Ahriman

 

"Ahriman" de Gwenn Aël aux Éditions Lune Écarlate

Gwenn Aël: Un thriller démoniaque

 

Alors que Toulouse sombre dans un déferlement d’intempéries inexplicables, le lieutenant Éliot Bénin est confronté à la plus sordide affaire de sa carrière. Des meurtriers aussi déterminés que sanguinaires s’inspirent des méthodes de l’Inquisition et de la mise à mort du Christ pour assassiner des hommes.

Bénin ressent immédiatement le caractère hors norme de cette enquête qui le mènera, deux millénaires en arrière, au jour lointain où tout a réellement commencé : en l’an 33 après J-C…

 Logo-Ahriman

Mon avis :

Un corps est retrouvé dans une église, la scène est obscurément macabre semblant représenter la mort du christ. Pour Eliot Benin en charge de cette enquête, il s'agit de découvrir qui se cache derrière ce crime et veiller à ce que les esprits ne s'enflamment pas...


C'est un roman sombre, effrayant désespérant sur fond religieux et fantastique dans lequel nous plongeons intégralement. L'intrigue est complexe et on remonte à des périodes obscures et douloureuses que sont l'inquisition.

Il est question d'un grimoire ancien, de sorcellerie et d'endoctrinement. L'atmosphère est électrique et fait froid dans le dos. Les meurtres sont violents, sadiques, chocs, le climat se dérègle, des phénomènes inquiétants surgissent et ne trouvent pas d'explication. On aime la personnalité d'Eliot qui maintient le cap et garde la tête froide dans cet univers glauque et affolé. L'écriture est brillante, elle nous intrigue, nous dérange, nous rend nerveux...

Les personnages sont mystérieux, troubles. Il faut chercher des liens, des points communs entre les victimes. Eliot procède avec méthode, mais ne soupçonne pas que le pire peut encore arriver. Il y a beaucoup de morts, de sang, d'horreur. Nous sommes en présence du mal qui s'anime, exulte de toutes ses manifestations.

Ce récit est brûlant, suffoquant, obsédant. On se sent étranglé et totalement à la merci d'une tragédie incontrôlable.

Ce thriller fantastique, croyez-moi s'insinue dans vos veines jusqu'à ne plus vous quitter.

 

Citation :
"Il resta fixé sur la vision d'horreur un long moment. Le prêtre avait les yeux grands ouverts dans sa direction et il avait la désagréable sensation, l'espace de quelques secondes, que ce regard était empli de vie et cherchait à lui délivrer un message."

 

Bandeau-Ahriman