Metropol

 

" Metropol : Corps à corps" tome 1 de aux Éditions Hugo Thriller

 

Résumé :

Même s'il ne monte plus sur le ring, l'ex-champion de boxe Harry Kvist se sert toujours de ses poings.
Pour gagner sa vie, d'abord, grâce à sa petite officine de recouvrement de créances.
Et pour survivre, tout simplement. Survivre dans le Stockholm des années 1930, où la Grande Dépression est aussi rigoureuse que l'hiver. Tout juste trouve-t-il quelque réconfort dans le sexe, avec des femmes ou des hommes de passage.
Lorsqu'il est accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, Kvist va devoir naviguer entre les bas-fonds et les beaux quartiers, les bars clandestins et les bordels, pour retrouver la seule personne qui puisse l'aider à prouver son innocence.
Un premier roman noir, rugueux et stylé, par l'auteur suédois le plus hot et le plus prometteur du moment.

"Metropol : Corps à corps" de Martin Holmén aux Éditions Hugo Thriller : Prix Papier : 19,95€ / Prix Numérique : 12,99e

ISBN : 978-2-7556-2473-1

 

Mon avis :

On retrouve dans le premier tome de cette trilogie un ancien boxeur reconverti en redoutable maître chanteur. Tout pourrait aller pour le mieux si un jour Kvist n'était pas accusé du meurtre de Zetterberg qu'il a passé à tabac...

Âmes sensibles, s'abstenir : ce livre n'est pas fait pour les mauviettes ! C'est brutal, viril, autant sur la forme que le fond. L'auteur nous dépeint un visage réaliste du Stockholm des années 1930 dans la rigueur de l'hiver.

Au milieu de la crasse, de la misère, notre personnage principal oscille entre le milieu âcre et dangereux des bidonvilles à celui des clubs branchés de la haute société. On assiste démuni, à sa quête de la vérité, à la recherche du témoin qui pourra l'innocenter. Son parcours est vif, chaotique, désinhibé. On s'attache à ce personnage écorché, dirigé par ses pulsions et ses addictions. L'écriture est percutante, saignante.

L'intrigue est rythmée, truffée de dangers. La peur, la violence et le sexe sont omniprésents. Plus on avance dans le roman, plus on est conduit par l'impatience, l'urgence. Les failles craquèlent, le mal s'insinue...

On approche du scandale qui menace d'éclater. Les révélations sont sans appel, explosives et meurtrières. Incisif et vitriolé, l'auteur commence très fort avec ce "corps à corps" plutôt remarqué.

On se demande bien dans quelle galère il va nous embarquer la prochaine fois. Affaire à suivre...

"Tout en m'alimentant, je pense aux mots de l'entraîneur. Il avait raison : ça fait plus mal quand on ferme les yeux. Les souvenirs vous envahissent et sévissent pendant le sommeil. Il y a certaines choses dont on ne se défait pas, qui restent incrustées comme la cendre dans les pores d'un chauffeur de locomotive."

 

bandeauMetropol