30 mars 2018

"Femme de lui" de Bernard Sarrut aux Éditions Z4

femmedelui

 

"Femme de lui" de Bernard Sarrut aux Éditions Z4

Bernard Sarrut : Un roman indomptable

 

femmedelui

Femme de lui

On pourrait dire que l'homme et la femme de l'histoire n'existent peut être pas ou que seulement lui ou que seulement elle. On pourrait dire aussi qu'ils se parlent sans se parler, sans s'écouter. Qu'ils ne sont peut-être là que pour le rapport de forces, guetter la moindre faille de l'autre...

https://z4editions.fr

 

Mon Avis Pollar

Qui est-il ? "Lui", nous ne saurons pas son nom. Cet homme insaisissable et libre fait la rencontre d'Anne, pour générer une relation unique, atypique, et inoubliable...

Ce roman va à l'encontre de tous les genres, ne répond à aucun cliché, vit son sens dans l'absence de mesure. Il y a quelque chose au début de déroutant, dérangeant qui élance et donne le vertige.

On est habité par la curiosité d'un personnage à l'enveloppe vide que l'on cherche à tout prix à définir... Il faudra sortir de la zone de confort pour appréhender, créer des liens, gratter le vernis à la surface. On se laisse ensuite porter par la poésie, l'inconnu, le prisme des fantasmes naissant dans cette relation trouble, ambiguë, existentielle.

La fugacité des moments nous enlace, nous séduit, nous étreint, et on se laisse aller au rythme sensible et ouvre la brèche des possibles. "Lui", nous entraîne avec "elle" dans l'inattendu, le romanesque. Il nous invite à oublier nos peurs, à lâcher prise sur le fil de l'indistinct instinct qui sommeille quelque part en "nous".

Un roman qui se dessine, que l'on devine, que l'on apprivoise au fil des pages, l'esprit envolé...

 

Citation Pollar

"Nous deux, il faut que ce ne soit rien comme les autres. Je pensais que vous aviez compris."

 

Posté par SophieSonge à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


27 mars 2018

"Les CrèveCoeur II" d'Antonia Medeiros

Les-Crevecur-2-Generic

 

"Les CrèveCoeur II" d'Antonia Medeiros

Antonia Medeiros : Une saga captivante

 

coupcoeur

 

 

Les-Crevecur-2-Generic

Les Crèvecœur 2: Germain et Raphaël

Un destin unique, une obsession familiale, le poids des secrets.

L'Histoire et la guerre viennent une fois de plus bouleverser la passion que cultive Germain Crèvecœur pour les souliers féminins, en ravivant de douloureux souvenirs d'enfance. Otage du conflit franco-allemand dans lequel on exploite son talent et témoin d'un amour qui dérange, Germain se voit obligé de jouer les héros malgré lui pour protéger sa liberté et sa vie.

https://www.amazon.fr

 

 Mon Avis Pollar

Dans une lettre posthume, Germain s'épanche à son fils pour lui raconter son histoire familiale et lui révéler tous ses secrets...


À travers les mots de Germain se dessinent des années volées, d'absence, de silence. Raphaël découvre ce père dont il n'a jamais soupçonné l'existence, une famille au passé sensible et écorché.

On se prend d'affection pour Germain qui s'exprime à travers ses créations, et le destin de sa vie.

Il nous touche par sa fragilité, ses incohérences, sa faculté à être à l'écoute des désirs féminins, à les sublimer à travers la confection de la chaussure.

Plus qu'un artisan, Germain est un artiste sauvage, torturé qui inspirent tous les sentiments. Un homme seul et habité par ses démons, le pouvoir des secrets et des années qui filent et condamnent. C'est avec une réelle émotion que l'on découvre un pan de vie qui s'échappe et se libère de la boite de Pandore. Cette confession nous étreint, nous atteint en plein cœur.

La plume est délicate, précise atteignant son but avec autant de passion que de persuasion. L'auteur nous tient en haleine avec un sens de la mesure et de la volupté qui nous fascine. On se laisse porter, éprouver par la complexité d'une famille, de la vie, d'une charge émotionnelle envahissante et qui déborde.

Ce roman, cette saga décline au fil des pages tous ses charmes et dévoile un bijou brut et pur de son écrin. Un incomparable coup de cœur !

Citation Pollar

"Le secret est comme une maladie contagieuse dont on ne parle pas : il détruit, tout en étant invisible, et il laisse des traces indélébiles dans l'inconscient de ceux qui sans le vouloir, en ont hérité."

 

Antonia Medeiros

Site de l'auteur, à visiter sans plus attendre

https://antoniamedeiros.com


Bandeau - Les-Crevecur-2-Generic

Posté par SophieSonge à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

26 mars 2018

"Jeux de mains" d'Yves Laurent

Jeux de Mains

 

"Jeux de mains" d'Yves Laurent

Yves Laurent : Un thriller addictif

 

Jeux de Mains

Jeux de mains ...

Avec Jeux de Mains..., lancez-vous aux trousses d'un tueur en série qui sévit au cœur de Bruxelles. Résumé: « Ce coup-ci n'était qu'un "essai" afin de m'assurer que je n'avais pas tout à fait perdu la main, mais, pour ma prochaine victime, je lui réserve une véritable petite œuvre d'art. Mon vieux Corduno, il va falloir te préparer à en baver grave. » Après deux années d'interruption, le tueur en série qui donnait des cauchemars au célèbre Inspecteur Principal David Corduno et à son équipe, décide de refaire surface afin de poursuivre sa danse macabrement perverse...

https://www.amazon.fr

 

 

Mon Avis Sang

Après deux ans d'interruption, un serial-killer revient sur les devants de la scène avec un modus operandi de plus en plus extrême et machiavélique. Il semblerait que David Corduno et son équipe, n'en aient pas fini d'en baver...


C'est un thriller pervers, sanglant et sous haute tension. D'entrée de jeu, on sait, on sent qu'il vaut mieux avoir le cœur bien accroché. Les crimes orchestrés sont violents, spectaculaires et font l'objet d'un pied de nez à David qui mène l'enquête.

Un jeu de piste malsain s'opère sous nos yeux. David puise toute son énergie et son temps à enrayer cette avalanche de haine qui ne semble pas finir d'enfler... On est entraîné au cœur de cette affaire, avec un criminel qui traque, qui scrute, qui joue avec nos nerfs... Il y a de l'acharnement derrière son jeu, un désir de contraindre, d'humilier...

On est happé par ce tourbillon infernal, électrique. Rien n'est laissé au hasard et pourtant, celui que l'on recherche a toujours une longueur d'avance... Les soupçons planent, l'écriture est habile, nous retient dans ses filets, nous tend, nous rend nerveux, fragile... On s'attache beaucoup aux personnages qui plus qu'une équipe tisse des liens intenses et conflictuels, comme une vraie famille. Il y a beaucoup de sang, de vice, de fausses pistes, de retournements de situation.

Ce thriller vous tient aux tripes, vous saisit, vous essore et vous laisse sur le carreau avec le sentiment ultime que tout n'est peut-être pas fini... Attention, terrain miné et la chute risque d'être phénoménal !

Citation Sang

"Sa manière de laisser derrière lui uniquement les indices qu'il souhaitait voir découverts prouvait qu'ils avaient affaire à un tueur froid, calme, intelligent, méthodique et implacable. Combien de victimes allait-il encore semer sur sa route avant de commettre cette erreur à laquelle David ne croyait plus trop ?"

 

A propos de l'auteur Sang

A savoir que derrière "Yves Laurent" se cachent deux auteurs belges, Yves Vandeberg et Laurent Vranjes, amis de longue date, qui ont unis avec habilité leur talent pour écrire ce roman cent pour cent bruxellois.

Auteurs Jeux de Mains

 

Bandeau - Jeux de Mains

23 mars 2018

"Les légendes oubliées du Berry" de Serge Camaille et Christophe Matho aux Éditions Marivole

les-légendes-oubliées-du-berry

 

"Les légendes oubliées du Berry" de Serge Camaille et Christophe Matho aux Éditions Marivole

Serge Camaille et Christophe Matho : Un très beau livre

 


Nos légendes populaires partent en général d’une histoire vraie, vieille de centaines ou de milliers d’années. La légende fait référence à un lieu, à un objet, à un personnage. Elle était racontée le soir à la veillée, de bouche-à-oreille et de génération en génération. Au fil du temps, la légende est devenue un mythe, elle a perdu en précision, mais elle a gagné en fantaisie. Dans le Berry, elle a pu naître d’une source, d’une forêt, d’un chevalier. Elle a rencontré des êtres fantastiques, des fées, des sorciers ou des rebouteurs ou le diable lui-même...

http://marivole.fr

 

Mon Avis Pollar

Après les légendes de Lorraine et de Franche-Comté, c'est dans la région du Berry que nous poursuivons notre voyage au cœur des campagnes et de nos légendes. À travers étangs et forêts, nous furetons au-delà des pages dans un univers fascinant à valeur de mémoire.

Encore et toujours avec cet ouvrage, il faut souligner le travail documentaire et d'illustration. On se rappelle l'importance de la transmission orale que l'on a plaisir à immortaliser ici. On évoque le surnaturel à travers des figures variées et nombreuses (animaux fantastiques, fées, sorcières, revenants). Les mythes nous renseignent sur l'identité, le parfum régional et nous permettent d'apprécier, de découvrir ou de revisiter une région à travers son patrimoine et ses légendes.

Un merveilleux livre qui fera l'objet d'une jolie collection dans votre bibliothèque.

Citation Pollar

"Un bruit consolateur, cependant, se répandit tout à coup par les villes et les campagnes. Indiqué par une sorte de sorcier à réputation louche, le remède existait, absolument efficace et terrassant aussitôt le mal. C'était une plante, vulgaire commune, dédaignée jusqu'alors, poussant dans les endroits humides et à la portée de chacun."

 

Bandeau - les-légendes-oubliées-du-berry

"Mange tes morts" de Jack Heath aux Éditions Super 8

Mange tes morts

 

"Mange tes morts" de Jack Heath aux Éditions Super 8

Jack Heath : Un thriller mordant

 

Mange tes morts | Lisez!

Cameron Hall, 14 ans. Disparu en rentrant de l’école ; rançon exigée. L’horloge tourne, la police est impuissante : c’est une mission pour Timothy Blake.
Timothy (nom de code « le pendu ») a un don. Il lit dans l’esprit des gens. Comprend tout avant tout le monde. Résout les énigmes les plus ardues. Le genre à s’ennuyer avec un Rubik’s Cube ou à connaître votre numéro de sécurité sociale par cœur. Mais Timothy a aussi un problème. Pas le fait d’être pauvre, non. Pas le fait d’être affublé d’un coturne toxicomane et parano prénommé Johnson. Un vrai problème, un problème, disons, comportemental. Qui fait que même le FBI répugne à travailler avec lui. Une vie sauvée, une récompense : ainsi fonctionne Timothy. Mais cette fois, et malgré l’appui de l’agent spécial Reese Thistle, il se pourrait que notre sympathique génie psychopathe ait trouvé à qui parler.

https://www.lisez.com

 

Mon Avis

Quand un adolescent de quatorze ans fait l'objet d'un enlèvement, on dépêche le FBI est un intervenant un petit peu spécial pour le retrouver. Timothy Blake, a ce petit quelque chose en plus, cet instinct animal, ce pouvoir à double tranchant qu'il faut sans doute apprendre à juguler...


C'est un roman assez particulier avec un héros dangereux et hors norme. Timothy a assisté à l'assassinat de ses parents, a été placé ensuite en foyer d'accueil.

Il a côtoyé la violence, la pauvreté dès son plus jeune âge, a eu faim, très faim. Pour survivre, il a mangé des rats, mais aussi des hommes. Aujourd'hui, il collabore auprès du FBI, il résout des casse-tête et modère comme se peut ses appétits. L'auteur réussit à ce que l'on voit au-delà du monstre, un être doué d'une intelligence, de mémoire et d'observation. Timothy nous intrigue, nous attire, nous répugne sensiblement. On ne peut s'empêcher d'être touché et apitoyé par son histoire.

Les scènes sont souvent saignantes, choquantes. Il y a chez lui une dualité entre l'inné et l'acquis, des forces qui s'attirent et qui se repoussent. Ses investigations sont décrochées, border-line. Elles répondent à une impulsion, à un code, à une infiltration qui lui sont propres.

L'écriture est séductrice, haletante et ne nous épargne rien des descriptions crues et indigestes. Vous devrez avoir le cœur bien accroché pour ne pas rester sur votre faim quant à un dénouement pervers. L'enquête n'est pas le centre d'intérêt du roman, mais nous renseigne sur le passé de Timothy qui le rejoint ici...

Si vous pensez pouvoir faire abstraction, lancez-vous. Attention, ce roman se dévore sans concessions, mais les estomacs fragiles sont toutefois priés de s'abstenir !

 Citation

"C'était aussi simple que ça, et il le savait comme moi. Il y avait quelque chose qui m'avait poussé à attaquer mon agresseur avec les dents plutôt qu'avec les poings, quelque chose qui risquait de remonter à la surface à n'importe quel moment."

 

Bandeau - Mange tes morts

Posté par SophieSonge à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


22 mars 2018

"Le mal en soi" d'Antonio Lanzetta aux Éditions Bragelonne

Le mal en soi

 

"Le mal en soi" d'Antonio Lanzetta aux Éditions Bragelonne

Antonio Lanzetta : Un thriller cicatriciel

 


Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain de true crime. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.
Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

http://www.bragelonne.fr



Mon Avis Pollar

A Castellacio, un petit village d'Italie, on retrouve le corps d'une jeune fille pendue à un arbre. Ce crime n'est pas sans rappeler un drame parvenu trente et un an plus tôt. Et si tout recommençait ?


C'est un roman extrêmement trouble et qui fait remonter par bribes, de nombreux éléments à la surface. Dans une alternance de temps, l'auteur nous saisit, nous interroge sur le poids de ces années, les secrets d'un passé étouffant...

Avec ce crime, ce sont les souvenirs d'enfance qui reviennent, s'invitent à notre porte, l'histoire d'un cercle d'amis qui ont vu l'espace d'un été, leurs vies voler en éclats. Ce qui marque, c'est qu'on touche à l'insouciance, à l'innocence, de ces instants inoubliables et forts qui construisent la personnalité. Ce thriller nous fascine, nous dérange, nous heurte.

L'écriture est subtile, habile et nous plonge dans les émotions sensibles des émois adolescents. Petit à petit, on s'infiltre à l'intérieur des entrelacs de ce qui a pu se passer, témoins impuissants du germe sur le point de poindre, d'éclater. Curieusement, ici, on éprouve que peu d'attachements aux personnages, se focalisant plus sur le déroulement de l'histoire. On reste englués à une ambiance, au point de clivage avec le sentiment que le mal y prend racine, incontrôlable et meurtrier.

Un roman dense où les affects, la culpabilité, la vengeance se mêlent et font résurgence ici pour nous habiter et ne plus nous quitter. Une belle maîtrise dans laquelle on exprime la cruauté, le suspens, la noirceur dans toute sa dimension.

Citation Pollar

"Tu pouvais aller de l'avant, t'efforcer d'avoir la meilleure vie possible, jeter les souvenirs à la cave et éteindre la lumière en te disant que le noir ferait le reste... Le passé trouvait toujours le moyen de te faire payer tes dettes."

 

Bandeau - Le mal en soi

21 mars 2018

"L'enfant de l'enfer" de Cathy Glass aux Éditions Archipoche

L'enfant de l'enfer

 

"L'enfant de l'enfer" de Cathy Glass aux Éditions Archipoche

Cathy Glass : Un récit bouleversant

 

L'Enfant de l'enfer

Cathy, mère d’accueil dévouée, se voit confier Aimée, petite fille de huit ans qui a connu l’enfer au côté d’une mère toxicomane qui la délaissait.
Sale, infestée de poux, agressive, illettrée, Aimée découvre auprès de Cathy des plaisirs simples : une chambre à soi, de vrais repas, des bains, des vêtements propres et, surtout, la présence d’adultes affectueux.
Sur le chemin de l’apaisement, Aimée trouve en Cathy une oreille attentive et lui dévoile les plus sombres moments de sa jeune existence.
Une libération nécessaire pour qu’elle puisse laisser le passé derrière elle et aborder l’avenir avec le sourire.

http://www.archipoche.com

 Mon Avis Pollar

Cathy est mère d'accueil depuis de nombreuses années. Elle nous délivre ici le fruit de son expérience et l'histoire d'Aimée huit ans, que les services sociaux lui ont confié à la suite de négligences des parents...


Ce témoignage en dit long sur le travail de famille d'accueil pour aider un enfant à vivre normalement et à se construire. Cathy offre à ses enfants de passage un cadre stable, la sécurité, la confiance dont ils ont manqué.

Avec beaucoup de cœur et d'intelligence, elle travaille en étroite collaboration avec les services sociaux dans l'intérêt des familles et des enfants. On est touché par l'histoire d'Aimée qui n'a pas bénéficié des bons soins d'une mère. On est révolté par ce qu'elle a vécu. Cette petite fille nous surprend dans ses manifestations de colère, de silence, tiraillée par des sentiments contraires. Il y a une sensibilité chez elle, parfois une gravité qui désarme et qui nous fait nous attacher à elle.

Le récit de Cathy nous donne une idée très réaliste de sa profession complexe et essentielle au développement de l'enfant. On est impressionné par son caractère volontaire et courageux et le savoir faire acquis au fil des années. Petit à petit, elle libère la parole d'Aimée qui lui fait confiance, instaure des règles de vie, prend soin d'elle, la sociabilise...

On aime son implication, sa discrétion, on apprécie sa disponibilité, son sens de l'écoute, du dialogue et bien plus encore sa bienveillance.

Grâce à elle, un maillon de la chaîne qui a toute son importance, Aimée et bien d'autres enfants se relèvent et peuvent poursuivre leur chemin...

Citation Pollar

"S'occuper d'un enfant avec des problèmes comportementaux oblige constamment à faire un choix entre ce que l'on peut laisser passer, et ce, sur quoi on doit rester ferme. De ce point de vue, Aimée allait me mettre à rude épreuve."

 

Bandeau - L'enfant de l'enfer

20 mars 2018

"Zaune" de Jean-Hugues Oppel aux Éditions Archipoche

zaune

 

"Zaune" de Jean-Hugues Oppel aux Éditions Archipoche

Jean-Hugges Oppel : Un récit brûlant

 

Zaune

La Zone. Un territoire au-delà du périphérique. Des pavillons entassés, des achélèmes tristes et des parkings sans printemps. Des usines et des humains en ruine. Des loubards, des flics et des malfrats.
Et Zaune, la fille cuivre et or. Qui n’a pas vingt-quatre heures pour sauver son frère, un toxico victime des jeux d’argent, poursuivi par deux tueurs pour récupérer un kilo d’héroïne et un paquet de fric qu’il a subtilisés au dealer en chef....

http://www.archipoche.com

 

Mon Avis

Au cœur de la cité courant des années 1990, Zaune "la rouquine" veut sauver son frère et le sortir du bourbier dans lequel, il s'est fourré. Une course précipitée contre la montre est lancée pour protéger "Nanard" des flics et des trafiquants...


C'est un récit court, incandescent à l'écriture nerveuse, survoltée. L'auteur ne prend pas de gant avec nous en nous trempant sans préambule dans un décor sombre et sans espoir.

Zaune est une héroïne qui respire l'audace et l'énergie, prête à se battre pour sa famille, bec et ongles. Elle nous entraîne bien malgré elle, au-delà du danger, du chaos, des dérives de son frère. Ça va à toute vitesse, on envoie du lourd quand on touche au crack. Les personnages que Zaune et son frère ont aux trousses ne sont pas des tendres, et ça va saigner. Les keufs ne sont pas des enfants de cœur, non plus.

Vous me direz alors, à qui se fier ? À personne, si ce n'est à soi, à son instinct, à sa rage de survie. Zaune brille d'une aura séductrice, convaincante et brûle son innocence en une succession de drames et quelques fractions de secondes...

La banlieue saigne, scarifie, sacrifie ses hôtes dans un cercle infernal qui n'en finit pas de tourner...

"Zaune" adopte un style abrupte et efficace pour un maximum de sensations, avec une héroïne sauvage et combative. Plus percutant, tu meurs !

 

Citation

"À peine cinq heures qu'elle est partie à la recherche de Nanar, et elle a aux trousses un flic au regard de prédateur, des truands obsédés sexuels et les malades mentaux de la zone. Pas mal."

 

19 mars 2018

"L'impertinence du mot" d'Hélène Tirole et Jean- Robert Léonidas aux Éditions Riveneuve

Impertinence

 

"L'impertinence du mot" d'Hélène Tirole et Jean- Robert Léonidas aux Éditions Riveneuve

Hélène Tirole et Jean-Robert Léonidas : Ode aux mots

 

L'impertinence du mot

L'impertinence du mot Une femme curieuse et déterminée, ayant pénétré dans les jardins privés des auteurs qu'elle admire, interroge les lettres, les mots, les phrases, la pensée, et donc la nature. Un écrivain tente de répondre librement, à sa guise, en empruntant des chemins inattendus, pleins de surprises et d'humour.

https://www.riveneuve.com

 

Mon Avis Pollar

Hélène Tirole et Jean-Robert Léonidas évoquent ici le mot dans toute sa dimension de manière sérieuse, légère mais aussi avec coeur et grande considération. Ce sont deux univers qui s'interrogent, se répondent et se rejoignent dans et autour de la beauté, de la langue, du phrasé.

Dans une réflexion consentie, digérée, studieuse, libérée, ils nous écrivent ce que le mot n'a pas fini de nous raconter. Il y a une énergie, du rythme et de la mesure qui prend son envol pour nous amener à piquer la surface, pour sonder plus en profondeur...

Ces amoureux des lettres définissent à l'infini et déroulent l'élément du dicible, en se concentrant sur l'invisible. Le mot est au début, celui qui amorce les liens et ouvre la porte des possibles. On assiste à un tour de force poétique, amusant, émouvant, sincère pour tous les conquis de littérature. Il y a impertinence dans ce qui tend le mot et ce qu'il sous-entend. Nous glissons vers un horizon sensible dans l'essence du mot, sa présence, son aspect abstrait-concret, son sens commun à chercher, à définir sans trahir, mais plutôt accomplir, agrandir...

Le mot étonne, détonne, stimule et réalise nos pensées fluides en modelage "créactifs". On ne s'en laisse pas douter...

Citation Pollar

"Je suis tantôt au coeur de l'inexprimé, de l'indicible ou de l'illisible. Ou à l'inverse, créateur de fresques ou faiseur d'illusions."

 

 

Bandeau - Impertinence

16 mars 2018

"Rêves de trappeur" de Rock et Kathryn Boivin aux Éditions XO

Reves-de-trappeur

 

"Rêves de trappeur" de Rock et Kathryn Boivin aux Éditions XO

Rock et Kathryn Boivin : Un récit évadant

 

Rêves de trappeur

Ce jeune homme assoiffé d’aventure, c’est Rock, un Québécois fort en gueule et grand admirateur de Davy Crockett. À dix-huit ans, il lâche tout, ses études, son confort, et part dans le Yukon, sur les traces des pionniers et des chercheurs d’or si chers à Jack London.
Au début des années quatre-vingt, sa route croise celle de Kathryn, une Calamity Jane qui tient tête à tous les machos qui l’entourent. Elle a quitté la Colombie-Britannique pour venir travailler sur des engins gigantesques dans une mine d’or. La rencontre de deux personnalités hors du commun.
Follement amoureux et portés par les mêmes rêves, la même quête d’absolu et de liberté, Kathryn et Rock répondent à l’appel de la forêt et décident de vivre au cœur du « bush », dans le Grand Nord canadien, selon la tradition des « coureurs des bois ».

http://www.xoeditions.com

 

Mon Avis Pollar

Rock et Kathryn nous racontent l'histoire de leur couple qui portent leurs rêves d'aventure et de liberté loin dans le grand Nord canadien. Leur vie, c'est le "bush", les cabanes, leurs chiens de traîneau, se confronter à la nature aussi humblement que simplement...


C'est le témoignage d'un couple hors norme et fort attachant qui nous guide sur le chemin d'un parcours énorme et fascinant. Tous deux en quête d'espace, de vérité, se trouvent et se comprennent pour réunir des projets que beaucoup jugeraient arriérés et un peu fous...

Il y a quelque chose qui se dégage de leur personnalité, une force, un amour, une spiritualité qui les anime et leur permettent de toucher leurs idéaux. Ce n'est pas la facilité qui les intéresse ou le confort, ils sont épris de bien d'autres choses : d'immensité, et de la beauté de la nature. Ils souhaitent la ressentir au plus profond d'eux même, se connecter avec elle et se réaliser...

Le défi est courageux, déroutant... On suit avec beaucoup d'émotion et de curiosité les anecdotes, les péripéties, leurs choix d'être conscients et de "grandir" pleinement. Sur leur route, ils rencontrent l'adversité, la solidarité, l'amitié. Ils éprouvent la rudesse des éléments, ils apprennent de leurs erreurs, à ressentir, à s'adapter, à devenir meilleurs.

L'écriture nous décrit les silences, l'absolu, les paysages. On se sent petit et vulnérable, et on répond à l'appel du grand froid, de la forêt, l'œil en éveil, l'esprit envolé. Rock et Kathryn ont ce petit simplement d'âme, un vécu qui transporte, délivre et illumine. Pour être, ils ont dû composer avec les exigences du milieu à l'état pur, sans jamais se trahir...

Ils nous donnent une belle leçon, une conception de vie. Êtes-vous prêt à faire ce grand voyage à leurs côtés ?

Citation Pollar

"La nature, tu la regardes, tu l'aimes, mais tu ne la comprendras jamais. Je vais en prendre conscience dans les prochains mois. C'est un peu de la magie, quoi. Tout se bouscule dans ma tête, les images de mes rêves d'aventure quand j'étais enfant, les visages de mes proches. J'aurais envie de prendre un haut-parleur surpuissant et de crier dans le ciel pour qu'on m'entende jusque dans la maison familiale : ça y est, j'ai trouvé mon pays !"

 

Bandeau - Reves-de-trappeur