Sous aile concombre

 

"Sous l'aile du concombre" d'Henri Girard aux Éditions l'Atelier Mosésu

Henri Girard : Un roman indicible et tendre

 

Sous l'aile du Concombre

Autodidacte complexé, la quarantaine hypocondriaque, Hubert est grand scrutateur de fesses de dames et, accessoirement, " conseil en ressources humaines ". Au long de stages pour cadres stressés, il manie avec brio l'analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique et autres disciplines aux noms d'oiseaux. Cela ne l'empêche pas d'être aussi bancal du sentiment qu'on peut l'être.

http://www.atelier-mosesu.com

 

Mon avis :

Hubert est l'archétype du célibataire libre et affranchi qui ne sait pas quoi faire avec les sentiments. À quarante ans, à l'heure des bilans et des remises en question, lui faudra-t-il un électrochoc ou un tacite coup de pouce du destin pour changer la donne ?


C'est un roman tout court et extrêmement pudique sur l'expression des sentiments. Hubert a été très marqué par la séparation de ses parents et par les mots que l'on ne se dit pas dans cette famille... On ne se dit pas"je t'aime", on ne s'étreint pas, on ne se divulgue pas non plus. Est-ce l'héritage de cette éducation qui l'a rendu inapte à l'amour, à l'épanchement, à la tendresse ?

Hubert nous séduit, nous fait sourire, nous interroge, nous émeut sur notre rapport à la communication, à transmettre les émotions sans les étouffer ou les brider. L'écriture est fanfaronne, joyeuse. On se faufile entre les pages de ce roman d'abord avec force, entrain et amusement, pour à mesure tendre vers quelque chose de plus profond, de plus touchant.

On parle ici de liens familiaux, d'amitié, d'amour, de sincérité, de démonstration d'affection, de non-dits et de mal-dits aussi. Parce que l'amour est parfois si fort qu'il ne s'exprime qu'avec discrétion, il faut le chercher, le débusquer derrière les petites attentions...

L'auteur a vu juste, a touché un point sensible. On aime cette histoire toute douce en apparence, mais qui recèle une myriade de couleurs, de sentiments. N'est-ce pas celle de la vérité et du cœur tout simplement ?

Un roman à lire, à éprouver, à disséquer : vous n'en aurez certainement pas fini de l'aimer.

 

Citation :

Je vis seul depuis quarante ans. C'est ahurissant. Je n'ai jamais dit : "Je t'aime". C'est désespérant. Je m'en aperçois seulement maintenant. C'est comique. C'est tragique. C'est tragi-comique.

 Bandeau - Sous aile concombre