Anita-Blake-T2-Le-cadavre-rieur-De-Laurell-K-Hamilton

"Anita blake : Le cadavre rieur" Tome 2 de Laurell K. Hamilton

Synopsis :

Savez-vous ce que c'est qu'une "chèvre blanche"? Eh bien, en jargon vaudou, c'est un doux euphémisme pour désigner la victime d'un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j'ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés... mais ça, non! Pas question... Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d'un million de dollars. L'ennui, c'est que tout le monde n'a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu'un pour faire le boulot. Qu'on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c'est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n'avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires...

Mon avis :

Je n'avais pas été très convaincue par le premier tome de la saga et je me faisais doucement à l'idée que Laurel K Hamilton et moi, nous n'étions pas très "amies". Mais quand même, cela m'embêtait vraiment de passer à côté d'un personnage comme Anita, alors je me suis accrochée. Et j'ai bien eu raison, ce tome m'a totalement réconciliée avec l'auteur, car j'y ai trouvé de nombreux ingrédients que j'apprécie dans l'urban fantasy.

Anita est débordée et terriblement sollicitée avec une demande très spéciale pour son boulot de ré-animateur et aussi par la police qui se trouve confrontée à des meurtres surnaturels. Je ne me suis pas ennuyée le moins du monde, il y a du suspens, de l'action et les pages défilent à la vitesse grand v. J'ai beaucoup apprécié de connaître le vécu d'Anita et en apprendre plus sur la nature de son travail. Je commence à m'attacher à ce petit bout de femme, très humaine qui avance avec ses peurs. Elle m'amuse beaucoup quand elle se met en danger parce qu'elle ne sait pas la mettre en veilleuse !

Dans cet opus, on rencontre un personnage inquiétant, Dominga Salvador qui est  une grande prêtresse vaudou, et les créatures qui vont sortir de chez elle, sont plus terrifiantes encore. On rencontre donc au cours de notre lecture, plus de zombies que de vampires. Jean-Claude fait en effet ici plus objet de figuration qu'autre chose et c'est bien dommage.

Je suis ravie de ma lecture, Anita m'a conquise : ses faiblesses,sa force et ses petites manies. Le ton général est pétillant et pas dénué d'humour. Non vraiment, j'espère que cela va continuer comme cela parce que là, j'adhère complètement ! A suivre, donc...