Impertinence

 

"L'impertinence du mot" d'Hélène Tirole et Jean- Robert Léonidas aux Éditions Riveneuve

Hélène Tirole et Jean-Robert Léonidas : Ode aux mots

 

L'impertinence du mot

L'impertinence du mot Une femme curieuse et déterminée, ayant pénétré dans les jardins privés des auteurs qu'elle admire, interroge les lettres, les mots, les phrases, la pensée, et donc la nature. Un écrivain tente de répondre librement, à sa guise, en empruntant des chemins inattendus, pleins de surprises et d'humour.

https://www.riveneuve.com

 

Mon Avis Pollar

Hélène Tirole et Jean-Robert Léonidas évoquent ici le mot dans toute sa dimension de manière sérieuse, légère mais aussi avec coeur et grande considération. Ce sont deux univers qui s'interrogent, se répondent et se rejoignent dans et autour de la beauté, de la langue, du phrasé.

Dans une réflexion consentie, digérée, studieuse, libérée, ils nous écrivent ce que le mot n'a pas fini de nous raconter. Il y a une énergie, du rythme et de la mesure qui prend son envol pour nous amener à piquer la surface, pour sonder plus en profondeur...

Ces amoureux des lettres définissent à l'infini et déroulent l'élément du dicible, en se concentrant sur l'invisible. Le mot est au début, celui qui amorce les liens et ouvre la porte des possibles. On assiste à un tour de force poétique, amusant, émouvant, sincère pour tous les conquis de littérature. Il y a impertinence dans ce qui tend le mot et ce qu'il sous-entend. Nous glissons vers un horizon sensible dans l'essence du mot, sa présence, son aspect abstrait-concret, son sens commun à chercher, à définir sans trahir, mais plutôt accomplir, agrandir...

Le mot étonne, détonne, stimule et réalise nos pensées fluides en modelage "créactifs". On ne s'en laisse pas douter...

Citation Pollar

"Je suis tantôt au coeur de l'inexprimé, de l'indicible ou de l'illisible. Ou à l'inverse, créateur de fresques ou faiseur d'illusions."

 

 

Bandeau - Impertinence