L'étrange cas de Juliette M

"L'étrange cas de Juliette M." de Megan Shepherd

Synopsis :

Londres, 1895.
Juliette Moreau n'est plus rien. Sa vie a basculé le jour où son père, le plus éminent chirurgien de Londres, a été accusé d'ignobles pratiques médicales. Est-il mort? En fuit? Nul ne le sait. Une chose est sûre : Juliette doit maintenant se débrouiller seule pour survivre. Et tenter de répondre à cette terrible question qui l'obsède : qui est vraiment son père? Un fou ou un génie ?

macadam-editions

Mon avis :

Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict et les éditions Milan pour m'avoir permise de découvrir ce roman. Il y a déjà un moment que les titres de cette maison d'édition me faisaient de l'oeil : c'est donc la couverture et le mystère que dégageait le livre qui m'ont définitivement convaincue. Je tiens à souligner le speech de quatrième de couverture qui suscite tout l'intérêt du livre, sans en dire trop.

Quand on débute le roman, on sait peu de choses sinon que Juliette, notre héroïne s'est retrouvée seule pour faire face à la vie et son quotidien. Elle est intelligente et sait faire preuve d'assez d'humilité pour accepter un niveau de vie en dessous de celui auquel elle était habituée. Je dis bien humble mais pas résignée et encore moins soumise. J'ai beaucoup aimée son tempérament, elle est courageuse, franche et parfois un brin impulsive.

Pour ce qui est de l'intrigue, il y a comme dans tout young adult qui se respecte un peu de romance et un triangle amoureux. Je sais que certains ont du mal avec cela, donc je préfère vous prévenir ! Ce que j'ai beaucoup appréciée dans le récit, c'est que le suspens est assez bien maintenu, puisque on avance petit à petit tout en restant dans le flou. L'écriture tient en haleine et les pages défilent d'elles mêmes sans avoir à y penser. J'ai été totalement immergée par cette histoire incroyable et qui fait réfléchir. L'aspect fantastique n'a pas été non plus pour me déplaire. J'ai été touchée par des personnages plus sensibles les uns que les autres, tandis que le père de Juliette me paraissait plus monstrueux qu'humain.

A la fin du roman, on pourrait se poser la question suivante : Où se situe la limite de la science et de la conscience ? La fin du récit pourrait se suffire à elle même, du moins elle m'a satisfaite. Mais si l'auteur veut jouer les prolongations, pourquoi pas ? J'ai passé un très bon moment avec ce livre qui a étanché pleinement ma soif d' énigmes et de surnaturel. J'ai aimée et je ne peux que vous le recommander !