SudSoleil

 

"Au sud de la frontière à l'ouest du soleil" de Haruki Murakami aux Éditions 10/18

Haruki Murakami : Attractive nostalgie

 

 

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Hajime a connu pour la première fois l’amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n’a pourtant jamais oublié. Aujourd’hui, à l’aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s’est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ?

https://www.10-18.fr

 

 

Mon Avis

Hajime à l'aube de ses quarante ans a réussi professionnellement et sur le plan affectif, il aurait tout pour être heureux. Quand son amour d'enfance resurgit du passé, tout peut du jour au lendemain basculer...


C'est un roman secret, intime que nous dévoile ici l'auteur avec pudeur, profondeur, poésie. Il nous délivre des confidences intérieures, sentimentales.

De ses émotions vraies, partagées de l'enfance avec Shimato-san, Hajime gardera le souvenir de leur complicité et peut-être un goût d'inachevé. Ses apparitions fugaces, mystérieuses en pointillés sont pour lui le lit d'une torture insoupçonnée et intolérable. Elle deviendra dés lors, sa sublime obsession... Ce roman sur les actes manqués, l'absence, le silence dégage une myriade d'émotions prégnante, douloureuse et parfois réconfortante. On a tous au fond de soi, ce tiroir oublié qu'on garde près de son cœur avec tendresse. Les personnages ont leur originalité, préservent leurs propres jardins. Ils nous intriguent, nous attirent, nous troublent.

L'écriture est simple, mais pas vide de sens, elle nous conduit sur des chemins qui ne devraient jamais se juxtaposer. Passé, présent, fantasme, illusion se mêlent dans une danse cruelle, risquée et pénétrante.

On se laisse étourdir prêt à s'en rendre malade avant de reprendre conscience, on l'espère juste à temps...

Amour, volupté, interdit quand tu nous tiens... Rien ne sera jamais plus comme avant.

 

Citation

"Mais je m'étais retenu, je m'étais retenu pour rester dans un monde inanimé, désert comme la surface de la lune. Et peu après, elle était partie, et ma vie avait été perdue une fois de plus."

 

Bandeau - SudSoleil