Éditions Lajouanie

Dieu Pardonne lui pas

 

"Dieu pardonne lui pas !" de Stanislas Petrosky aux Éditions Lajouanie

Stanislas Petrosky : Irrévérencieux mais tellement bon

 

Dieu Pardonne, lui pas ! de Stanislas Petrosky

Estéban Lehydeux, dit Requiem, est de retour. Le curé exorciste débarque cette fois sur le port du Havre.
Il y découvre un docker bien sous tout rapport –  si, si ça existe  –, accusé de meurtre ; une boîte d’import-export d’objets et de matériel pas bien catholiques ; un syndicaliste forcené mais pas mauvais bougre ; des fanas du troisième Reich ; et bien évidemment une accorte jeune femme tellement mal fringuée qu’il s’empresse toujours, dès qu’il la croise, de la déshabiller  !
 
Entouré de ces drôles de paroissiens notre héros, un Don Camillo carburant à la bière plus qu’à l’eau bénite, va devoir jouer du goupillon et faire quelques entorses aux règles de son ministère pour parvenir à distinguer le bon grain de l’ivraie…

http://www.editionslajouanie.com

 

Mon avis :

Vous vous souvenez d'Esteban ? Si rappelez-vous ce curé d'enfer et de choc prêt à en découdre sa soutane si l'occasion le permet ou s'impose à lui. Et bien tenez-vous bien, il est de retour...

Quel plaisir de retrouver ce très cher curé dans ce second opus et de réaliser qu'il n'a ni perdu de son croustillant ni de sa saveur. On le retrouve ici du côté du Havre sur une sombre affaire de trafic d'armes et autres souvenirs de l'époque nazie.

Entre son infiltration, sa gouaille et ses élucubrations sexuelles, Esteban n'a pas le temps de souffler et nous de nous ennuyer. Sa guerre contre les pourris est plus qu'une mission, c'est un véritable sacerdoce. C'est un curé en forme et sur tous les terrains, et toujours un peu plus proche de son lecteur à qui nous avons honneur. On ne compte plus les traits d'humour et son sens de la répartie qui fait partie intégrante de l'histoire.

L'auteur nous offre un récit rythmé et explosif à côté de malversations glauques ou amorales. Sa plume est aiguisée, tonifiante, un pur bain de jouvence. On aime les petits travers et les gros penchants d'un héros fort sympathique et on éprouve de la tendresse pour des personnages récurrents.

Vous l'aurez compris, on grince un peu des dents et on s'amuse beaucoup ici. Le temps passe trop vite que c'est déjà fini. Rassurez-vous, ce curé-là à toutes les chances de faire parler de lui et de devenir une légende ! Si, si, c'est mon grand Dieu qui me l'a dit...

Citation :
"Mon patron me laisse gérer à ma guise ce dont je veux m'occuper. Pour moi, le démon n'est pas forcément un truc connu avec des sabots, mais il peut se dissimuler dans certains hommes."

Bandeau-Dieu Pardonne lui pas

21 avril 2017

"Marylou et l'Arbre-aux-Murmures" de Gaëlle K. Kempeneers aux Éditions Séma

Arbre aux Murmures

 

"Marylou et l'Arbre-aux-Murmures" de Gaëlle K. Kempeneers aux Éditions Séma

Gaëlle K. Kempeneers : Un voyage enchanteur

 

Marylou et l'Arbre-aux-Murmures

Au plus profond de l’Ardenne, dans un lieu où fées et croquemitaines côtoient notre réalité, Marylou, fille et petite-fille d’ensorceleuse, n’aime rien de plus que de retrouver l’Arbre-aux-Murmures et les habitants de la Forêt du Pas-du-Loup. Mais voilà qu’elle apprend que cette dernière va être rasée…
Marylou jure de tout tenter pour la sauver.
Quand, en plus, son ami Sam disparaît au fond des bois, la fillette ignore encore quels dangers elle devra braver pour le retrouver et tenir sa promesse.
Saura-t-elle surmonter les épreuves jetées en travers de sa route ?

Prix Papier : 12 € / Prix Numérique : 3,99 €

 


Mon avis :

Quand la petite Marylou onze ans, apprend que le bois du Pas-du-loup menace d'âtre rasé ; elle ne peut s'empêcher de réagir et de tout mettre en œuvre pour protéger et défendre son ami le chêne et doyen de la forêt. à la recherche de Sam, ses dons ne demandent qu'à se dévoiler...


À travers ce roman, on s'enfonce dans la forêt comme dans les contes et les mythes de notre enfance. On retrouve avec Marylou notre innocence, des bribes de souvenirs originels qui nous rapproche de l'énergie de la nature et de ses fascinants mystères.

La féerie est partout pour celui qui veut la voir ou l'entendre, dans un souffle, dans une brindille, dans le creux d'un arbre... L'auteur nous ouvre avec délicatesse, force et poésie les portes de son imaginaire, et on s'évade le temps de notre lecture. Des mots qui parlent à notre cœur d'enfant : enchantements, secrets, vœux, pacte de sang font écho à nos valeurs d'adulte sur le respect de la faune et de la flore.

L'aventure oscille entre fascination et peur, beauté et cruauté. Il est question de prendre conscience des cycles, de la vie, loin de l'agitation, des chants artificiels. On est touché par la magie, de la profondeur qui s'échappe de ce récit. Les illustrations sont merveilleuses et lumineuses d'expression faisant perdurer le charme dans lequel nous avons cédé.

Cette histoire est un petit bijou de lecture, à lire, à rêver, à transmettre pour le plaisir des petits comme des plus grands. À découvrir !

 

Citation :
"Elle n'est pas une enfant ordinaire. Elle est fille et petite fille d'ensorceleuse. La nature autour d'elle l'a acceptée et l'accueille en amie. Au village, elle est presque certaine d'être la seule, avec les membres de sa famille, à percevoir l'imperceptible. Elle comprend les animaux, voit les créatures féeriques et sent ce qui est caché."

 

A propos de l'auteur :

Auteur-Arbre aux Murmures

Gaëlle K. Kempeneers est née la veille du Samain de l’année 1979 dans le pays de la frite et du surréalisme. Elle est très tôt attirée par les univers de l’imaginaire. Lectrice boulimique, elle dévore inlassablement les classiques de la littérature dite de genre avec une prédilection pour les univers possédant leur lot de dragons, de héros tourmentés et d’aventures effrénées. Ses auteurs de références sont légions. Ne citons que David Eddings, Pierre Grimbert (qu’elle rêve un jour de rencontrer) pour leurs sagas titanesques où le bien triomphe toujours du mal – un peu d’optimisme que diable ! Poppy Z. Brite pour ses récits à l’onirisme glauque et Marion Zimmer Bradley qui l’a envoûtée lors de ses voyages sur Ténébreuse. Elle a jusqu’ici publié quelques nouvelles dans des fanzines comme l’admirable Univers du forum Outremonde. Tueurs de Dragons est son premier roman et le premier tome d’un cycle qu’elle espère aussi intense que ses lectures préférées. Quand au K. qui sépare son prénom et son patronyme, elle préfère laisser planer le mystère. Ceux qui la connaissent sauront à quoi il fait référence. (Source Facebook de l'auteur)

Bandeau-Arbre aux Murmures

19 avril 2017

"La cave" de Natasha Preston aux Éditions Hachette Roman

La cave

 

"La cave" de Natasha Preston aux Éditions Hachette Roman

Natasha Preston : Un coup de coeur

coupcoeur

 

La cave (Titre original : The Cellar)

Imaginez une maison comme n'importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave...

http://www.lecture-academy.com

 

Mon avis :

Summer 16 ans, a tout pour être heureuse, une famille aimante, un petit ami attentionné. Un bonheur que l'on croit trop souvent indestructible et définitivement acquis... Quand elle est enlevée et séquestrée, c'est tout son univers qui vole en éclats...


Ce roman psychologique est très fort, il nous capture et nous plonge dans ses abîmes rapidement. L'auteur a créé une atmosphère malsaine, anxiogène autour d'un homme malade au caractère obsessionnel et compulsif.

Ce que l'on apprend sur lui, sur son comportement au fil des pages nous révulse, nous fait peur, mais ne nous surprend pas vraiment. Un homme écarté de tous soupçons, ordinaire ; si vous saviez pourtant... L'univers créé à l'intérieur de cette cave est assez hallucinant, il s'en dégage un parfum entêtant à la fois séducteur et repoussant. Quand Summer découvre Shannen, Becca, Jennifer, elle n'y voit que la parodie du vide, d'une famille reconstruite, illusoire et déjantée. Pour lui, elles sont Lilas, Rose, Iris et Violette des fleurs pures à protéger d'elles-mêmes et de l'extérieur. On est complètement embarqué dans cette histoire et tourmenté par l'esprit de résilience de Summer qui fera tout pour se sortir de ce cauchemar. Le récit alterne entre le souvenir de sa famille, l'enfer qu'elle vit avec les filles et les recherches qui sont entreprises pour la retrouver.

L'écriture est habile et maintient une tension perverse, régulière, pulsatile dont on a bien du mal à de défaire. Il y a de la violence, du sang, beaucoup de meurtres dans ce récit torturé et désespérant. Pour supporter cette propension à la folie, il fallait annihiler une partie de soi sans jamais totalement s'oublier... C'était une question de survie !

Un thriller à la hauteur, périlleux, troublant, terrifiant à ne surtout pas rater. Laissez-vous submerger par ce pouvoir des fleurs tentateur et totalement incontrôlable. Elles n'ont peut-être pas dit leur dernier mot...

 

Citation :


"_Qu'est-ce qu'il attend de nous ?

_Je ne sais pas exactement, mais je crois qu'il cherche une famille. La famille idéale. Il choisit des filles, qu'il trouve parfaites, comme des fleurs."

Bandeau-La cave

"Les cavaliers passagers" de Flora Meaudre et Illustrations de Vincent Biwer aux Éditions Le Laboratoire Existentiel

 

les cavaliers passagers

 

"Les cavaliers passagers" de Flora Meaudre et Illustrations de Vincent Biwer aux Éditions Le Laboratoire Existentiel

Flora Meaudre : un récit tendre, sérieux et amusant

 

Les Cavaliers passagers

Après une longue relation, Lucie rejoint le « marché du célibat ». À vingt-cinq ans, elle se retrouve confrontée aux pressions de son entourage qui lui rappelle que
son horloge biologique tourne, subit la fragilité de la femme dans l’espace de la rue et de la nuit, multiplie les rencontres sans lendemain tantôt loufoques, tendres
ou douloureuses, et intrigue par la contradiction de ses propres désirs...

http://lelaboratoireexistentiel.fr

 

Mon avis :

De nouveau sur le marché du célibat, Lucie 25 ans furète, vibre, vit et se consume. De ses rencontres inspirées, choisies, fugaces et éphémères, elle nous en délivre le contenu sincère et non dénué d'humour. Parce que la vie vaut bien d'être vécu...

Non loin de l'éloge de la rencontre tant espérée par tous. On vogue ici à la surface de la recherche à la dissection de tous ces élans éprouvés ressentis et aussitôt évaporés.

Lucie est jeune, sensible, intelligente, sportive et déborde de charme. Est-ce la pression de la société ou de ses pairs qui la pousse dans la quête amoureuse ?

On la suit dans ce parcours chaotique et enivrant poursuivant la foultitude de rendez-vous, d'actes manqués, d'erreurs ou de relations compliquées. Difficile à Paris dans les années 2000 de s'entendre, de s'écouter, de se reconnaître ou encore de s'attarder. Avec beaucoup de justesse et de recul, l'auteur nous amuse, nous interroge sur ce tourbillon des sentiments qui va de plus en plus vite et ne semble jamais devoir s'arrêter. De ses insatisfactions, à ses désenchantements, de ses coups de coeur, Lucie effleure les émotions et nous touche à travers ses aventures joyeuses et fantasmées.

On aime cette écriture douce, piquante, acidulée, les illustrations réalistes et bien amenées qui ponctuent le récit.

On passe un agréable moment en compagnie de Lucie et de son amie Alex. C'est à la fois follement drôle et délicieusement cynique. Lucie, célibataire dans tous ses états nous rappelle qu'il faut être deux, s'apprivoiser pour s'aimer.

Essayer, échouer, recommencer sans jamais cesser d'espérer. Ainsi va l'amour, ainsi va la vie...

 

Citation :
"On dit que dans la vie, il y a des personnes formidables que l'on rencontre au mauvais moment et des gens qui sont formidables parce qu'on les rencontre au bon moment."

Bandeau-les cavaliers passagers

18 avril 2017

"Une bouteille à la mère : Chronique d’un message oublié" d'Isabelle Piraux

 

Une bouteille à la mère

 

"Une bouteille à la mère : Chronique d’un message oublié" d'Isabelle Piraux

Isabelle Piraux : un récit intimiste et bouleversant

 

Une bouteille à la mère

Une Bouteille à la Mère : Chronique d'un message oublié

Beth n’a jamais pu parler de la disparition soudaine de sa mère dans les années cinquante alors qu’elle avait quatorze ans. Au crépuscule de sa vie, elle ne le peut toujours pas.
Son secret plane et s’infiltre dans toutes ses réactions, dans toutes ses attitudes, et dans toutes ses intentions. Au fil du temps, il devient un fardeau insupportable même pour sa fille.
Comment peut-on y remédier ? Sa fille devra-t-elle reprendre les recherches qu’elle avait entamées dans son enfance ? Elle pressentait déjà à l’époque la tragédie qui entourait cette aïeule dont elle ignorait tout...

https://www.amazon.fr



Mon avis :

Pour se construire, il faut savoir d'où l'on vient. C'est le travail qu'entreprend la narratrice ici qui revient sur le passé d'une grand-mère trop longtemps étouffé. Il faut juste qu'un jour, il rejaillisse à la surface...


L'auteur aborde le sujet douloureux et diffus des secrets de famille. Ceux souvent dont on ne pressent pas l'importance et qui pourtant marquent, inscrivent leurs blessures au fil des générations.

Par petites touches, il faudra aller à la pêche aux informations auprès de cette mère sans la brusquer, sans heurter sa sensibilité. Il y a des douleurs qui ne sont jamais véritablement éteintes, mais le silence n'arrange rien. On est touché par cette quête de réparation qui se fait en filigrane au fil des pages.

L'écriture est fine, captivante, emprunte d'émotions. On est touché par ce secret sans doute plus banal qu'immoral et qui a conduit toute une famille dans l'impasse. Malentendus, non-dits, absence, silence, autant de maladresses qui n'ont jamais fini de s'éteindre et de transmettre leurs cristaux de profonde affliction. Pièce après pièce, pour sa mère Beth, elle reconstruit l'histoire d'une famille brisée par la séparation. Une façon d'en apprendre plus aussi sur sa propre mère à travers ce qu'elle a vécu...

Un roman délicat, extrêmement poignant dont les nœuds nous attachent pour mieux nous délivrer par la suite... Parce qu'il ne devrait être jamais trop tard pour le dialogue, la compréhension ou le pardon...

 

Citation :
"Comment imaginer vivre avec le poids du secret, du silence, sans crouler sans s'écrouler ?"

 

A propos de l'auteur :

Isabelle PIRAUX exerce un métier de juriste dans le domaine bancaire, fonction qui exige des qualités de rigueur, d'organisation et d'analyse. Elle compense ce haut niveau de concentration intellectuelle par diverses activités artistiques, en particulier l'écriture.

Enfant unique, elle se passionnait pour la lecture et fréquentait assidûment la bibliothèque de son quartier. Elle griffonnait ses carnets à longueur de temps.

A treize ans, elle remporte un prix de poésie décerné par une célèbre radio libre et plus récemment, en octobre 2016, elle a été sélectionnée par le jury de monbestseller.com pour sa nouvelle "Avatar" qui figure dans le recueil des meilleures nouvelles sur le thème "Mon double a pris ma place".

Passionnée de généalogie, son histoire familiale et le mystère autour de son ascendance ont été sa première source d'inspiration pour son premier roman.(Source Amazon)

4ème bouteille à la mère