17 octobre 2017

"Un goût de terre dans la bouche" de Dominique Lin aux Éditions Elan Sud

un-gout-de-terre-dans-la-bouche

 

"Un goût de terre dans la bouche" de Dominique Lin aux Éditions Elan Sud

Dominique Lin : Un roman qui chamboule tout

 

Un goût de terre dans la bouche, Dominique Lin, éd. Elan Sud

Se lever un matin et ne plus reconnaître celui qu'on voit chaque jour dans la glace. Prendre conscience que sa vie a glissé au point de ne plus ressembler à ce qu'on avait imaginé. Profiter d'un incident de parcours pour tout quitter, et prendre la route. C'est ce qu'il fait.

http://elansud.com

 

Mon Avis

 Un jour, ce cadre dynamique de 35 ans ne croit plus en ce qu'il fait et il décide de partir, de tout quitter et de se raconter. C'est le début pour lui d'un voyage intérieur, à la rencontre de l'autre, mais surtout de lui-même...


C'est un roman profond, douloureux, salvateur qui sonne comme un aveu, une délivrance. Le narrateur revient sur son histoire, celle qui l'a amené un jour au point de non-retour. Avec beaucoup de poésie, il égrène des flash, moments saisis, et qui ont pesés dans la balance.

Il nous conte, ses malaises, l'instant fatidique du départ, ses errances, ses rencontres. Il y a quelque chose d'irréel, un sublime flottement dans ces séquences aussi éphémères qu'intenses.

L'écriture est lettrée, poétique de celle qui libère les émotions. Elle puise en nous très loin dans nos fêlures et nos espoirs. On est ému par la simplicité et la facilité des liens qui se créent sur la route de l'infinie liberté. On se sent proche de cet homme, de ses aspirations, de ses doutes et de ses positionnements. Rester, subir, éprouver, vivre il y a un moment où l'on doit se confronter à soi-même et faire ses choix...

Impossible légèreté de l'être quand il n'est pas sincère et ne se réalise pas. Entre regrets et incertitudes, il y a-t-il une alternative, une autre issue ?

Partir, glisser ailleurs, ne plus jamais revenir. Ce roman goûte le sensible, l'incontrôlable fuite, mais surtout l'identité que l'on ne doit jamais étouffer...

 

Citation

J'ai rendez-vous avec moi, mais je ne sais pas encore où je vais me trouver.

 

Bandeau - un-gout-de-terre-dans-la-bouche

Posté par SophieSonge à 08:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 septembre 2017

"Le petit Meaulnes" de Jean-Claude Ponçon aux Éditions Marivole

 

Le petit meaulnes

 

"Le petit Meaulnes" de Jean-Claude Ponçon aux Éditions Marivole

Jean-Claude Ponçon : Un roman chaleureux et authentique

 

Le Petit Meaulnes

Le monde de La Braconne s'en est allé avec l'oncle Arthur ; le petit Jean de naguère quitte l'enfance pour l'adolescence aventureuse des premières amours et des amitiés perdues, dans un village en ébullition. Quand arrive l'heure du lycée, Jean prend pension chez une logeuse...

http://marivole.fr

 

Mon Avis

Jean Tellier nous évoque le passage vers l'âge adulte. À travers les souvenirs de l'enfant qu'il a été dans son petit village de campagne, il observe les changements en lui et autour de lui.


C'est un bien joli roman, nostalgique et bien écrit. On y retrace la saveur de l'enfance, les bouleversements de l'adolescence mêlées aux empreintes rurales attachantes.

Jean a baigné et s'est imprégné de sa lecture du grand Meaulnes qui lui a inspiré sa soif d'aventure et de découverte. Le personnage est lunaire, bouleversant d'innocence. Il adopte pourtant sur ses pairs et sur son époque un œil avisé et critique. L'écriture est poétique, elle nous transporte avec la magie des mots dans quelque chose de beau et d'irremplaçable, un petit coin à soi et que l'on reconnaît instantanément au fond de son cœur. Ses amours sont rêvées, idéales, cachées. Son attachement à ses terres est très fort, on le sent à travers sa tendresse exprimée.

On aime la singularité de Jean, son caractère indépendant et solitaire. Il nous invite à sa manière à un petit voyage suranné et réconfortant.

Un texte mélancolique, sensuel, tendrement furtif qu'on se plaît à savourer dans la chaleur de nos foyers. Vous devriez être sous le charme !

Citation

 "Cette solitude soudaine convenait à ma nostalgie. En secret, je devenais un héros anonyme de la guerre qui agitait le village."

18 septembre 2017

"Le monde m'attend" de Miannay

Le monde m'attend

 

 "Le monde m'attend" de Miannay

Miannay : Un roman fluide et divertissant

 

 

Le monde m'attend

Le monde m'attend

50 nuances de Candide (Pardon, Voltaire !). Viane Cey, blonde à la bouche outrageusement indécente, a compris comment « ça » marche, mais refuse de marcher comme tout le monde. En attestent ses lettres de motivation : « Madame, Monsieur Machin, Je veux ce travail, parce que j’ai besoin de fric. Après avoir lu votre annonce, je me suis dit que ce job avait l’air moins ennuyeux que les autres, j’y ai même entrevu la possibilité d’en retirer de la satisfaction. Je suis parfaite pour ce poste, embauchez-moi. » La jeune femme se rêve écrivain, n’a-t- elle pas été d’ailleurs stagiaire dans une maison d’édition, vrai poulailler parisien ? Enfin, ça, c’était avant de jouer aux fléchettes sur son diplôme. Elle vient d’entamer un "Manuel de chasse et de pêche à l’usage des jeunes diplômés cherchant du travail"...
https://www.amazon.fr

 

Mon Avis

Viane Cey est originaire du côté de Nice quand elle débarque sur Paris comme stagiaire dans une maison d'édition. Elle rêve beaucoup sa vie, sans penser à vivre ses rêves. À force de rencontres, et si elle se bouge un peu, le meilleur ne peut qu'arriver...


C'est un roman agréable à lire et qui passe vraiment tout seul. On suit avec un réel intérêt la jeune Viane au tempérament joyeux, innocent et si peu sûre d'elle.

Ce petit brin de femme nous fait sourire un peu et nous séduit beaucoup. Être stagiaire n'a jamais été une sinécure, on grince des dents, on dédramatise, on s'en amuse ici. Viane se cherche professionnellement, sur le plan affectif aussi. C'est à travers son regard et celui des hommes qui en ont un peu pincé pour elle, que nous allons découvrir sa personnalité et ses talents pour l'écriture. Prendre conscience de ses valeurs, lâcher prise et oser, c'est ce qui lui permettra d'avoir de nouvelles perspectives et d'avancer. C'est une aventure joyeuse, ludique qui s'accorde à laisser les peurs et les doutes au placard.

L'écriture est tonique et communique la bonne humeur. On aime la spontanéité et la fraîcheur de Viane, ses erreurs, ses maladresses. Elle nous entraîne dans un tourbillon de vie et amoureux irrésistible qui nous fait tourner la tête. Il est question d'opportunités, de chance, de choix, de passion, de travail, de persévérance.

Dans la vie de Viane, tout l'attend si elle s'en donne la peine et si elle saisit le bon moment...

Serez-vous prêt à le saisir avec elle ?

Citation

"Je n'écris pas pour une maison d'édition, j'écris pour moi, un point c'est tout ! Car quand j'écris, j'oublie que j'ai peur. Peur de vivre. De vivre mal. Peur de ne pas vivre. Intensément."

 

 

Posté par SophieSonge à 07:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 août 2017

"Assaisonnez à votre goût ou comment cuisiner votre mari" de Natalie Young aux Éditions Michel Lafon

 

Assaisonnez à votre gout

 

"Assaisonnez à votre goût ou comment cuisiner votre mari" de Natalie Young aux Éditions Michel Lafon

Natalie Young : Cyniquement vôtre

 

Assaisonnez à votre gout

Michel LAFON - Assaisonnez à votre goût, Natalie Young

Lizzie Prain, femme au foyer, la cinquantaine, vit dans un cottage au milieu des bois avec son chien. Elle aime cuisiner, vendre les gâteaux qu’elle prépare, et préfère éviter les voisins.Lundi dernier, sans crier gare, elle a tué son mari Jacob d’un grand coup de pelle sur la tête. Et pour se débarrasser du corps de façon absolument définitive, elle a trouvé une solution radicale.Mais aura-t-elle le courage d’aller jusqu’au bout ? Afin de se donner du cœur à l’ouvrage, elle note ses conseils pour elle-même ou pour d’autres femmes malheureuses en mariage qui céderaient à de semblables pulsions…

http://www.michel-lafon.fr

 

Mon avis :

Lizzie après avoir passé trente années dans un mariage sans heurt, ni élan, ni passion vient d'assassiner son mari. Reste un problème crucial, se débarrasser du corps. Vous aurez du mal à le croire tant celle-ci choisit le tabou, l'abject, l'inimaginable...


Jamais un tel roman n'aura eu cet effet extrême, sensible et perturbant sur mes émotions. Comment peut-on imaginer une femme dans la force de l'âge assez raisonnée, mais surtout bien résolue à faire disparaître toute trace de l'homicide de son mari.

Le couper, le disséquer, le cuire, le réduire puis finalement l'ingérer négligemment sans s'appesantir. C'est le tour de force de ce roman qui nous conduit à suivre l'action méthodique et répétée de cette œuvre macabre et barbare. C'est totalement grinçant, un bijou d'humour noir à l'état pur.

Une manière plutôt forte de nous alerter sur les ravages du temps qui passe et sur l'usure du couple. Cocasse, irrévérencieux, choquant, c'est à votre convenance et juste une question de goût.

On passe un moment succulent ou pas, assaisonné à souhait et comme il se doit. Pour les amoureux du cinquième degré, aux âmes chochottes s'abstenir.

À table, les enfants ! Que diable, vous en reprendrez bien une petite tranche !

 

Citation :

"La chair du mollet se détacha facilement. Lizzie la rinça dans l'évier, la découpa en deux filets, qu'elle disposa sur une plaque de cuisson, et assaisonna d'huile d'olive, de poivre noir et de sel. Elle laissa cuire le tout tel quel une demi-heure au four."

 

Bandeau - Assaisonnez à votre gout

03 août 2017

"Indomptables" de Cecily Von Ziegesar aux Éditions Michel Lafon

Indomptable

 

"Indomptables" de Cecily Von Ziegesar aux Éditions Michel Lafon

Cecily von Ziegesar : Un roman fragile et puissant

 

coupcoeur

 

 

Michel LAFON - Indomptables, Cecily Von Ziegesar

Issue de la jeunesse dorée new-yorkaise, Merritt, 16 ans, a tout ce qu'elle veut, tout de suite. Sauf ses examens... Pour la remettre sur le
droit chemin, ses parents l'envoient dans un centre équestre spécialisé pour adolescentes tourmentées. Là-bas, elle fait la connaissance de Red, un cheval aussi rebelle qu'elle, et de l’insaisissable Béatrice.Ces deux rencontres vont faire basculer sa vie.

Mais pas forcément dans le sens qu’espéraient ses parents…

http://www.michel-lafon.fr

 

Mon avis :

Merrit, seize ans rate ses examens. Cette jeune fille passe en silence sa souffrance alors que ses parents ne veulent pas l'entendre ou la voir. C'est dans un centre équestre qu'elle va faire les rencontres de sa vie et qui sait peut-être éprouver ou crever l'abcès...


Ce roman est brut, bouleversant d'émotions. Il s'agit de rencontre entre l'homme et l'animal dans ce qu'il a de plus torturé et beau.

De manière instantanée, instinctive, il y a une connexion entre Red le pur-sang et Merrit l'ado rebelle. Chacun au contact de l'autre lâche un peu prise, s'adoucit. Ils s'apprivoisent et se comprennent un peu. On est porté par le milieu équestre exigeant et rigoureux. Il y a dans ce récit beaucoup de tension, de passion, de drames. On y retrouve des liens d'amitié, d'amour, des sentiments ambivalents et ou ambigus. L'écriture est poignante, bouleversante. On aime l'alternance de point de vue entre la jeune fille et l'animal. Car oui, on se retrouve dans la tête de Red et c'est extrêmement perturbant et saisissant.

L'histoire est riche, complexe, abîmée et on aime par-dessus tout s'y écorcher et s'y répandre. Loin des clichés ou d'une petite scénette douce et acidulée pour ados retardés, l'auteur nous offre un roman explosif, dévastateur sur les épreuves, les douleurs infligées par la vie.

Ce roman va vous chercher loin où vous ne l'attendiez pas et probablement prendra-t-il sa place dans votre cœur et votre esprit pour ne plus s'en échapper...

Citation :

"La vie d'un cheval se résume aux gens auxquels il appartient. Jusqu'à présent, j'étais persuadé d'avoir tout raté - à savoir que je n'avais jamais appartenu à quiconque. Pourtant, à cet instant précis, je suis devenu à elle."

 

Bandeau - Indomptable


01 août 2017

"Miss dumplin" de Julie Murphy aux Éditions Michel Lafon

 Miss Dumplin

 

"Miss dumplin" de Julie Murphy aux Éditions Michel Lafon

Julie Murphy : Une belle leçon de vie

 

Miss Dumplin

Michel LAFON - Miss Dumplin, Julie Murphy

Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d’être super slim pour s’assumer. Jusqu’au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l’aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles.

http://www.michel-lafon.fr

 

Mon avis :

Willowdean est ronde, mais pas que... C'est une jeune fille comme les autres avec ses peurs, ses désirs, ses émotions. Tout n'est pas plus facile ou plus difficile quand il s'agit de se construire, c'est juste qu'il faut être soi-même, mais surtout OSER...


Ce roman est un plaidoyer pour l'acceptation et l'affirmation de soi. À travers le personnage de Willowdean, on met en garde contre les clichés de la beauté. Qui a dit qu'il fallait être mince et ou parfaite pour plaire ?

C'est toute la personnalité de Willowdean qui va nous prouver le contraire. Pétillante, pleine de doute, sensible mais irrésistible : elle nous prouve que c'est la différence qui peut tout transformer. On passe avec elle des moments drôles, tendres qui font que la vie est pleine de relief et mérite d'être vécue.

L'écriture est vivante, enjouée. On suit avec un réel bonheur les petits tracas, les péripéties amoureuses et amicales de cette jeune serveuse qui n'a pas l'intention de se démonter pour un concours de beauté. On aime et on adhère cette façon d'être et de s'assumer. Elle gagne toute notre estime dans cette conviction qu'il faut vivre sans avoir peur du regard de l'autre.

Pour être heureux, faut-il ne plus "vivre caché" mais plutôt s'accepter et se montrer.

Un roman optimiste et qui fait résolument du bien, allez-y, foncez !

 

Citation :

"Je m'inscris à ce concours de beauté parce que je n'ai aucune raison de m'abstenir. Parce que je veux franchir la ligne qui me sépare du reste du monde _ pas devenir le Messie de qui que ce soit."

Bandeau - Miss Dumplin

25 juillet 2017

"Les Dieux voyagent toujours incognito" de Laurent Gounelle aux Éditions Pocket

Les dieux voyagent toujours incognito

 

"Les Dieux voyagent toujours incognito" de Laurent Gounelle aux Éditions Pocket

Laurent Gounelle : Une réflexion sur la vie, sur soi et son rapport aux autres

 

Laurent Gounelle - Les dieux voyagent toujours incognito

" C'est l'histoire d'un homme qui se retrouve contraint de faire ce qu'il n'aurait jamais osé entreprendre mais dont il rêvait secrètement. J'avais envie de montrer jusqu'où peut aller une personne, une fois libérée de ses peurs... " Laurent Gounelle Imaginez... Un homme vous sauve la vie, en échange de votre engagement de faire tout ce qu'il vous demande...

https://www.laurentgounelle.com



Mon avis :

Alan est sur le point de se suicider quand un inconnu lui demande de le suivre et de lui faire confiance. Pour lui, c'est peut-être l'occasion de vivre et de s'en sortir, mais surtout, c'est le début d'une grande aventure...


C'est un roman assez surprenant surtout dans sa forme puisqu'il allie récit et développement personnel. C'est assez diffus, mais pour autant intuitif et didactique. On se laisse prendre par la main et guider dans cette aventure philosophique.

Avec Alan, on en apprend beaucoup sur l'influence des comportements et le rôle de la communication. Il nous invite à nous pencher sur nos manquements, nos défauts par des exercices de dépassement de soi en pleine responsabilité. On intériorise beaucoup au cours de cette lecture plus ou moins consciemment. Il y a des phrases qui s'impriment et retiennent toute notre attention. On est parfois heurté, on fait parfois des blocages et on se dit qu'on va trop loin...

Le cheminement, l'acceptation se fait en plusieurs paliers abrupts et successifs. L'écriture est assez scolaire et magistrale pour parler de ses valeurs, de ses aspirations profondes et de leur réalisation. Il ne s'agit pas d'intimer une direction, mais plutôt d'apprendre à se connaître, savoir ce que l'on veut pour déterminer là où l'on va.

Un livre qui pousse à aller plus loin à la mesure du recul que vous aurez adopté et éprouvé. À découvrir, à méditer.

 

Citation :

"La seule façon d'y arriver, c'est de te frotter à la réalité, d'aller affronter l'objet de tes peurs jusqu'à ce que la peur s'évanouisse, et non de te cacher dans un refuge qui ne fait qu'accentuer ton angoisse de l'inconnu."

 Bandeau - Les dieux voyagent toujours incognito

24 juillet 2017

"Le silence de Mélodie" de Sharon M.Draper aux Éditions Michel Lafon

Le Silence de Mélodie

 

"Le silence de Mélodie" de Sharon M.Draper aux Éditions Michel Lafon

Sharon M.Draper : Un roman bouleversant

 

Quand j’ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification. Mais seulement dans ma tête.

Je n’ai jamais prononcé un seul mot. J’ai bientôt onze ans.


http://www.michel-lafon.fr


Mon avis :

Mélodie onze ans a un handicap, elle est en fauteuil et ne parle pas. En revanche, elle a intégré très vite les mots qui s'agitent, s'affolent sous sa boite crânienne. Elle ne rêve que d'une chose, se faire comprendre, communiquer, s'intégrer...


C'est une lecture intense qui perturbe et ébranle. Parce que l'on est au cœur des pensées, des ressentis de Mélodie. Elle vous touche par sa sensibilité, son intelligence, son regard sur la vie, sa maturité.

On vit avec elle les difficultés dans son quotidien, éprouve très fort ses liens d'amour familiaux. A leurs côtés, elle peut être elle-même, une jeune fille qui aime la mode, la country et les livres audio. Elle va devoir se battre pour exprimer ses valeurs aux autres, pour qu'ils voient autre chose qu'une fille qui bave dans son jogging...

L'auteur réussit le pari de nous submerger d'émotions fortes, vraies, intimes. On ressent la détresse de l'héroïne, son isolement, au plus profond de nos veines. On aime et on est porté par son énergie, sa sagacité et son esprit d'à-propos. On est convaincu du bien-fondé et de la mesure de prendre sa place au sein d'une classe et d'une communauté. L'écriture est vivante, pure, directe. Elle donne la parole à Mélodie et nous permet de nous glisser dans sa peau de manière sensé et immédiate.

Ce roman est beau, il parle avec beaucoup de sincérité et de vérité du handicap sans tomber dans le larmoyant. Il est au contraire sinon positif, pour le moins combatif. Il met en exergue à accepter la différence, à valoriser ses atouts.

Ce n'est pas parce que vous ne parlez pas que vous n'avez rien à dire, écoutez la voix de Mélodie : c'est à travers son silence, qu'elle s'exprime...

 

Citation :

"Ensuite, elle me calait par terre sur un grand coussin, elle étalait les fiches à portée de main pour moi et je les poussais du poing pour former des phrases. C'était comme enfiler des perles sur un collier pour créer un chouette bijou."

 Bandeau - Le Silence de Mélodie

13 juillet 2017

"Demain, c'est pour toujours" de Pierre Barrachant aux Éditions Z4

demain c'est pour toujours

 

 

"Demain, c'est pour toujours" de Pierre Barrachant aux Éditions Z4

Pierre Barrachant : un amour démesuré et incontrôlable

demain-cest-pour-toujours

Demain c'est pour toujours

Le narrateur de ce livre est hanté par l’amour absolu et réciproque d’une femme, Hélène, qui n’est plus là tout en étant terriblement présente. Une femme qu’il a aidée à disparaître dans des circonstances dramatiques. Mais le temps qui passe a parfois raison de tout et la rencontre d’une jeune femme dans un bar, à la recherche de son père, aura peut-être raison de cet amour fou. Peut-être pas.

Et peut-être que c’est son propre père que le narrateur recherche à travers cette femme. Il est aussi possible que ce ne soit pas son père que cette femme recherche et que le narrateur lui-même n’existe pas. Car tout est théâtre dans ce merveilleux roman de Pierre Barachant. Une seule certitude en lisant ce livre intriguant, c’est que le sujet principal est l’absence, mais de quelle absence s’agit-t’il vraiment ?

http://z4editions.fr

 

 

Mon avis :

Jonas était comédien, auteur, co-directeur d'une salle de théâtre, mais ça, c'était avant, avant la mort prématurée de sa femme des suites d'une longue maladie. Dévasté, il erre et ne remplit pas ses journées de ce vide incommensurable. C'est décidé, trois ans après le drame, tout doit changer, demain peut-être...


Mon Dieu, ce roman a un pouvoir perturbant et dévastateur. Il vous effleure, vous déshabille, vous perturbe, vous poursuit, vous déstabilise... On se sent glisser inexorablement dans le désespoir de l' absence, de la séparation.

Les mots de l'auteur nous touchent à cœur dans ce qu'ils ont de plus brut et essentiel. C'est cruellement sublime et beau. On se fait mal de cette substance acido-amère qui s'épanche à l'intérieur de nous et qui se répand jusqu'à ne plus pouvoir en sortir.

L'auteur exprime de manière forte, la valeur de l'amour exclusif qui envahit tout l'espace, qui vous nourrit et qui vous laisse à terre quand il est parti.

Jonas nous trouble, nous bouleverse, nous émeut. On ressent, on reçoit ses manques, ses douleurs à l'instinct, physiquement dans les tripes et dans les chairs. La plume brûle incandescente et on se laisse accrocher et meurtrir par sa flamme.

C'est une histoire de blessure, d'amour, de vie, de mort qui va au-delà de tout ce qu'on peut s'imaginer. Loin des étapes que l'on peut rencontrer au cours d'un deuil, ce roman enfle l'abcès parce qu'il ne veut pas cicatriser, jamais.

Citation :

Sans Hélène, je ne savais plus que faire. Vivre était impossible et mourir ne semblait plus simple. Ni même utile. Le vide que sa mort avait laissé était effroyable. Insurmontable.

 

Posté par SophieSonge à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 juillet 2017

"Sous l'aile du concombre" d'Henri Girard aux Éditions l'Atelier Mosésu

Sous aile concombre

 

"Sous l'aile du concombre" d'Henri Girard aux Éditions l'Atelier Mosésu

Henri Girard : Un roman indicible et tendre

 

Sous l'aile du Concombre

Autodidacte complexé, la quarantaine hypocondriaque, Hubert est grand scrutateur de fesses de dames et, accessoirement, " conseil en ressources humaines ". Au long de stages pour cadres stressés, il manie avec brio l'analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique et autres disciplines aux noms d'oiseaux. Cela ne l'empêche pas d'être aussi bancal du sentiment qu'on peut l'être.

http://www.atelier-mosesu.com

 

Mon avis :

Hubert est l'archétype du célibataire libre et affranchi qui ne sait pas quoi faire avec les sentiments. À quarante ans, à l'heure des bilans et des remises en question, lui faudra-t-il un électrochoc ou un tacite coup de pouce du destin pour changer la donne ?


C'est un roman tout court et extrêmement pudique sur l'expression des sentiments. Hubert a été très marqué par la séparation de ses parents et par les mots que l'on ne se dit pas dans cette famille... On ne se dit pas"je t'aime", on ne s'étreint pas, on ne se divulgue pas non plus. Est-ce l'héritage de cette éducation qui l'a rendu inapte à l'amour, à l'épanchement, à la tendresse ?

Hubert nous séduit, nous fait sourire, nous interroge, nous émeut sur notre rapport à la communication, à transmettre les émotions sans les étouffer ou les brider. L'écriture est fanfaronne, joyeuse. On se faufile entre les pages de ce roman d'abord avec force, entrain et amusement, pour à mesure tendre vers quelque chose de plus profond, de plus touchant.

On parle ici de liens familiaux, d'amitié, d'amour, de sincérité, de démonstration d'affection, de non-dits et de mal-dits aussi. Parce que l'amour est parfois si fort qu'il ne s'exprime qu'avec discrétion, il faut le chercher, le débusquer derrière les petites attentions...

L'auteur a vu juste, a touché un point sensible. On aime cette histoire toute douce en apparence, mais qui recèle une myriade de couleurs, de sentiments. N'est-ce pas celle de la vérité et du cœur tout simplement ?

Un roman à lire, à éprouver, à disséquer : vous n'en aurez certainement pas fini de l'aimer.

 

Citation :

Je vis seul depuis quarante ans. C'est ahurissant. Je n'ai jamais dit : "Je t'aime". C'est désespérant. Je m'en aperçois seulement maintenant. C'est comique. C'est tragique. C'est tragi-comique.

 Bandeau - Sous aile concombre