La fille idéale

 

"La fille idéale" de Gilly Macmillan aux Éditions les Escales

Gilly Macmillan : un récit trouble et bien mené

coupcoeur

 

La Fille idéale | Les escales

Zoe est la fille idéale : élève brillante, enfant modèle, musicienne talentueuse... Pourtant, l'adolescente cache un lourd secret : quelques années auparavant, elle a été à l'origine d'un tragique accident. Zoe tente à présent de se reconstruire. Sa mère, Maria, et elle ont emménagé dans une autre ville.

http://www.lesescales.fr

 

Mon avis :

Zoé, 17 ans, donne son premier concert loin de son passé et de ce qui a pu lui arriver. Mais son secret bien gardé pourrait bientôt être divulgué et bouleverser la nouvelle vie qui lui a été donnée d'avoir...


Gilly Macmillan nous propose une ambiance ciselée, scrupuleusement pathogène. On entre dans la vie de Zoé sur la pointe des pieds. Cette jeune fille nous intrigue, nous impressionne. On la sent pour son jeune âge sensible, mature et profondément marquée...

Très vite, on apprend son histoire, l'accident qui a coûté la vie à trois adolescents et dont elle a été reconnue responsable. Le procès, le verdict, le centre de détention, Zoé a payé et voudrait tourner la page. Le récit fonctionne en alternance de temps et de point de vue dessinant au fur et à mesure une image globale de la situation. Quand le passé remonte à la surface, les remous salissent et la tragédie n'est jamais bien loin...

Une multitude de sentiments nous assaillent : choc, incompréhension, abattement, sidération. Le sort de Zoé nous perturbe, nous éprouve, nous fait mal. On se sent attiré, on est instinctivement happé par le tourbillon de cette histoire qui n'en finit pas de nous étonner.

L'écriture est habile, maîtrisée, l'auteur sait jouer avec nos angoisses et nos souffrances. Il n'y a pas pire sentiment que celui du crime impuni ou de l'injustice. Mais la vérité n'est pas toujours celle des apparences... Ce récit joue avec nos nerfs et met notre sens du jugement à mal. Rien n'est jamais totalement binaire, tout est stratégiquement muable.

Intégrité, cas de conscience, le sacrifice est amer et le prix toujours trop lourd à payer. Un roman psychologique éreintant dont vous ne soupçonnez absolument pas la portée. Je recommande !

Citation :
"Ca me fait penser à ma vie, aux dommages que j'ai creusés. Je me dis que jusqu'à maintenant, j'ai eu de la chance : lorsque les choses étaient parties en vrille, quand tout le sable de mon sablier s'était écoulé, quand je n'avais donc plus le temps, j'avais pu le retourner et recommencer. Et je me demande si c'est encore possible désormais. Je me demande combien de chances on a dans une vie."

 

A propos de l'auteur :

gilly

Gilly Macmillan a grandi à Swindon dans le Wiltshire et en Californie du Nord.

Elle a fait ses études en histoire de l'art à l'Université de Bristol et à l'Institut Courtauld de l'Université de Londres.

Elle a travaillé pour The Burlington Magazine, à la Hayward Gallery et a été professeur de photographie dans le secondaire avant de se consacrer à l'écriture à temps pleins.

Ne pars pas sans moi (Burnt Paper Sky, 2015) est son premier roman.

Elle vit à Bristol avec son mari et leurs trois enfants. (Source Babelio)

site de l'auteur :
http://www.gillymacmillan.com/

Twitter :
https://twitter.com/gillymacmillan

Bandeau-La fille idéale