Personne

 

 

"Sous terre, personne ne vous entend crier" de Gilbert Gallerne aux Éditions French Pulp

Gilbert Gallerne :  Un thriller magistral

 

Sale journée pour le commissaire Jonzac. L’interpellation du Serbe a mal tourné. Un de ses hommes est à l’hôpital entre la vie et la mort. Tension au 36…

On l’appelle pour un meurtre dans les catacombes. La jeune fille à ses pieds est salement mutilée, à moitié dévorée. 

Sa nièce. Pour lui, la descente aux enfers commence…



Mon Avis Pollar

À l'approche de la retraite, rien ne semble épargner le commissaire Jonzac, touché de très près par un assassinat sorti tout droit de l'enfer...


Ce roman nous précipite vers quelque chose de sombre et malsain. D'un côté, un tueur tapi dans l'ombre, qui a pour domaine la vie souterraine. Son histoire est liée à un meurtrier en série dont il vénère la mémoire depuis plus de vingt ans. De l'autre côté, un commissaire en fin de carrière que son passé est sur le point de rattraper.

Entre eux, l'heure des comptes à sonné et la partie de cache-cache ne fait que commencer. D'entrée de jeu, on est sensible à la situation de Jonzac, captif de ses drames personnels, et pourtant toujours fonceur, éternel cavalier solitaire. Il ne lâche rien, même quand il se voit destitué de l'enquête. Son énergie, sa curiosité, son entêtement, le guide vers le tueur et bien d'autres secrets. L'écriture est rythmée, sensible, provocatrice. Elle nous maintient en éveil, nous stimule au fil des pages.

Il y a une froideur, du malsain dans les scènes de crime, quelque chose d'étrange, de surréaliste, monstrueux. Le nœud du drame se situe dans le désir d'expression, de vengeance. Il y a des choses trop intimes, trop marquantes pour qu'elles passent et demeurent une vie sous silence. Jonzac réveille, révèle l'invisible aux yeux de ceux qui ne voient que le perceptible, le joué...

Ce roman tient en haleine, choque, perturbe, surprend et encore vous n'avez pas tout vu !

 

Citation Pollar

"Après cela, si le commissaire Jonzac ne perçoit pas le message et ne décide pas de revenir sur l'enquête, il ne voit pas ce qu'il pourra faire d'autre pour attirer son attention. Mais il a confiance. Les dieux des ténèbres sont avec lui. Jusqu'à présent tout s'est bien passé. Il se joue de la police et de ceux qu'il poursuit. Il est le plus fort. Il est chez lui. Dans son royaume."

 

Bandeau - Personne